La pétanque attend son tour

La pétanque attend son tour
Yvon Livernoche, Marcel Soulières, Raymonde Vermette, Terry Grimmel, Maurice Béland, membres du comité et au centre, Michelin Bergeron, président du Club de pétanque de Maskinongé. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

MASKINONGÉ. Le plan de déconfinement défini par le gouvernement du Québec prévoit que les disciplines sportives ainsi que les loisirs pourront reprendre peu à peu, au rythme de l’évolution de la pandémie, avec des consignes sanitaires bien précises.

Les fervents de pétanque font partie de ceux qui se demandent s’ils pourront retrouver leur activité favorite. Ces gens souvent plus âgés, pour qui la pétanque représente pratiquement leur seul loisir en période estivale, ont durement vécu les dernières semaines en étant confinés et isolés pour éviter de contracter le virus.

Le Club de pétanque de Maskinongé amorce généralement ses activités au début du mois de juin. Cette année, les responsables ne s’attendent toutefois pas à voir les premières boules tomber près du cochonnet avant au moins la mi-juin. «Présentement, tout dépend du gouvernement. On va voir comment ça va aller. On espère pouvoir recommencer à jouer le plus tôt possible, mais il faut s’attendre à avoir des mesures à respecter. La plupart de nos joueurs ont plus de 60 ans. Ils ont hâte d’aller dehors et de socialiser. On force beaucoup pour jouer», explique Michelin Bergeron, président.

Entre 50 et 60 personnes se réunissent chaque lundi soir pour jouer à la pétanque à Maskinongé. Les parties sont disputées jusqu’à la fête du Travail, en septembre, sur les terrains aménagés sur la surface de la patinoire municipale.

Santé et sécurité

Il est évident aux yeux de M. Bergeron que si le gouvernement donne le feu vert à la pétanque, des règles strictes devront être respectées par les joueurs dès leur arrivée sur le site. «On a du plaisir, mais la priorité c’est la santé et la sécurité des gens. On va apporter des changements dans la façon de faire les choses et de jouer. On va s’adapter aux directives du gouvernement. Nos joueurs devront se conformer aux nouvelles règles», souligne le président, entouré de son comité.

«De notre côté, on va tout faire pour que ce soit sécuritaire.»

– Michelin Bergeron

«On va faire plus de terrains, mais on ne les utilisera pas tous. Il y aura probablement un terrain de libre entre chacun de ceux qui seront utilisés. On va exiger le couvre-visage ou la visière, la désinfection des mains, des boules et les gens devront s’asseoir sur leur propre chaise. On prévoit aussi limiter le nombre de joueurs et ils devront respecter la distanciation physique. On va fournir des gants. On va répéter les règles régulièrement. On va se concentrer sur les doublettes (à deux par équipe) alors que normalement nous sommes trois par équipe. Notre président sera aussi protégé dans son abri puisqu’il est responsable de faire les équipes et d’organiser les parties», énumère pour sa part Yvon Livernoche.

Les inquiétudes entourant la transmission du virus pourraient également freiner quelques personnes, croit Michelin Bergeron. Ce dernier s’attend à ce que le nombre de joueurs soit réduit lors de la prochaine saison. «On va voir comment ça se déroule. Il est possible que certaines personnes décident de rester à la maison et c’est normal. De notre côté, on va tout faire pour que ce soit sécuritaire. On forme toujours nos équipes en fonction des gens qui viennent jouer», dit-il.

Le Club de pétanque de Maskinongé est actif depuis plus de 25 ans. Il offre la possibilité aux gens de plusieurs municipalités de jouer à la pétanque pour la modique somme de trois dollars, un peu comme le font les municipalités de Saint-Barthélemy le mardi soir, de Saint-Justin le mercredi soir, de Sainte-Ursule le jeudi soir, de Saint-Alexis-des-Monts le vendredi soir ainsi qu’à Louiseville tous les après-midis.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Caron
Caron
4 mois

Il faudrait pas se faire contaminer par le cochonnet et les boules de métal… que tous les personnes âgées ont touchées. À moins qu’ils soient munies de gants en tout temps…

Réjean
Réjean
4 mois
Répondre à  Caron

Adaptation COVID-19 :

Seul le joueur, est responsable de ses boules, interdiction de toucher les autres boules .

Pour le cochonnet, nous pourrions avoir 2 cochonnets (1 par équipe) et c’est toujours le même joueur qui est responsable de son cochonnet donc le lancer quand c’est à son équipe de débuter et le ramasser à la fin de la manche.