Le gouvernement Houston a échoué face au système de santé, selon les oppositions

La Presse Canadienne
Le gouvernement Houston a échoué face au système de santé, selon les oppositions

HALIFAX — Un an après avoir placé au coeur de sa campagne électorale les difficultés du système de santé de la Nouvelle-Écosse, le premier ministre de la province, Tim Houston, est critiqué par les deux principaux partis d’opposition pour ce qu’ils considèrent comme un échec.

Les progressistes-conservateurs au pouvoir n’ont pas fait assez pour remédier aux pénuries de médecins, aux retards de chirurgie et aux fermetures récurrentes des salles d’urgence, ont fait valoir mercredi les libéraux et les néo-démocrates dans des déclarations distinctes.

Le chef libéral Zach Churchill a déclaré que le système de santé était en crise, le nombre de Néo-Écossais à la recherche d’un médecin ayant passé de 70 000 il y a un an à plus de 105 000 actuellement. Pendant ce temps, les chirurgies vitales sont retardées de plusieurs mois, voire de quelques années, et les salles d’urgence sont souvent fermées en raison du manque de personnel, a-t-il ajouté.

Il y a un an, les Néo-Écossais ont choisi Tim Houston comme premier ministre parce qu’il s’était engagé à régler les problèmes du réseau de la santé, a soutenu M. Churchill. «Mais cette année, notre système de santé a atteint un état de crise», a-t-il déclaré.

Les conservateurs ont remporté une victoire électorale surprise l’été dernier, avec une campagne axée sur les soins de santé. Les progressistes-conservateurs de Houston ont renversé les libéraux après avoir promis de dépenser des centaines de millions de dollars au cours de leur première année au pouvoir pour résoudre les problèmes du système.

M. Houston a tenu sa promesse électorale en mettant au budget 5,7 milliards de dollars pour les soins de santé au printemps dernier, soit une augmentation de 413,4 millions de dollars par rapport à l’année précédente sous les libéraux. Cependant, le premier ministre a également prévenu les Néo-Écossais qu’il leur faudrait du temps pour voir des changements substantiels.

Il a publié mercredi une déclaration disant que la priorité absolue de son gouvernement était toujours les soins de santé. Il a affirmé que le plan qu’il avait publié en avril pour améliorer le système était en cours de mise en œuvre.

«Les changements nécessaires pour améliorer notre système de santé sont très importants et ils prendront du temps, a-t-il mentionné. Mais nous commencerons à voir des résultats plus rapidement dans les mois et les années à venir.»

À titre d’exemple, M. Houston a cité les efforts de recrutement de médecins de son gouvernement, qui, selon lui, ont conduit à un nombre record de médecins venus en Nouvelle-Écosse au cours de la dernière année.

De plus, le premier ministre a déclaré que son gouvernement avait augmenté les salaires des assistants en soins continus, ajouté 200 places en soins infirmiers pour les étudiants dans toute la province, offert des emplois à chaque infirmière diplômée en Nouvelle-Écosse et facilité le travail des ambulanciers paramédicaux diplômés dans leur domaine.

Mais la cheffe du Nouveau Parti démocratique, Claudia Chender, affirme que trop de Néo-Écossais se sentent laissés à eux-mêmes pour réussir à obtenir les soins dont ils ont besoin.

Au cours des 12 derniers mois, près de 10 000 personnes dans la zone est de la province ont quitté un service d’urgence sans être vues — une augmentation annuelle de 47%, a exposé le parti dans un communiqué mercredi.

«Alors que Tim Houston célèbre son anniversaire d’élection, on dit aux personnes qui ont besoin de soins de santé d’attendre», a déclaré Mme Chender.

«Aujourd’hui, plus de familles n’ont pas de médecin de famille, plus de personnes quittent les urgences sans être vues, les temps d’attente pour les chirurgies sont plus longs et les gens sont obligés de payer de leur poche les soins dont ils ont besoin», a-t-elle poursuivi.

Mme Chender a cité l’exemple d’Ellen Bryden, résidante de Glace Bay, en Nouvelle-Écosse, qui a récemment dépensé 2000 $ pour aider sa mère à subir une opération des yeux d’urgence qui ne pouvait être effectuée qu’à Halifax. Mme Bryden a dû payer l’essence, les hôtels et la location d’une voiture.

«Les choix de Tim Houston ne fonctionnent pas pour les gens, les attentes se sont allongées, la distance et le coût des déplacements pour se faire soigner ont augmenté, ou les gens ne peuvent tout simplement pas se faire soigner du tout», a déploré Mme Chender.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires