Convoi de la liberté: Tamara Lich accusée d’avoir enfreint ses conditions

Laura Osman, La Presse Canadienne
Convoi de la liberté: Tamara Lich accusée d’avoir enfreint ses conditions

OTTAWA — La Couronne accuse l’organisatrice du «convoi de la liberté» Tamara Lich d’avoir enfreint ses conditions de mise en liberté sous caution et les procureurs estiment qu’elle devrait retourner en prison jusqu’à son procès.

Un juge avait initialement refusé la mise en liberté sous caution de Tamara Lich après son arrestation lors de la manifestation massive qui a envahi le centre-ville d’Ottawa pendant plus de trois semaines en février, mais elle avait été libérée en mars après un examen de la décision du tribunal.

Elle a comparu virtuellement jeudi devant la Cour supérieure de l’Ontario, où les avocats se sont disputés sur la manière dont l’enquête sur le cautionnement devrait se dérouler.

Tamara Lich et son collègue organisateur de la manifestation Chris Barber sont conjointement accusés de méfait, d’entrave à la police, d’avoir conseillé à d’autres de commettre des méfaits et d’intimidation.

Elle a été libérée avec une longue liste de conditions, y compris une interdiction d’utiliser les médias sociaux et l’ordre de ne pas «soutenir quoi que ce soit lié au convoi de la liberté».

La Couronne affirme que Tamara Lich a violé l’une de ses conditions de mise en liberté sous caution en acceptant de recevoir une «récompense de liberté» du Justice Center for Constitutional Freedoms, un groupe de défense juridique qui a soutenu la manifestation.

L’organisation prévoyait lui rendre hommage lors d’un gala pour avoir inspiré «les Canadiens à exercer leurs droits et libertés garantis par la Charte en participant activement au processus démocratique» et avoir dirigé la manifestation du «convoi de la liberté» à Ottawa.

Cet événement s’est transformé en une manifestation d’une semaine qui a bloqué les rues d’Ottawa et a finalement conduit le gouvernement fédéral à invoquer la Loi sur les mesures d’urgence dans le but de déloger les participants.

«Mme Lich a souffert pour la cause de la liberté en passant 18 jours en prison injustement et illustre le courage, la détermination et la persévérance», a écrit l’organisation dans une déclaration sur son site web, que la Couronne a incluse dans son avis de requête.

Le site web a indiqué que Tamara Lich assisterait au dîner de remise des prix à Toronto, le 16 juin, si un examen de ses conditions de mise en liberté sous caution lui permettait d’y assister, ainsi qu’à des événements à Vancouver et à Calgary.

L’événement de Toronto devrait inclure un discours d’ouverture du chroniqueur Rex Murphy.

Au cours de la manifestation, Keith Wilson, un avocat du Centre de justice pour les libertés constitutionnelles, a parlé au nom des manifestants du convoi lors d’une conférence de presse et a décrit Tamara Lich comme une cliente.

«Tamara Lich devrait être détenue», conclut l’avis de requête de la Couronne.

Les avocats de Tamara Lich prévoient de leur côté faire valoir que ses conditions de mise en liberté sous caution sont trop restrictives et devraient être réexaminées.

Son avocat, Lawrence Greenspon, a déclaré jeudi au tribunal que l’interdiction des médias sociaux imposée à Tamara Lich était inutilement large et avait eu un impact énorme sur sa vie pendant qu’elle n’était pas en détention.

Il a dit qu’elle souhaitait être en contact avec sa grand-mère de 94 ans par les médias sociaux et communiquer avec ses amis et sa famille.

L’audience devrait durer deux jours.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires