Un nouveau roman jeunesse sur le deuil d’un parent

Emmanuelle Leblond
Un nouveau roman jeunesse sur le deuil d’un parent
Annie Cantin (Photo : Photo Emmanuelle Leblond.)

LITTÉRATURE. Annie Cantin a toujours été passionnée par la littérature. Touchée par l’histoire d’un homme atteint d’un cancer incurable, laissant derrière lui ses trois enfants et sa femme, l’auteure originaire de Louiseville s’est lancée dans l’écriture d’un tout nouveau roman jeunesse, intitulé Un trou dans mon cœur, qui traite du deuil d’un parent.  

Dès qu’Annie Cantin a pris connaissance du récit malheureux de cet homme, une lumière s’est allumée dans sa tête. Elle s’est replongée dans ses souvenirs de jeunesse, lorsqu’elle a vécu son premier deuil à l’âge de 14 ans.

Sa meilleure amie est décédée à cause d’une réaction allergique mortelle. Cette épreuve fut particulièrement difficile pour l’enfant qu’elle était à l’époque. « Elle est décédée sur le coup. J’avais envie de pleurer tous les jours », se remémore-t-elle.

Déterminée, Annie Cantin a décidé d’écrire le livre qui l’aurait aidée à surmonter la peine qu’elle a traversée. C’est dans ce contexte que sont nées les aventures de Mélizane, le second roman publié par l’autrice.

Un trou dans le cœur est l’histoire d’une jeune fille âgée de 11 ans qui vit un deuil à la suite du décès de sa mère. À travers son journal intime, Mélizane raconte les aléas de son quotidien qui s’avèrent difficiles sans sa figure maternelle. Elle réussit à surmonter sa peine grâce à un livre de recettes que sa mère lui a laissé. La jeune cuisinière met donc la main à la pâte afin de recréer les recettes pour éventuellement les partager sur un blogue de cuisine.

À la fin du roman, les lecteurs ont la chance de feuilleter le livre de recettes de Mélizane. Cupcake, glaçage, crêpe: tout y est! L’auteure a sélectionné uniquement des desserts. «J’ai une recette exclusive d’une amie qui est pâtissière. Les autres recettes sont celles de ma grand-mère», explique-t-elle.

Annie Cantin se réjouit de ce concept culinaire qui lui permet d’interagir avec son public. «J’ai fait un blogue et les lecteurs vont pouvoir y aller. Je vais y ajouter des recettes», précise-t-elle. Dans le livre, un espace est aussi disponible pour que les enfants inscrivent leurs recettes préférées.

L’auteure offre des recettes faciles afin que les enfants âgés entre huit et douze ans puissent les reproduire à leur domicile. Elle a constaté que ses lecteurs ont un grand intérêt pour la cuisine. «J’ai rencontré un garçon de dix ans dans un salon du livre jeunesse et il voulait absolument mon livre. Déjà, il fait des recettes à la maison et c’est lui qui les cuisine.»

Des projets à la tonne

«J’ai encore cinq livres en attente et même peut-être un sixième. J’ai découvert sur mon ordinateur que j’en avais plus que je pensais», confie l’auteure en riant.

Sa prochaine parution sera destinée pour les tout-petits et traitera encore une fois du deuil. Elle compte reprendre le personnage principal de son premier livre, Georgette la moufette.

Un projet d’envergure est en branle. «J’ai commencé à écrire un roman en 1994 qui est plus ésotérique. On parle de 14 ans et plus, précise Annie Cantin. Cet été, je fais les recherches sur ce livre. Mon personnage va être Huron Attikamekw.»

Ce roman demande beaucoup de travail parce que l’auteure veut s’assurer de divulguer les informations exactes concernant les nations autochtones qui figurent dans son récit.

Annie Cantin a des origines autochtones qu’elle souhaite mettre de l’avant dans son prochain livre.

Un trou dans le cœur | Les Éditions Essors livres | Disponible en librairie et sur le web

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des