Jumelage interculturel: le SANA recherche des jumeaux d’accueil

Jumelage interculturel: le SANA recherche des jumeaux d’accueil
Chantale Héon, agente de jumelage et Jonner Mina Sanchez, coordonnateur du Service d'accueil des nouveaux arrivants de la MRC de Maskinongé. (Photo : Pier-Olivier Gagnon)

IMMIGRATION. Depuis deux mois, le Service d’accueil des nouveaux arrivants (SANA) de la MRC de Maskinongé déploie sur l’ensemble du territoire son nouveau projet de jumelage interculturel qui vise à faciliter l’intégration des nouveaux arrivants dans leur milieu d’adoption et à favoriser les échanges culturels dans la communauté.

Le jumelage interculturel permet à une famille ou à un membre de la société d’accueil (né au Québec ou installé au Québec depuis plusieurs années) et à un nouvel arrivant ou une famille nouvellement arrivée d’échanger et de partager leurs expériences. Le membre de la société d’accueil devient ainsi une personne-ressource par sa connaissance du milieu et des services qui s’y trouvent.

«C’est important d’aider les nouveaux arrivants à se trouver des repères et à traverser le choc culturel»

– Chantale Héon

«C’est tout nouveau chez nous. Ça fait déjà plusieurs années que ça existe à travers le Québec et c’est populaire. Il y a beaucoup de nouveaux arrivants qui ne parlent pas le français et ni l’anglais. Ce qu’on s’est rendu compte, c’est que beaucoup d’efforts ont été faits pour que les nouveaux arrivants s’intègrent à la société québécoise, mais il n’y a rien qui existe en dehors du jumelage interculturel pour intégrer la société d’accueil aux nouveaux arrivants», explique Chantale Héon, agente de jumelage.

Ce projet sert également à créer une relation d’amitié avec les nouveaux arrivants. «On ne veut vraiment pas développer de relation aidant-aidé. C’est plutôt une façon d’aller à la rencontre de l’autre au-delà des différences et de développer une relation à long terme», précise Mme Héon.

Pour entretenir cette relation d’amitié, les participants jumelés sont invités à discuter et à échanger sur leur culture, les différences, les ressemblances, à participer à des activités, à faire des diverses sorties, accessibles et peu onéreuses, et à partager des moments. «Ça vient autant en aide aux nouveaux arrivants que ça va avoir d’avantages pour les citoyens de la région. Ça va défaire beaucoup de tabous et de préjugés. C’est une belle façon de s’attaquer au racisme et pour que les nouveaux arrivants se sentent les bienvenus sur leur nouvelle terre d’accueil. L’idée, c’est qu’ils puissent bien s’intégrer chez nous et qu’ils apprennent le français qu’on parle au quotidien», ajoute-t-elle.

Déjouer la pandémie

Malgré les restrictions qu’impose la pandémie de COVID-19, le SANA de la MRC de Maskinongé assure que le jumelage se poursuit et qu’il est toujours possible d’organiser des activités entre les personnes jumelées, à deux mètres de distance ou en respectant les mesures sanitaires.

«Même si la COVID nous met des bâtons dans les roues, il y a des choses qu’on peut continuer de faire. On veut que le projet se poursuive, car une des choses qui pèsent beaucoup sur la société québécoise présentement, c’est l’isolement dû à la pandémie. C’est une réalité que vivent aussi les nouveaux arrivants. Nous avons tous une inquiétude face à ce qui se passe, mais on a aussi des gens pour qui toute leur famille et leurs amis sont ailleurs dans un autre pays et n’ont pas les mêmes conditions. On a ici des gens très inquiets et isolés. On arrive avec un projet qui veut faire entrer en relation des personnes. On trouve que c’est une belle opportunité à saisir pour briser cet isolement et créer de nouveaux liens», exprime Chantale Héon.

Une autre façon de voyager

À défaut de pouvoir voyager à l’étranger, le jumelage interculturel représente une avenue intéressante pour découvrir une autre culture, croit l’agente de jumelage. «On ne peut pas voyager physiquement dans d’autres pays présentement, mais on peut le faire via le projet de jumelage interculturel. C’est un moyen d’apprendre et de baigner dans une autre culture. C’est une autre façon de voyager en restant chez nous», affirme-t-elle.

Le saviez-vous?

La MRC de Maskinongé a accueilli plus d’une centaine de nouveaux arrivants sur son territoire, l’an dernier.

«Ce projet-là, je le trouve très important parce qu’il peut faire une différence dans la MRC sur le regard que la population va maintenant porter envers les nouveaux arrivants. On a besoin de ces gens-là chez nous. C’est important de les aider à se trouver des repères et à traverser le choc culturel.»

Pour la première année du projet, le SANA compte réaliser 15 jumelages. «C’est un objectif atteignable. Le défi c’est de trouver des jumeaux d’accueil et de faire connaître le projet, mais on travaille là-dessus. On veut que ce soit une belle expérience pour tout le monde», assure Chantale Héon.

Pour participer au projet de jumelage interculturel, communiquez avec le Service d’accueil des nouveaux arrivants de la MRC de Maskinongé au 819-228-9461 poste 3930

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires