Un parc industriel régional en plein essor

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
Un parc industriel régional en plein essor
Jean-Frédéric Bourassa, coordonnateur du Service de développement économique et du territoire de la MRC de Maskinongé.

ÉCONOMIE. Les terrains disponibles se font de plus en plus rares dans le parc industriel régional de la MRC de Maskinongé, situé à Louiseville. Un secteur de plus en plus convoité par les entrepreneurs qui souhaitent réaliser des projets d’investissement. Le succès que connait ce parc industriel, lequel est la propriété des 17 municipalités de la MRC, est principalement attribuable à sa position géographique, près de l’autoroute 40, mais également à ses avantages financiers, dont le faible coût d’achat d’un terrain (0,14 $ / pi²) et le taux de taxation. «On peut jumeler à ça le fait qu’il n’y a pas une grande disponibilité dans la région pour des bâtiments de plus de 10 000 pieds carrés. Les entrepreneurs remarquent aussi qu’il y a une proximité avec plusieurs marchés. Le monde attire le monde. Les tarifs pour s’établir sont abordables. Il y a une dizaine d’années, on avait peut-être deux entreprises dans le parc industriel, mais maintenant, on en retrouve huit», commente Jean-Frédéric Bourassa, coordonnateur du Service de développement économique et du territoire de la MRC de Maskinongé. D’ailleurs, de nouveaux investisseurs pourraient bientôt s’installer dans la région. La MRC de Maskinongé est actuellement en processus de vente de deux nouveaux terrains situés au sud de la rue Deveault. L’un de ces projets prévoit la construction d’un bâtiment ce printemps alors que le second projet vise une autre construction l’été prochain. Après la réalisation de ces projets, la MRC de Maskinongé indique qu’il ne restera plus qu’un seul terrain disponible d’une superficie de 200 000 pieds carrés, avec possibilité de le diviser. À ce chapitre, un investisseur de l’Ontario aurait déjà démontré de l’intérêt pour cet espace. «C’est un terrain qui est grand, mais ça dépend toujours des besoins des entreprises. C’est modulable en fonction des demandes des entreprises et des projets. Notre objectif, c’est de toujours d’avoir des options. En ce moment, on en a encore, mais on sait qu’il y en a de moins en moins. C’est un heureux problème pour le territoire. Il y a des beaux projets sur la table», admet M. Bourassa, reconnaissant du même coup que le développement d’un parc industriel représente un travail de longue haleine. Ce dernier précise que le dynamisme du milieu est aussi un facteur attrayant pour les entrepreneurs. «Il y a une belle synergie entre les entreprises. La nouvelle génération d’entrepreneurs côtoie des entrepreneurs d’expérience. La Chambre de commerce et d’industrie de la MRC de Maskinongé organise de belles activités et on le voit, la réponse est très bonne à chaque activité. Il y a une belle concertation dans notre milieu et les gens sont efficaces. Tout le monde travaille pour faire avancer la région». Diversification économique La MRC de Maskinongé reconnait qu’elle a la chance de miser sur une diversification économique intéressante dans son parc industriel ainsi qu’une complémentarité des entreprises. Dernièrement, IsoCanMed (cannabis), Clément et Frères (roulottes de chantier), Portes de garage de la Mauricie, Marquis Gagné Imprimeur et Gagnon Électrique sont du nombre des entreprises qui ont décidé de s’établir à cet endroit. «C’est intéressant pour notre économie. Les entreprises que nous avons dans le parc industriel, ce sont de solides entreprises qui ont des beaux projets d’expansion. En ce moment, il y a une problématique de main-d’œuvre et ça freine le développement de certaines entreprises. En même temps, ça force d’autres entreprises à s’automatiser. C’est intéressant pour des entreprises comme Divel et Omnifab qui oeuvrent dans ce domaine», observe le coordonnateur du Service de développement économique et du territoire de la MRC de Maskinongé. Incubateur industriel Le tissu économique de la MRC de Maskinongé est très fortement représenté par trois types d’industries, soit le meuble, l’agroalimentaire et le tourisme. Avec le temps, l’incubateur industriel de la MRC est devenu un outil pour permettre à la région de se doter de nouvelles entreprises créatives qui viennent contribuer à la diversification économique locale. L’engouement pour cette infrastructure est très élevé chez les jeunes entrepreneurs. Si sa vocation ciblait d’abord le démarrage des entreprises pour ensuite qu’elles s’installent dans le parc industriel régional, la MRC a volontairement ouvert le bâtiment à des entreprises en expansion. «L’incubateur industriel est pas mal plein depuis 2014. Sa vocation est toujours la même, mais nous avons décidé de l’ouvrir aux projets d’expansion, comme ce fut le cas avec Omnifab. Ça fait que l’entreprise peut mesurer les risques liés à la création de nouveaux produits. Le résultat de tout ça, c’est qu’Omnifab a fait deux agrandissements dans les dernières années. L’entreprise a passé de 15 à 75 employés. On a trouvé une autre utilité à notre incubateur et c’est bon pour la région», précise Jean-Frédéric Bourassa. Hub agroalimentaire Le projet de hub agroalimentaire régional que prévoit réaliser la MRC de Maskinongé nécessitera un investissement d’un peu plus de 1,6 million de dollars. La transaction permettant à la MRC de devenir propriétaire de la bâtisse abritant autrefois les Boiseries Leblanc à Louiseville devrait être officielle dans les prochains jours. L’objectif est de lancer les activités de ce centre d’expertise en agroalimentaire en 2019. Ce bâtiment permettra de faire le développement, la transformation, la production ou la mise en marché de produits agroalimentaires. La MRC prévoit rentabiliser ce projet dans un horizon de trois à cinq ans. Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des