Toujours deux options sur la table

Toujours deux options sur la table
Le Centre communautaire de Louiseville est abandonné depuis le 12 septembre 2018. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

Centre communautaire de Louiseville

INFRASTRUCTURE. Les citoyens qui s’attendaient à voir le centre communautaire de Louiseville tomber sous le pic des démolisseurs ne verront finalement pas un tel scénario se produire cette année.

La Ville de Louiseville est toujours en discussions avec un promoteur privé intéressé à transformer cette bâtisse municipale en immeuble à logements. Avant d’entamer le processus de vente, Louiseville attendait la décision du ministère de l’Éducation concernant l’usage de l’édifice. Lorsque la Ville est devenue propriétaire du bâtiment, dans les années 1970, le ministère avait exigé que l’ancienne école des métiers soit utilisée à des fins publiques ou communautaires. Ainsi, elle devait obtenir l’aval du gouvernement pour lui permettre de vendre l’édifice qui servirait pour un usage privé. «Au début de l’été, le gouvernement a levé cette clause-là. Le bâtiment peut maintenant servir à autre chose. C’était nécessaire avant de franchir les prochaines étapes. S’il n’avait pas eu cette décision-là, ça n’aurait pas été possible de considérer le projet d’un promoteur indépendant», raconte Yvon Douville, directeur général.

La Ville de Louiseville n’écarte toujours pas l’option de la démolition, estimée à 670 000$, mais privilégie actuellement tout projet qui permettrait de donner une autre vie au bâtiment. «Le prospect que nous avons présentement est toujours intéressé par la bâtisse. S’il y en a un autre qui se présente, nous sommes ouverts à discuter. Le ministère a mis sept à huit mois pour se prononcer. C’était plus compliqué que ça pouvait sembler à première vue. La pandémie a aussi ralenti les démarches», reconnait M. Douville.

Louiseville n’a pas fixé de date butoir avant de statuer officiellement sur le sort réservé au centre communautaire. «On ne pourra pas attendre indéfiniment. C’est certain qu’une décision finale devra être prise dans les prochains mois», assure-t-il.

D’ailleurs, le directeur général reconnait que le conseil municipal a fait le choix d’ajuster sa stratégie en cours de route. «L’option de reconstruction par la ville est toujours complètement écartée. Il n’y a pas de retour en arrière de ce côté-là. Bien entendu, si nous sommes capables d’éviter une démolition et qu’un promoteur se manifeste avec un projet intéressant, c’est encore mieux. On donne la chance aux gens intéressés de se manifester», confie-t-il.

Rappelons que la Ville de Louiseville planche sur un projet de complexe municipal au centre-ville. Ce projet vise à construire un bâtiment de deux étages, lequel regrouperait la bibliothèque municipale Jean-Paul-Plante et une salle de réception d’une capacité de 250 personnes. Le dossier figure au sommet des priorités de l’actuel conseil municipal. La construction de ce complexe, prévue en 2021 ou 2022, nécessitera un investissement de plus d’un million de dollars.

La Ville de Louiseville compte sur la participation financière des gouvernements du Québec et du Canada pour réaliser ce projet.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
MIchel Neveu
MIchel Neveu
2 années

Qui a demandé de reconstruire le Centre communautaire de Louiseville? Personne! Ce que les citoyens de Louiseville ont revendiqué dans le cadre d’une pétition, c’est que la Ville procède à sa réfection. En gros, cela veut dire de se défaire de la partie arrière qui a été affectée par un glissement de terrain. Au cas les élus et les citoyens l’auraient oublié, la Ville a injecté plus d’une d’un demi-million de dollars entre les années 2010 et 2016 pour le mettre au goût du jour. Je me demande pourquoi les autorités municipales essaient de nous faire croire que le Centre communautaire est »fini » et qu’il doit être démoli ou vendu. Suite à un incendie dans la chambre des fournaises, la Ville a reçu une compensation de plus de 400 000$ de la part de ses assureurs. Avec ce montant, on pourrait doter le bâtiment d’un excellent système de chauffage, de le nettoyer et de le peindre.

Je n’hésite pas à affirmer que la Ville a fait preuve d’amateurisme dans ce dossier. Quand la décision fut prise d’évacuer « temporairement » le Centre communautaire, on n’aurait pas dû demander aux organismes de « de tout sortir ». Il me semble qu’une semaine aurait suffi à des experts pour déterminer ce qui pouvait être fait pour corriger la situation.

Ça va faire deux ans , dans une couple de semaines, que le Centre est laissé à lui-même et il n’a toujours pas montré des signes d’épuisement… J’espère que les autorités ont pris les moyens requis pour conserver le bâtiment dans le meilleur état possible. Mais j’en doute…

Plus j’y pense, plus j’en viens à la conclusion que des gens ne se sont pas fendus le derrière pour tenter de régler rapidement le problème à la satisfaction de la population et des nombreux organismes qui y logeaient.