Six projets du Comité ZIP appuyés par le Fonds d’action Saint-Laurent

Photo de Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Six projets du Comité ZIP appuyés par le Fonds d’action Saint-Laurent
(Photo : Photo courtoisie)

Lac Saint-Pierre

ENVIRONNEMENT. Le Fonds d’action Saint-Laurent accorde plus de 100 000 $ au Comité de la Zone d’intervention prioritaire (ZIP) du lac Saint-Pierre pour la réalisation de six projets. Ceux-ci permettront ultimement une meilleure cohabitation entre la faune et la présence humaine et s’inscrivent dans l’objectif de protéger la biodiversité au lac Saint-Pierre.

D’abord, quatre projets visent la conservation des oiseaux par l’installation de sites de nidification. Ces espaces confortables permettront à la faune aviaire d’élever leurs petits en toute sécurité, que ce soit en ville ou en pleine nature. Certains nichoirs seront même installés dans les bandes riveraines des producteurs agricoles, pour leur bénéfice et celui des oiseaux. En effet, ces infrastructures permanentes n’entraveront pas les travaux aux champs alors que la présence des oiseaux est bénéfique, entre autres parce qu’ils participent à la pollinisation et à la propagation des végétaux en plus de se nourrir d’insectes, généralement nuisible pour les agriculteurs. Chaque projet compte sensibiliser la population à l’importance de ces sites de nidification par le biais de l’installation de panneaux informatifs, de la distribution de dépliants et par la tenue de rencontres. Le comité prévoie d’ailleurs rencontrer des jeunes du milieu scolaire. Ces derniers seront impliqués activement en participant à l’installation de nichoirs à proximité de leur école ainsi qu’au recensement des oiseaux qui les utiliseront.

Aménagements fauniques

Le Comité ZIP du lac Saint-Pierre prévoit également aménager l’emprise de l’autoroute 40 à Louiseville, Maskinongé et Yamachiche  pour offrir des habitats propices à la faune présente dans ce milieu. Installation de nichoirs artificiels, plantation de végétaux, aménagement d’abris sont là quelques-uns des moyens envisagés. Une partie du projet compte également limiter la propagation du roseau commun, une plante exotique envahissante qui nuit à la biodiversité du milieu, délogeant les espèces floristiques indigènes d’ici.

Tous les travaux prévus devraient être complétés au plus tard en septembre 2019.

Étude sur les vagues

Enfin, au cours de l’été, le Comité ZIP documentera l’effet des vagues causées par les milliers d’embarcations qui naviguent sur le lac Saint-Pierre et dans ses nombreux chenaux. Les résultats observés permettront à l’organisme de formuler des recommandations concrètes afin que les plaisanciers profitent de l’environnement du lac sans nuire outre mesure à ces écosystèmes fragiles.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des