Situation exceptionnelle à l’urgence de Louiseville

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
Situation exceptionnelle à l’urgence de Louiseville
Le taux d'occupation des civières à l'urgence de Louiseville a atteint 250%, la semaine dernière.

SANTÉ. Patience, si vous devez vous rendre à l’urgence! Les salles d’urgence des hôpitaux de la Mauricie débordent. L’urgence du centre hospitalier Avellin-Dalcourt de Louiseville, dont la patientèle dépasse les frontières de la MRC de Maskinongé, ne fait pas exception. Le taux d’occupation des civières à l’urgence a atteint 250% le 8 janvier dernier à 9h46. À ce moment, 10 personnes occupaient une civière alors que le permis d’exploitation en permet seulement quatre. Cette situation survient alors que la saison de la grippe bat son plein, ce qui entraîne un fort achalandage dans les hôpitaux. «Les raisons des consultations sont variées. Par contre, on est dans une période où il y a plus de consultations pour la grippe. Il peut, par exemple, y avoir des complications pour certaines personnes qui ont une maladie chronique. Il y a aussi le fait que l’achalandage est très important au centre hospitalier de Trois-Rivières», rapporte Guillaume Cliche, agent d’information du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ). «Les gens qui se trouvent à l’urgence de Louiseville et qui ont besoin d’une hospitalisation doivent être transférés vers Trois-Rivières, poursuit le porte-parole. Dans le contexte actuel, l’attente peut être plus longue qu’à l’habitude avant d’être transféré, ce qui fait en sorte qu’on a plus de patients sur une civière à Louiseville.» M. Cliche précise que le pourcentage d’occupation des civières varie assez rapidement à Louiseville. «Il y a souvent des patients en observation. La preuve, sur les 10 personnes qui occupaient une civière, aucun usager n’était en attente d’hospitalisation. Tous les usagers étaient en observation jusqu’à ce que leur situation se stabilise. Ils obtiennent ensuite leur congé et retournent à la maison», explique-t-il. Mesures particulières apportées Pour répondre aux besoins de la population, le CIUSSS MCQ indique avoir dépêché des civières supplémentaires à l’urgence de Louiseville en attendant que la situation se régularise. Des mesures sont également mises en place afin d’assurer une meilleure fluidité pour les transferts des patients vers Trois-Rivières. «Ce qui est demandé, c’est surtout au centre hospitalier à Trois-Rivières pour permettre les transferts des gens qui ont besoin d’une hospitalisation. Dans les unités de soins, on demande de ne pas attendre avant d’accorder les congés. Dès que c’est possible, on accorde le congé à l’usager. Ça permet de libérer plus rapidement des lits pour d’autres usagers», confie Guillaume Cliche. Ce dernier indique que l’organisation a également ajusté la planification des équipes en place en fonction de l’achalandage sans toutefois avoir fait l’ajout de personnel supplémentaire puisque dans les dernières années, le CIUSSS MCQ aurait revu à la hausse la structure des postes pour les urgences afin de faire face au fort achalandage à cette période de l’année. Soins ambulatoires Au niveau ambulatoire, c’est-à-dire les personnes qui se rendent à l’urgence par leurs propres moyens et qui nécessitent une prise en charge médicale sans hospitalisation ou pour une très courte durée, les consultations sont nombreuses. Les temps d’attente pour voir un médecin peuvent varier en fonction de l’achalandage et de la priorité, mais demeurent plus élevés qu’en temps normal. «Si on compare à l’an dernier, les consultations sont en hausse pour les symptômes liés à la grippe, mais le nombre de consultations est demeuré relativement stable», observe Guillaume Cliche. Éviter l’urgence Le CIUSSS MCQ rappelle à la population que la consultation à l’urgence est le dernier recours à envisager. En cas de doute sur votre état de santé, les autorités recommandent de communiquer avec le service Info-Santé 811 ou de visiter la page Web Maladeenhiver.ca qui permet de vous outiller face aux virus d’hiver. «Si les gens se présentent à l’urgence pour des virus qu’on peut attraper en hiver, soit la grippe, le rhume, la gastro ou une otite, on demande aux gens d’éviter l’urgence et d’utiliser cet outil. Il y a plusieurs trucs pour éviter de contracter ces virus-là, mais aussi pour se soigner soi-même à la maison. Si jamais une consultation médicale est nécessaire, il est toujours privilégié de faire appel au médecin de famille ou d’aller dans une clinique sans rendez-vous offerte pour la clientèle orpheline», répond le porte-parole du CIUSSS MCQ. Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des