Recycler par amour

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Recycler par amour
Récupérer les bouteilles de pilules, les bouchons de plastique, les attaches à pain et les goupilles de canettes peut changer des vies. (Photo : Photo Marie-Eve Veillette)

CHARETTE. Les bouteilles de pilules, les bouchons de plastique, les attaches à pain et les goupilles de canettes peuvent changer des vies. Depuis un an et demi, une dame de Saint-Thomas-de-Caxton, qui souhaite garder l’anonymat, les recueille pour une cause qui lui tient particulièrement à cœur: la santé de sa petite-fille, atteinte du syndrome de Cowden.

La petite ne peut pas être assurée. Son syndrome a été détecté de façon intra-utérine. Sa mère en est également porteuse, tandis que sa sœur aînée est décédée de complications reliées à cet état, il y a environ deux ans.

Une pièce de la maison de Béatrice (*nom fictif) est dédiée à la vaste collecte qu’elle chapeaute. Dans cette pièce s’entassent les matières récupérées qu’elle a, au préalable, pris soin de trier avec minutie. Celles-ci proviennent de plusieurs points de chute gérés par divers organismes de la région de Maskinongé et d’ailleurs en Mauricie: Aféas, FADOQ, écoles, pharmacies, etc.

Une fois triées, ces matières sont acheminées à des récupérateurs spécialisés, qui les revaloriseront. Les goupilles de canettes aboutissent chez un ferrailleur de la région, qui verse à Béatrice un petit montant d’argent correspondant à la valeur marchande du métal rapporté. «Il reste toujours surpris de la quantité de goupilles qu’on lui apporte!», sourit la dame, qui va régulièrement y faire son tour pour y recueillir les quelques dollars que peut lui rapporter un gros sac à ordures rempli de goupilles triées.

Les bouteilles de pilules et les bouchons de plastique sont pour leur part envoyés chez un récupérateur de la région sensible à la cause de Béatrice. Ce plastique, soigneusement trié lui aussi, est transformé en genre de pâte servant à la fabrication d’autres objets de plastique. Encore là, le montant reçu en échange est minime, mais «c’est mieux que rien», philosophe Béatrice, qui considère faire en même temps sa part pour l’environnement.

En ce qui concerne les attaches à pain, elles sont envoyées principalement à Montréal, où un bon samaritain les prend en charge au bénéfice d’enfants handicapés; une autre cause qu’endosse Béatrice. «Comme nous allons régulièrement à Montréal pour ma petite-fille, on en profite pour aller lui livrer des caisses d’attaches à pain. Ça fait plus de 20 ans qu’il les collecte pour les revendre à une entreprise ontarienne qui les fait fondre pour les revaloriser», indique Béatrice, qui envisage aussi en acheminer à Sherbrooke, où quelqu’un les récupère au profit des traumatisés crâniens.

La patience, la minutie et le dévouement de cette grand-mère bienveillante lui permettent de ramasser de l’argent qui servira de coussin financier à sa petite-fille, pour d’éventuels services et soins médicaux.

Tranquillement mais sûrement, le bas de laine se garnit: «Je ne compte pas les heures ou le gaz investis dans le projet. Je le fais pour ma petite-fille, tout simplement. Ça nous permet de voir le soleil au bout du chemin; du moins, on s’arrange pour le voir! Et c’est grâce à la participation de chacun qu’on peut avancer», conclut Béatrice, la voix remplie de reconnaissance.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
11 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Annie vallieres
Annie vallieres
3 années

Si vous voullez communiquer avec moi ça me ferais plaisir de vous aider à ramasser des chose

Christiane Borgia
Christiane Borgia
3 années

Je cherche à donner plusieurs de ses articles je suis nouvelles dans la région (St-Elie de Caxton). Pouvez vous me contacter pour queue je vous remette ce que j’ai. Merci. animaclowns@hotmail.com

Eric Pelletier
Eric Pelletier
3 années

Bonjour. Je me nomme Éric Pelletier et l’événement annuel que j’organise amasse les goupilles. Cette année nous en étions à notre 6 ieme édition. Au cours des 4 premières, nous remettions nos goupilles à un jeune homme de la région de Québec. Depuis l’an dernier, j’ai décidé des donner à quelqu’un de notre région, mais par malheur je n’ai pas trouvé. Donc, à la vue de cet article, je me demande s’il les amassent encore? Si oui, serait-il possible d’entrer en contact avec la famille de la jeune fille en questions?
Merci de bien vouloir faire le suivi

Marc Davis
Marc Davis
2 années

Bonjour ,SVP ,pourriez vous m’informer où je pourrais déposer ma récupération de bouchons
à Trois-Rivières? Merci

Florence Brousseau
Florence Brousseau
2 années

J ai beaucoup de bouteilles de pilules. Je voudrais savoir si vous les prennez. J ai trouver un endroit au États Unis mais si ça peut aider quelqu un de chez nous j aimerais mieux

Sylvie Berthiaume
Sylvie Berthiaume
2 années

Pourriez-vous me dire où je pourrais déposer mes attaches de pain? J’avais l’habitude de les mettre au Centre fiscal de Shawinigan mais ce n’est pas possible présentement. Je demeure à Shawinigan

Ginette Lachance
Ginette Lachance
2 années

Bonjour,
J’aimerais savoir s’il y a un endroit dans la ville de Québec où on peut aller porter des bouchons de plastiques ramassés pour une bonne œuvre. Merci !

Louise
Louise
1 année

Bonjour, j’habite Sorel-Tracy, pouvez me trouver un site ou vous les envoyer, si oui, de quelle façon?

Chantal Lalumiere
Chantal Lalumiere
11 mois

Bonjour, j’ai beaucoup de bouchons de plastique. Je suis de Repentigny. Est-ce qu’il y a un endroit où je pourrais les déposé. Au plaisir de contribuer à votre cause.

Aliette lavoie
Aliette lavoie
9 mois

Je cherche l endroit le plus pres de chez moi pour aller porter des caisses de goupilles et d attaches a pains. Je demeure a Matapedia au G0J1J0

Laurie Fleury
Laurie Fleury
5 mois

Bonjour. j’aimerais vous envoyé les goupilles et les attaches de pain que nos élèves ont ramassé au courant de l’année scolaire.