Port du masque obligatoire: un défi aux responsabilités partagées

Photo de Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Port du masque obligatoire: un défi aux responsabilités partagées
(Photo : Photo : Pexels)

Alors que le gouvernement du Québec vient d’annoncer le port du masque obligatoire dans tous les lieux publics fermés, la Chambre de commerce et d’industrie de la MRC de Maskinongé (CCIMM), de pair avec la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), est préoccupée par les pénalités que pourraient subir les entreprises de la région.

À partir du 18 juillet, le port du masque devra être obligatoire dans tous les lieux publics fermés, incluant commerces et restaurants. Bien que les mesures proposées soient nécessaires pour endiguer la pandémie de la COVID-19, la responsabilité devrait être plus clairement partagée entre les particuliers et les entreprises. «Pour l’instant, les sanctions et amendes annoncées concernent principalement les entreprises. Nous comprenons la nécessité de faire appliquer les décisions de la Santé publique, mais les commerçants ne devraient pas être les uniques responsables du comportement des individus. Nous souhaitons que le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec précise rapidement les modalités entourant les sanctions aux individus», a indiqué Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ.

Depuis le début de la crise, les entreprises de Maskinongé collaborent et agissent de façon responsable pour respecter les meilleures pratiques sanitaires demandées par la santé publique. En effet, bon nombre d’entre elles ont investi considérablement pour obtenir le matériel et les ressources nécessaires pour limiter la contagion. «Nous appréhendons les conséquences que ces nouvelles mesures pourraient avoir sur les entreprises du territoire de Maskinongé. Bien évidemment, nous souhaitons participer à l’effort collectif pour éviter la transmission communautaire. Cependant, il est nécessaire de responsabiliser davantage les individus pour leurs actes», a souligné François-Eugène Lessard, président de la CCIMM.

La FCCQ et la CCIMM admettent le devoir de diligence raisonnable dont doivent faire preuve les entreprises pour s’assurer de créer un environnement sécuritaire pour les particuliers et leurs employés.  «Toutefois, il est important de prendre conscience qu’il y aura des personnes qui auront besoin d’être convaincues de la pertinence de cette mesure et que ce n’est pas aux entreprises d’en subir les conséquences. Le gouvernement a la responsabilité de bien communiquer les informations nécessaires rapidement avec des campagnes d’affichage pour s’assurer que les nouvelles mesures soient respectées», rapporte Charles Milliard.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des