Perchaudes dans le lac Saint-Pierre: il était temps déplore la FQF

Par superadmin
Perchaudes dans le lac Saint-Pierre: il était temps déplore la FQF
En somme

La Fédération québécoise de la Faune (FQF) se dit satisfait de l’ensemble des mesures de restrictions annoncées par le ministre Claude Béchard pour rétablir les stocks de perchaudes dans le lac Saint-Pierre mais déplore qu’elles n’aient pas été instaurés il y a quelques années alors que la situation était déjà dramatique.

La FQF rappelle qu’elle avait prédit dès le printemps 2002 la situation dramatique à laquelle est confrontée la perchaude aujourd’hui. Cette prédiction est devenue un constat, dont fait état le rapport de février 2008 du Dr. André Thibault sur l’état des stocks de perchaudes du lac Saint-Pierre. On y mentionne que l’abondance de la population de perchaudes du lac Saint-Pierre compte parmi les plus faibles des grands plans d’eau de la plaine du Saint-Laurent. On y mentionne aussi que les précédentes mesures de restrictions sont un échec.

Depuis plus de 10 ans, la FQF a craint le pire et y est allée de plusieurs avertissements comme celui-ci lancé au printemps 2002: «Malheureusement, le ministre se prépare à prendre exemple sur les fédéraux, qui par le passé ont négligé la gestion de la morue. Rappelons-nous qu’au début des années 90, les stocks de morue ont connu une baisse catastrophique à la suite d’une surpêche intensive, et ce, sans que les fédéraux réagissent. Le moratoire sur la pêche à la morue a été annoncé à la suite de la chute des stocks de morue, c’était trop peu, trop tard!»

Le milieu faunique se retrouve donc dans une situation de déjà-vu déplore la FQF alaors que les actions auraient dû être entreprises depuis longtemps. En effet, il n’y aura plus de pêche commerciale durant la fraye et un rachat volontaire de tous les permis des pêcheurs commerciaux est mis en place. Après une saga de plusieurs années au cours desquelles la FQF a toujours défendu les principes d’interdiction de toutes formes de pêche durant la fraye et un rachat massif des permis de pêche commerciale, tous arrivent à la même conclusion que la FQF avait anticipée il y a quelques années.

Parmi les mesures de préservation annoncées, la FQF s’interroge sur les 4,3 tonnes de perchaudes accordées aux pêcheurs commerciaux alors que la population du lac Saint-Pierre est en situation précaire. La FQF maintient qu’il ne devrait pas y avoir de pêche commerciale.

Il est cependant satisfaisant de voir que l’allocation de la ressource halieutique est enfin conforme aux dispositions de la Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune, et qu’elle favorisera la pêche sportive. Selon ces dispositions, les pêcheurs sportifs doivent avoir préséance sur les pêcheurs commerciaux. Bien entendu, l’harmonisation des dates d’ouverture de la pêche sportive et de la pêche commerciale est aussi accueillie avec une certaine satisfaction et rétabli l’équité à cet égard. Rappelons que la FQF s’est toujours opposé au principe de permettre la pêche commerciale lorsque la pêche sportive est interdite.

Parmi les mesures complémentaires de gestion, la FQF demande à ce que la pêche sportive d’hiver soit maintenue jusqu’à la mi-mars, après la semaine de relâche scolaire, afin de favoriser le développement de la relève des pêcheurs.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires