Miser sur l’immigration comme piste de solution

Miser sur l’immigration comme piste de solution
Jean-Frédéric Bourassa, coordonnateur du Service de développement économique et du territoire de la MRC de Maskinongé, Denis Trahan, vice-président ATRAHAN Transformation Inc., Isabelle Bordeleau, agente de développement du territoire de la MRC de Maskinongé, David Heurtel, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec, Jonner Mina Sanchez, coordonnateur du SANA de la MRC de Maskinongé, Marc H. Plante, député de Maskinongé et Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé.

ÉCONOMIE.  Consciente de la nouvelle réalité des entreprises locales qui font face à un important manque de main-d’œuvre, et ce, dans différents domaines, la MRC de Maskinongé prend les grands moyens pour les aider en annonçant la mise en place d’une Stratégie concertée d’attraction, d’accueil et de rétention des nouveaux arrivants dans la région. Cette stratégie vise notamment à élaborer une politique concertée d’accueil des nouveaux arrivants, à promouvoir les opportunités du territoire auprès de ces derniers ainsi qu’à favoriser une intégration durable en emploi et dans leur nouveau milieu de vie. Pour l’élaboration de cette stratégie, la MRC de Maskinongé injecte 120 000$ dans ce projet, sur une période de deux ans, dont 60 000$ proviennent d’une aide financière du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion du Québec.  Le ministre David Heurtel était d’ailleurs à Louiseville, le 17 novembre dernier, pour en faire l’annonce. «C’est une problématique qu’on n’a pas vue depuis des décennies. Au Québec, on se trouve dans une situation où nos entreprises en région vivent des pénuries de main-d’œuvre à cause de la démographie et de notre croissance économique. Pour poursuivre notre développement économique, on doit faire face à des enjeux majeurs en matière d’emploi. Pendant des années, l’immigration était vue comme étant associée à Montréal. Maintenant, ce qu’on constate, c’est que l’immigration est une des solutions. Il faut revoir notre approche envers l’immigration en région», explique David Heurtel, ministre de l’Immigration qui estime que plus de 25 000 postes devront être comblés d’ici 2019 en Mauricie. C’est pourquoi la MRC de Maskinongé souhaite développer une série de mesures, en collaboration avec plusieurs partenaires, afin d’attirer des immigrants et favoriser leur établissement à long terme dans la région. À ce chapitre, les partenaires jumellent déjà leurs efforts afin de mettre en valeur les opportunités du territoire via différentes activités et événements de recrutement à travers la province. «C’est un grand défi à réaliser de combler tous les postes dans la région, rapporte Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé. On est en mode attraction. On veut être proactif. Le Service d’accueil des nouveaux arrivants (SANA), c’est la porte d’entrée pour les immigrants. On va maintenir et même augmenter nos efforts pour pouvoir aider nos entreprises de la région». La MRC de Maskinongé envisage même d’aller en France en 2018 afin de cibler de la main-d’œuvre francophone qui pourrait aider à combler des postes dans les entreprises de la région. En plus de l’immigration, le ministre David Heurtel estime que la productivité des entreprises ainsi que les avancées technologiques, dont l’automatisation peuvent également faire partie des solutions de cette pénurie de main-d’œuvre. Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires