Midi déménage sa production

Par superadmin
Midi déménage sa production
La production de l'usine Midi se fera maintenant dans les murs de l'usine Dinec à Trois-Rivières.

MASKINONGÉ. L’usine Midi de Maskinongé, une division de Meubles BDM+ inc. – filiale de Groupe Bermex – a complètement transféré sa production à l’usine Dinec de Trois-Rivières, au cours des dernières semaines.

La direction a décidé de déménager cette production avant la fin des procédures en cours avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques en lien avec des problèmes environnementaux.

En septembre dernier, TC Media vous rapportait en primeur que près de 40 travailleurs pouvaient être relocalisés. Le ministère de l’Environnement jugeait que l’usine Midi avait un taux d’émanation trop élevé des produits utilisés, et ce, à proximité des écoles. L’entreprise avait décidé d’entamer des procédures pour se défendre. Puis, des plaintes logées venant des citoyens de Maskinongé qui jugeaient trop bruyant le dépoussiéreur de l’usine se sont ajoutées au problème initialement environnemental. La décision du juge responsable du dossier devait tomber au mois de novembre, mais le jugement a finalement été repoussé à une date ultérieure.

Malgré la décision qui se fait attendre, Meubles BDM+ inc. confirme qu’elle a déménagé les activités de production de l’usine Midi.

«Le transfert ne faisait pas partie des plans initialement. On a décidé de ne pas attendre la décision de la Cour parce qu’on la connait à 90 %. Il y a eu plusieurs rencontres qui ont été faites à l’interne afin de discuter de la stratégie à adopter. Il y a d’abord eu un réaménagement de l’inventaire de la matière première qu’on utilise en fabrication chez Dinec. Ensuite, avec l’espace qu’on a obtenu, nous avons intégré les lignes de production de l’usine Midi. Ça demeure deux productions totalement distinctes, mais dans la même usine. Le déménagement de la production a été réalisé progressivement et s’est terminé le 8 février dernier tandis que pour le rembourrage, il a été complété le 18 février», indique Nancy Villemure, vice-présidente marketing et opérations commerciales chez Meubles BDM+ inc.

Un partage bénéfique des installations

L’intégration de la chaîne de production de l’usine Midi dans l’usine Dinec aura tout de même quelques avantages. Bien que l’entreprise offre le service de livraison des produits chez les clients, certains d’entre eux préfèrent recueillir les commandes directement à l’usine. «Il arrive qu’un client soit client chez Dinec et chez Midi. Donc, maintenant ils pourront faire la cueillette des commandes au même endroit», révèle Mme Villemure.

Les employés d’abord

Ce changement majeur chez Meubles BDM+ a été fait, nous dit-on, dans les règles de l’art. Les travailleurs ont été rencontrés et ont tous été relocalisés à l’intérieur d’autres usines de l’entreprise.

«75 % de nos employés ont accepté d’aller travailler chez Dinec à Trois-Rivières. Ce nombre inclut le directeur de l’usine Midi et deux chefs d’équipe. Le 25 % restant a choisi de demeurer à Maskinongé dans les installations de Bermex. Il n’y a donc aucune perte d’emploi. De cette façon, on optimise le rendement des équipes», souligne la vice-présidente marketing et opérations commerciales chez Meubles BDM+ inc.

Avec ce transfert, l’entreprise a modifié l’horaire de travail des employés. Ceux-ci font 40 heures par semaine sur une période de quatre jours.

«On a fait ça avec leur accord. Ça enlève une journée de voyagement et on a proposé d’utiliser notre transport collectif qui part de Maskinongé, c’est-à-dire une camionnette qui peut accueillir plus d’une quinzaine de passagers. On est conscient que le transfert amène des dépenses supplémentaires, mais au niveau du transport nous avons trouvé cette solution pour accommoder les employés. Sinon, ils bénéficient d’autres avantages qu’ils n’avaient pas avant, dont des assurances collectives.»

Une usine convertie en entrepôt

Dorénavant, l’imposante usine située à l’entrée du village de Maskinongé deviendra un entrepôt. La direction étudie également la possibilité d’y intégrer un studio de photographie. Possédant près de 23 emplacements au Québec, Meubles BDM+ estime que la conservation de l’usine Midi était nécessaire pour les opérations courantes. «On regarde présentement les différentes possibilités, mais il n’y aura pas de production manufacturière qui se fera là. Souvent on a besoin d’espace, c’est plus avantageux d’entreposer dans un bâtiment qui nous appartient que de louer des entrepôts. L’idée de vendre la bâtisse n’est pas sur la table présentement puisqu’on l’utilisera pour des besoins d’entreposage.»

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires