Manufacturiers: des possibilités d’affaires avec le CIUSSS

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Manufacturiers: des possibilités d’affaires avec le CIUSSS
(Photo : archives)

AFFAIRES. Les Manufacturiers de la Mauricie et du Centre-du-Québec (MMCQ) ont eu un aperçu des possibilités d’affaires avec le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec à l’occasion d’un webinaire avec Christian Barrette, directeur adjoint du service logistique du CIUSSS-MCQ.

Sur les 500 M$ d’achats réalisés par le CIUSSS régional chaque année, environ 150 M$ sont faits auprès de fournisseurs de la région, estime M. Barrette, qu’il s’agisse de services d’électriciens, de plombiers, d’architectes, de masques ou de produits d’entretien ménager, par exemple.

«Faire affaire avec le CIUSSS, c’est faire affaire avec le gouvernement, de sorte qu’il y a un encadrement légal dans lequel on doit fonctionner et duquel on ne peut se soustraire, rappelle M. Barrette. Ça nous oblige à certaines structures, dont le faire de lancer un appel d’offres public pour tout dossier de 105 700$ et plus. C’est le cas pour la majorité de nos contrats. Les appels d’offres sont publiés sur le site du SEAO.»

Depuis le 1er septembre, le Centre d’acquisitions gouvernementales (CAG) a également été mis sur pied pour l’acquisition de gants et masques, notamment, dans le cadre de la pandémie de COVID-19. Le CAG peut négocier pour les CIUSSS pour acheter certaines quantités d’équipement.

«C’est une autre possibilité de soumissionner, précise M. Barrette en ajoutant que les entreprises doivent aussi être inscrites au registre des lobbyistes. Ce fut un défi, pendant la première vague, de trouver des équipements de protection individuelle. On a réussi à bien s’en sortir, entre autres grâce à la collaboration de manufacturiers de la région, comme Patelin qui nous a fourni des blouses lavables, et de l’entreprise Prémont pour les masques.»

S’il remarque que le milieu manufacturier s’est rapidement adapté pour produire du gel désinfectant, des blouses et des visières, Christian Barrette ne cache pas qu’il aimerait voir des entreprises québécoises se lancer dans la production de gants Nitrile.

«Notre défi, ce sont ces gants. Ils sont faits en Asie. Je ne sais pas s’il y a plus de 25 usines de gants dans le monde et notre consommation de gants Nitrile est en évolution constante. Depuis la pandémie, on a augmenté notre niveau de sécurité d’un cran, de sorte que des gants sont portés à des endroits où on ne jugeait pas que c’était nécessaire avant. La production de gants pourrait représenter une belle opportunité», explique-t-il.

En novembre, le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec a consommé plus de 6,6 millions de gants Nitrile

 

Quelques chiffres

Achat de fournitures, biens, services et équipements : 500 M$

Nombre de bons de commande : 98 000

Nombre de lignes de réception : 527 000

Nombre de véhicules : 145

Nombre de km parcourus par les équipes : 2,3 millions

Nombre de routes de transport de marchandises : 65

Nombre de transports usagers : 24 000

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires