Les Américains boiront l’eau de Saint-Élie

Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Les Américains boiront l’eau de Saint-Élie
Mise en bouteille directement à la source de Saint-Élie et ne faisant l'objet d'aucun traitement

Trois millions$ seront investis dans l’agrandissement de l’usine et la mise en place d’une nouvelle ligne d’embouteillage aux Sources Saint-Élie, entreprise en pleine expansion située tout près du lac Patterson, à Saint-Élie-de-Caxton.

L’embouteilleur d’eau de source, qui célèbre en 2008 ses 20 ans d’existence, n’en finit plus de parapher les contrats depuis qu’il a remporté en juin 2007, à l’International Taste & Quality Institute en Belgique, le prix du Goût et de la Qualité Supérieure (Superior Taste Award 2007), une catégorie dans laquelle concourraient des marques prestigieuses telle Evian. «L’eau de source embouteillée est un produit en croissance, explique Francine Lavoie, une ingénieure en génie chimique qui a acquis l’entreprise en 2000. Avec tous les problèmes de pollution qu’on connaît, les villes qui n’ont pas autant d’argent qu’elles le voudraient pour traiter convenablement leur eau, la valeur de l’eau de source ne cesse d’augmenter.»

Et puis avec une population de plus en plus soucieuse de sa santé, le phénomène de consommation de l’eau en bouteille n’a rien de passager, bien au contraire affirme Mme Lavoie qui souligne que le marché des liqueurs est de son côté en décroissance.

C’est donc muni d’une confiance à toute épreuve que Les Sources Saint-Élie vient d’ouvrir une division aux Etats-Unis, la Boreal Water, afin de se faire une place dans le riche marché américain.

L’augmentation de la capacité de production à Saint-Élie-de-Caxton permettra la création de six à neuf postes lorsque les nouveaux équipements seront en opération au mois de juin.

Un produit de prestige

C’est véritablement lorsque Francine Lavoie a pris les commandes que l’entreprise a pris son envol. Jusqu’en 2000, l’embouteilleur de Saint-Élie se limitait à commercialiser les formats de 18 litres qui alimentent les distributeurs d’eau domestiques.

Mme Lavoie a quant à elle immédiatement vu une opportunité de commercialiser son eau de source dans de petits formats (410 ml et 500 ml) et pour les comptes de clients privés. «Traditionnellement, on retrouvait les marques privées dans les grands marchés d’alimentation. On a eu l’idée de notre côté d’offrir à des chaînes d’hôtels, de restaurants, des concessionnaires automobiles, des cabinets d’avocats, des firmes comptables des bouteilles d’eau avec leur propre marque. Ça devenait pour eux un produit de prestige.»

Ce sont maintenant plus de 400 de ces clients atypiques qui se retrouvent dans le carnet de commandes des Sources Saint-Élie. «Comme nous sommes flexibles, nous acceptons les commandes à partir de 1500 bouteilles.»

Comme l’eau de source de Saint-Élie bénéficie de plus en plus de notoriété, Francine Lavoie jongle maintenant avec l’idée de pousser plus loin la commercialisation du nom, une avenue qu’elle hésitait à prendre jusqu’à tout récemment, car ce marché est occupé par des multinationales. «On reçoit des dizaines d’appels par semaine de clients qui veulent notre eau mais sous notre propre marque», mentionne la présidente. Présentement, Les Sources Saint-Élie sont sur les tablettes des Pharmacies Jean Coutu et d’autres ententes sont à venir.

Qu’à cela ne tiennent, une grande partie de la population du Québec boit déjà de l’eau de Saint-Élie sans le savoir. «Plusieurs ne nous connaissent pas mais presque tout le monde nous a déjà bu», termine en souriant Mme Lavoie.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des