L’Entre-Aide en processus de dissolution

L’Entre-Aide en processus de dissolution
Les partenaires du milieu se mobilisent pour assurer la pérennité des services offerts par l'Entre-Aide. (Photo : Photo archives)

COMMUNAUTAIRE. Les deux administratrices restantes sur le conseil d’administration de l’Entre-Aide de Louiseville ont convoqué leurs membres ainsi que la population à une assemblée extraordinaire, le 17 février dernier, dans le but de présenter l’état de la situation ainsi qu’une proposition pour dissoudre cet organisme de bienfaisance en difficulté.

L’Entre-Aide vient en aide aux personnes à faible revenu ou démunies avec des services de dépannage alimentaire et de distribution de meubles, d’électroménagers et d’appareils électroniques à prix modique.

Incapable de répondre à plus de 20 critères exigés par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ), l’organisme sans but lucratif a perdu son accréditation et son financement de près de 85 000$, l’été dernier, à la suite d’importants manquements. Et les problèmes sont apparus bien avant la fermeture du centre communautaire de Louiseville où il était logé.

Le CIUSSS MCQ suivait l’organisme et accompagnait les dirigeants depuis février 2017.

La Corporation de développement communautaire (CDC) de la MRC de Maskinongé a également offert son support à l’Entre-Aide, mais l’équipe en place n’a pas été en mesure de redresser la situation de façon à remettre l’organisme sur le droit chemin.

De plus, la perte de ce financement et de cette accréditation a entraîné le départ de deux employés permanents, de sorte que l’organisme n’était plus actif dans son milieu.

Centraide Mauricie et Moisson Mauricie-Centre-du-Québec ont aussi retiré le financement et le mandat de distribuer les denrées alimentaires à l’Entre-Aide. Depuis cette décision, la Maison de la famille du bassin de Maskinongé avait accepté de prendre le relais pour éviter une coupure de service à la population. Chaque semaine, ce sont entre 50 et 70 familles de la région qui bénéficient de cette aide alimentaire.

Une rencontre cruciale

Or, une dizaine de personnes ont répondu positivement à l’invitation en assistant à cette rencontre cruciale. Les participants ont pu prendre connaissance de la situation financière, du souhait du conseil d’administration et constater la fragilité de l’organisation.

«C’est un dossier très complexe et à la fois nébuleux. Cette situation-là est exceptionnelle et c’est rare qu’un organisme se place dans une telle position. L’Entre-Aide est aux prises avec plusieurs problèmes et il serait difficile de le relancer dans le contexte actuel. Malgré l’accompagnement offert, l’organisme n’a pas réussi à démontrer sa capacité de poursuivre ses activités de manière autonome», a mentionné Nadia Cardin, coordonnatrice de la Corporation de développement communautaire de la MRC de Maskinongé.

Portrait financier

Les dettes de l’Entre-Aide totalisent plus de 43 500$. Le plus important créancier est Desjardins pour deux prêts, dont l’un contracté dans l’espoir d’obtenir de nouveau le financement du CIUSSS MCQ. L’assureur de l’organisme, un bureau de comptable, la Maison de la famille du bassin de Maskinongé, Cogeco, un marché d’alimentation ainsi qu’une station-service de la région figurent parmi les autres créanciers.

Il a aussi été possible d’apprendre que l’organisme fait actuellement l’objet d’une poursuite de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) pour des vacances impayées à la suite de la mise à pied et au départ d’employés.

Mandat clair

Dans les circonstances, les membres ont unanimement résolu de donner le mandat aux administratrices, avec l’appui de la CDC, de liquider les actifs et les biens de l’Entre-Aide dans le but de rembourser les dettes en tenant compte des impacts dans le milieu. Par le fait même, la résolution autorise les responsables à entamer les démarches de dissolution de l’organisme. «Même s’il sera difficile de rembourser tous les créanciers, nous souhaitons agir avec bienveillance jusqu’à la fin», témoigne Mme Cardin.

Par ailleurs, les partenaires du milieu se sont mobilisés pour assurer la pérennité des services offerts par l’Entre-Aide. À cet effet, la Maison de la famille du bassin de Maskinongé a l’intention de poursuivre le service d’aide alimentaire tandis que la Coopérative Adirondak s’organise pour offrir la distribution de meubles. «Au-delà de ce qu’on vit présentement, tous les partenaires du milieu travaillent ensemble pour maintenir les services en place pour répondre aux besoins des différentes clientèles. C’est l’objectif ultime, car les besoins demeurent bien présents sur le territoire», termine Nadia Cardin.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des