«Le pire est derrière nous» – François Legault

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
«Le pire est derrière nous» – François Legault
François Legault, premier ministre du Québec, Roger Michaud, maire de Maskinongé et Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

INONDATIONS. Le premier ministre du Québec, François Legault, était de passage à Maskinongé, lundi après-midi, pour constater l’ampleur des inondations dans le secteur et rencontrer des sinistrés.

Il a également profité de l’occasion pour s’entretenir avec les responsables des mesures d’urgence de la Municipalité de Maskinongé et les élus locaux.

Lors d’un point de presse, M. Legault a d’abord remercié tous les intervenants et bénévoles qui sont venus en aide aux sinistrés lors des derniers jours afin de minimiser les dégâts ou offrir du support. «Il y a quand même 130 résidences inondées ici à Maskinongé. C’est à peu près les mêmes résidences qu’en 2017. Je veux remercier tout le monde pour leur travail qui est fait dans des conditions difficiles. Il y a des personnes qui ont été affectées en 2017 et certains dossiers ne sont pas encore tout-à-fait réglés. On va s’assurer qu’ils soient réglés et que le nouveau programme puisse permettre de débourser des sommes d’argent rapidement. On a déjà commencé, notamment en Beauce. Dès qu’on va contrôler la situation, on va être capable de s’asseoir avec les propriétaires, évaluer les dégâts et rembourser sur une base d’estimation plutôt que d’attendre que les travaux soient complétés et que les factures soient produites», a indiqué le premier ministre.

François Legault, premier ministre du Québec, lors de son passage à Maskinongé. Photo Pier-Olivier Gagnon

François Legault a toutefois indiqué que les résidents auront un choix à faire dans le nouveau programme que son gouvernement souhaite instaurer. «Il y aura un montant maximal cumulatif de 100 000 $ à travers les années et qui commence dès cette année, en 2019. Quand les gens vont atteindre 100 000 $ en réparations, ils ne pourront plus avoir accès à des aides financières», explique-t-il.

Il a tenu à rappeler qu’un autre programme permet déjà aux gens d’obtenir un maximum de 200 000 $ pour leur résidence et 50 000 $ pour le terrain.

«Évidemment, on souhaite trouver des solutions permanentes. On comprend aussi les gens inondés. Certains d’entre eux, même si on leur dit qu’ils ont un maximum de 100 000 $, ils vont préférer rester ici parce que c’est beau et que ça dure juste un mois ou un mois et demi. Je crois que c’est raisonnable d’avoir un montant cumulatif.»

Défi financier pour les municipalités

François Legault reconnait aussi que pour les plus petites municipalités, dont fait partie Maskinongé  avec 2 200 habitants, le départ de résidents des zones inondables engendre des pertes de revenus au niveau des taxes foncières. «On a 130 maisons qui rapportent des taxes foncières. Il n’y a presque pas de terrains dézonés pour accueillir éventuellement de nouveaux résidents. Perdre ces résidents demain matin, ce serait presque dramatique sur les finances de la municipalité. Il va donc falloir se poser des questions et réfléchir à comment on peut aider les municipalités dans ces cas-là. Il faut aussi s’assurer que les décisions ne soient pas prises en fonction d’objectifs à court terme, mais pour minimiser les dégâts à long terme pour la population. Il faut éviter que les contribuables paient à répétition des réparations. Les gens auront un choix à faire», souligne-t-il.

Le premier ministre du Québec s’est fait rassurant lors de son passage dans le secteur inondé de Maskinongé, lundi. «Il fait beau, on ne prévoit pas de pluie aujourd’hui et demain. Le niveau du lac St-Pierre a monté au-dessus de 2017. Actuellement, on est rendu en bas. On est dans la bonne direction. Je veux rassurer les gens. Le pire est derrière nous. La situation va s’améliorer», affirme-t-il.

Par ailleurs, le gouvernement du Québec a demandé à Ottawa l’assistance des Forces armées canadiennes lorsque l’eau se retirera, soit lors de la période de nettoyage. Une réponse est attendue dans les prochains jours.

De plus, François Legault a demandé à ses députés qui représentent des régions inondées de demeurer sur le terrain jusqu’à temps que la situation soit «sous contrôle» afin d’apporter l’aide nécessaire et de faire le lien avec les municipalités et ministères concernés.

Des améliorations au niveau de la préparation

Lors des inondations de 2017, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, avait visité le secteur inondé du lac Saint-Pierre à Louiseville. De retour dans une municipalité voisine en 2019, le nouveau premier ministre mentionne avoir remarqué des améliorations sur la préparation aux inondations dans les municipalités locales. «J’ai vu qu’on a pris trois ou quatre jours d’avance sur 2017. Malheureusement, on peut dire qu’on a appris et qu’on a tiré des leçons.  Maintenant, on sait où les dégâts vont s’étendre et la mise en place des sacs de sable fut plus rapide. Tout le monde a travaillé ensemble. Les gens de l’armée sont arrivés plus tôt aussi. On a pu prévenir davantage, mais un moment donné on ne peut pas prévenir tous les dégâts quand l’eau monte à une hauteur comme ça».

François Legault rappelle qu’il n’est pas question de permettre de nouvelles constructions en zones inondables et qu’il sera important de redéfinir les zones inondables.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des