Le Centre des femmes l’Héritage retrouvera son milieu de vie

Le Centre des femmes l’Héritage retrouvera son milieu de vie
Annie Lessard, coordonnatrice et Alyssa Lygitsakos, intervenante-responsable de la programmation au Centre des femmes l'Héritage. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

COMMUNAUTÉ. Ce n’est pas un secret pour personne, l’évacuation des organismes logés au Centre communautaire de Louiseville a eu des impacts importants sur les activités et les budgets de ces groupes communautaires qui ont été forcés de se trouver un nouveau toit.

Maintenant qu’ils ont élu domicile ailleurs sur le territoire, ces organismes tentent du mieux qu’ils peuvent de se réorganiser, d’offrir leurs services à l’ensemble de la population de la MRC de Maskinongé et de poursuivre leur mission.

Le Centre des femmes l’Héritage fait partie de ces organismes qui ont dû composer avec ce casse-tête lors de la dernière année. Il a été évincé de son loyer pour des raisons de sécurité au même moment où sa toute nouvelle programmation venait d’être dévoilée. L’équipe de travail a finalement été accueillie temporairement dans les locaux de la Corporation de développement communautaire de la MRC de Maskinongé où elle œuvre actuellement. Les activités sont quant à elles présentées dans les locaux de l’Avenue Libre. «Notre programmation était attachée et tout était fixé. Il a fallu travailler fort pour maintenir notre accessibilité, notre programmation, nos activités et nos services. Notre équipe s’est retrouvée dans des conditions qui n’étaient pas optimales. Cette relocalisation a aussi eu des impacts au niveau de notre achalandage. On a eu beau faire la promotion d’où notre organisme était rendu, d’informer les membres et la population, mais il reste que nous avons connu une diminution au niveau de la participation, à un point tel que nous avons parfois dû annuler certaines activités», explique Annie Lessard, coordonnatrice du Centre des femmes l’Héritage.

Nouveau chapitre

Le Centre des femmes l’Héritage annonce qu’il déménagera une seconde fois au cours des prochaines semaines puisqu’il vient d’acquérir une résidence située sur l’avenue Dalcourt, à Louiseville. C’est à cet endroit que l’organisme s’établira pour de bon. «C’était un rêve qu’on avait depuis longtemps et l’opportunité s’est présentée plus rapidement que prévu. Dans les circonstances, l’achat d’un nouveau bâtiment, c’était la meilleure option pour nous. Ça va nous permettre de réaliser d’autres projets et les femmes vont aimer encore plus leur milieu de vie. Il y aura plein de possibilités pour de nouveaux projets ou de nouvelles collaborations. Nous étions déracinées cette année. Ce sera un plus pour les femmes. Ça va leur appartenir et elles ont très hâte», raconte la coordonnatrice.

Ce projet a été rendu possible suite à des dons reçus, aux levées de fonds organisées, à des contributions d’organismes partenaires et aux sommes d’argent allouées à même le budget de l’organisme. «C’est une belle acquisition. Nos coûts récurrents et d’entretien seront plus élevés qu’avant et ça peut représenter un défi pour nous d’avoir le financement pour payer tout ça, mais il faut comprendre que c’est aussi un investissement à long terme. Nous ferons preuve de créativité et d’originalité pour y parvenir», assure Annie Lessard.

«Nous étions déracinées cette année.»

– Annie Lessard

«On ne pouvait plus attendre et rester comme ça pour encore un an ou deux. Il y a des organismes qui doivent œuvrer dans un milieu de vie, comme nous, et d’autres qui peuvent fonctionner différemment. Les femmes doivent pouvoir venir chez nous quand elles veulent et qu’elles aient besoin d’aide ou non. Elles viennent pour se rencontrer, pour socialiser ou pour s’impliquer et nous ne pouvions pas tellement les accueillir comme dans un vrai milieu de vie présentement.»

D’ici au déménagement, prévu dans quelques semaines, les activités se dérouleront normalement dans les locaux actuels. Des travaux doivent être réalisés dans le bâtiment récemment acquis afin de répondre aux besoins de l’organisme. Les améliorations locatives permettront également de partager les locaux avec l’organisme Équijustice Maskinongé.

Par ailleurs, le Centre des femmes l’Héritage, qui offre un lieu de rencontre, d’échange, d’information, d’entraide, de formation et d’action dans le but d’améliorer les conditions et la qualité de vie des femmes, profite de ce changement majeur pour revoir complètement son identité visuelle et ses outils promotionnels.

Le tout sera dévoilé lors de l’inauguration officielle du bâtiment à la fin de l’année et cela coïncidera avec le dévoilement de la nouvelle programmation d’activités pour l’hiver 2020.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des