Entreprise Prémont: l’art de saisir la balle au bond

Entreprise Prémont: l’art de saisir la balle au bond
Luc Girard, associé et porte-parole d'Entreprise Prémont. (Photo : Pier-Olivier Gagnon)

ÉCONOMIE. Qui aurait cru qu’une entreprise de la MRC de Maskinongé, créée en pleine pandémie, puisse se démarquer si rapidement par la qualité de ses produits et fournir le pays en masques chirurgicaux en l’espace de quelques semaines seulement? Probablement personne…

C’est le défi qu’ont su relever Dany Bergeron, Patrice Barbeau, Luc Girard, Geneviève Hardy ainsi que leurs 125 employés. «Moi et Geneviève venons du secteur de la filtration. Nous avons Patrice qui est issu du milieu pharmaceutique et des cosmétiques et Dany qui est électromécanicien en système automatisé. On se complète bien. Chacun détient une forte expertise dans son domaine. Nous avons uni nos forces et greffé au projet les meilleurs employés. Tout le monde a la même vision de vouloir construire quelque chose et d’aider», raconte Luc Girard, associé.

À peine six mois après son implantation à Louiseville, Entreprise Prémont fonctionne à plein régime. Le fabricant de masques chirurgicaux voit son carnet de commandes se remplir à vue d’œil. L’usine du boulevard Saint-Laurent Est a livré jusqu’ici des dizaines de millions de masques à ses clients, principalement aux gouvernements du Québec et du Canada ainsi qu’aux services d’urgence. Elle est actuellement en attente de décrocher un autre important contrat pancanadien avec le fédéral. «Au départ, nous avons eu de très beaux contrats avec le gouvernement québécois et c’est ce qui nous a beaucoup aidés à partir. Nous avions des précommandes. Maintenant, on vole de nos propres ailes», affirme M. Girard.

Sa capacité de production s’élève à dix millions de masques par semaine et celle-ci peut être ajustée en fonction de la demande. L’entreprise cherche toujours à recruter 20 nouveaux employés.

Agrandissement

Signe que la compagnie va bien, les dirigeants ont annoncé, en juillet dernier, un investissement majeur afin d’agrandir leur usine pour ainsi doubler sa superficie, étendre sa chaîne de production et profiter d’un espace d’entreposage encore plus vaste. «On manquait d’espace et on souhaitait être mieux installé. Ça permet en même temps d’augmenter notre production. L’environnement de travail sera plus adéquat pour nous et nos employés», rapporte M. Girard.

Entreprise Prémont compte d’ailleurs se positionner comme étant une entreprise écoresponsable. Elle procédera à l’installation d’un mur solaire sur son bâtiment afin de chauffer l’usine et investira dans certains équipements dédiés à l’accumulation et la récupération d’énergie. «Notre empreinte environnementale est super importante», confirme-t-il.

Des masques uniques

L’entreprise louisevilloise commercialise ses différents modèles de masque sous le nom Humask. «Parce que pour nous, la partie la plus importante c’est l’humain derrière le masque!», indique Luc Girard.

Ces produits certifiés se distinguent par leur efficacité et leurs caractéristiques uniques en matière de filtration, d’aération et de confort. «Nos masques sont très performants. Ils possèdent une membrane PTFE qui assure une filtration hors du commun ainsi qu’un confort et une légèreté. Nous avons développé une technologie innovante qui permet d’éliminer l’humidité. Nous atteignons les plus hauts standards», confie l’associé.

Tout en améliorant son réseau de distribution et la façon de rejoindre directement le consommateur, Entreprise Prémont travaille également à se faire connaître à l’étranger. «On vend environ 90 % ou 95 % de nos masques au Québec et on souhaite bientôt vendre partout au Canada et aux États-Unis. On veut aussi se faire connaître mondialement. On met toute l’énergie pour que ça fonctionne», assure M. Girard.

Une fois la pandémie passée, Entreprise Prémont ne s’attend pas à manquer de travail, bien au contraire. «On n’est pas inquiet pour la suite. On va peut-être diminuer la cadence de production, mais la demande pour les masques va toujours restée, ne serait-ce que pour les travailleurs de la santé et d’autres milieux de travail. Notre entreprise permet de réduire notre dépendance internationale en matière d’équipements médicaux. Le but premier quand on a lancé l’entreprise, c’était vraiment d’aider et on pensait que ça durerait seulement quelques mois», fait-il remarquer.

Masque avec écran transparent

Les personnes malentendantes se fient beaucoup à la lecture labiale pour comprendre les mots. Le port obligatoire du masque dans les lieux publics leur impose une barrière importante. Lui-même père d’une jeune fille atteinte de surdité, Luc Girard en sait quelque chose. Avec son équipe, il travaille à développer un masque avec une fenêtre transparente sans perdre l’efficacité recherchée.

«Je pense qu’on va réussir à faire un niveau 2 ou 3 sur la coche qui va pouvoir aller dans les hôpitaux, dans les cliniques d’orthophonie, etc. La difficulté c’est d’en faire des millions! C’est un défi technologique et il faut passer les tests, notamment au niveau de la respirabilité. On travaille là-dessus. On pense pouvoir le sortir à la fin de l’année», conclut-il.

Entreprise Prémont n’écarte pas la possibilité de développer d’autres produits. La compagnie aimerait entre autres devenir la première au monde à fabriquer des équipements de protection chirurgicaux entièrement biodégradables.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires