La passion du gardiennage

Photo de Patrick Vaillancourt
Par Patrick Vaillancourt
La passion du gardiennage
Les jeunes connaissent les personnes chez qui ils vont garder.

GARDIENS. Dans le cadre d’un dossier régional, TC Media s’est entretenu avec des jeunes de différentes municipalités dans la région afin de savoir pourquoi ils s’impliquent à garder des enfants. À la lumière des informations obtenues, nous pouvons affirmer que ce n’est pas nécessairement pour l’argent.

Âgée de 15 ans, Ariane Laneuville de Saint-François-du-Lac réalise du gardiennage depuis qu’elle a 11 ans. C’est à cet âge qu’elle a suivi son cours de gardiens avertis donné par la Croix-Rouge. «Aujourd’hui, je garde un peu moins parce que j’ai un autre travail. Avant ça par contre, je gardais à 5 endroits différents. C’était aléatoire avec les besoins des parents. Aussi, à l’été de mes 12, 13 et 14 ans, je gardais pendant 5 semaines à raison de 10 heures par jour.»

Comment Ariane a eu le goût de garder des enfants? «Quand j’avais 10 ans, nous avons eu des nouveaux voisins et je gardais des fois. J’ai aimé ça. J’aime les enfants, surtout de faire des activités et du sport avec eux. Ensuite, les contacts se sont faits par le bouche à oreille. Les parents avaient entendu parler de moi et j’ai été recommandé.»

Pour le salaire, Ariane affirme qu’elle reçoit environ 5$ de l’heure, et ce montant lui convient. «C’est certain que parfois il y a des enfants plus difficiles que d’autres. Par exemple avec un syndrome du TDAH. C’est plus difficile. Il faut être passionné.»

À chaque endroit où elle a été demandée, c’était la devise de faire comme chez elle. «Maintenant, le lien de confiance est établi. Mais au départ, on se sent plus à l’aise de se faire dire ça. J’ai tellement une bonne relation que je vais même faire des activités avec une famille où je garde.»

Grand-Mère

De leur côté, Gabrielle Laviolette-Lampron, 16 ans et Émy Poulin, qui aura bientôt 15 ans, sont deux amies du secteur Grand-Mère. Les deux filles n’ont pas suivi de cours de gardiens avertis, mais ça ne les empêche pas d’être en confiance en présence d’enfants. «Je garde depuis que j’ai 12 ans des enfants de 5-6 ans. Je n’ai pas suivi de cours, mais j’ai lu sur le sujet. Je me suis renseigné et je me sens à l’aise. Je garde chez la fille qui m’a gardé quand j’étais plus jeune, et chez une de ses amies. J’aime vraiment ça. En plus, c’est en lien avec le métier que je veux faire plus tard, technicienne en éducation spécialisée. Le salaire n’est pas important pour moi, je prends ce qu’on me donne. Je serais même prête à le faire bénévolement.»

Même son de cloche du côté de son amie Émy. «J’ai commencé à 12 ans, et je n’ai pas suivi de cours. Moi aussi j’ai lu, mais ma mère est aussi travailleuse sociale et elle travaille avec des jeunes et des personnes âgées. Alors elle m’a donné beaucoup de trucs. Moi aussi je veux être technicienne en éducation spécialisée. Je garde chez des gens que je connais depuis longtemps. Je ne peux pas dire que je serais à l’aise d’aller chez des personnes que je ne connais pas. Sûrement que mon père se renseignerait avant.»

La Tuque

Âgé de 13 ans, Benjamin Perron de La Tuque a suivi son cours de gardiens avertis il y a un an. «Je me suis dit que c’était une bonne idée de suivre le cours quand on l’a proposé à l’école. Ce n’est pas un cours difficile. Je garde à un endroit, ce sont des amis de mes parents. Je garde aussi mes sœurs plus jeunes. Je reçois 5$ de l’heure et je trouve ça raisonnable. Je garde deux gars de 8-9 ans en revenant de l’école le mercredi. C’est le fun, ça me fait quelque chose à faire. C’est à une rue de chez moi, alors je reviens chez nous à pied.»

Clarisse Beaulieu est âgée de 13 ans, et elle a suivi son cours de gardiens avertis. «Je ne garde pas souvent, peut-être deux fois par mois. Ce sont des amis de mes parents et ils ont un enfant. J’ai pensé au gardiennage lorsque ma cousine était enceinte. Je voulais savoir comment garder pour l’aider, et j’adore les enfants. Je reçois 5$ de l’heure et pour moi, c’est suffisant. Comme je reste à La Bostonnais, je me fais reconduire chez moi. Je dois avouer que je ne serais pas à l’aise si je ne connaissais pas les personnes. C’est certain que mon père voudrait connaître les personnes avant. J’aime vraiment ça de pouvoir mettre mon grain de sel et de pouvoir m’amuser. Je compte continuer pendant l’adolescence.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires