La fraude «scareware» atteint la région

Photo de _L'Écho de Maskinongé
Par _L'Écho de Maskinongé
La fraude «scareware» atteint la région

En mars, mois de prévention de la fraude, c’est bien malgré elles que des dizaines de personnes ont été victimes d’un nouveau crime, la fraude «scareware».

Mais, qu’est-ce que la fraude «scareware»? On peut lire sur le site du gouvernement canadien que «le Centre d’appel antifraude du Canada (CAAC) a reçu des plaintes selon lesquelles leur ordinateur avait été «gelé» ou bloqué après avoir reçu un message les avertissant que leur ordinateur avait été associé à de la pornographie juvénile. Ces messages, soi-disant en provenance de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ou du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), enjoignent les destinataires à payer 100 $ par l’intermédiaire d’Ukash pour faire débloquer leur ordinateur.

Ce genre de message, communément appelé «scareware», vise à semer un tel émoi et une telle anxiété chez les victimes que celles-ci n’hésitent pas à envoyer de l’argent rapidement.»

C’est d’ailleurs ce que confirme l’Agence de la consommation en matière financière du Canada en mentionnant que les victimes d’une escroquerie sont souvent trop gênées pour la signaler aux autorités ou même pour en parler à des membres de leur famille ou à des amis, ce qui facilite la tâche des fraudeurs à la recherche de nouvelles victimes.

La région atteinte

La région n’est pas à l’abri de la fraude «scareware» comme en fait foi le témoignage de Robert Tremblay.

«Il y a environ un mois, j’étais sur mon ordinateur et tout d’un coup, tout ferme, mis à part une fenêtre avec une identification de la GRC. Ensuite, on me dit que j’ai téléchargé de la pornographie juvénile. Pourtant, j’étais tout simplement en train de regarder mes courriels», fait-il savoir.

«C’est épeurant, car ça ressemble vraiment à un message officiel de la GRC. Toutefois, dans le haut de l’écran, un petit carré mentionnait qu’on pouvait ramener mon ordinateur tel qu’il était moyennant la somme de 100 $. Diverses options de paiement étaient proposées», ajoute-t-il.

Mince consolation, les Canadiens ne sont pas les seuls à avoir été victimes de la fraude «scareware». Selon le site de la GRC, en novembre 2011, Ukash a affiché sur son site Web une alerte concernant une fraude similaire qui avait pour cibles les résidents du Royaume-Uni.

Mieux vaut prévenir

Heureusement, certaines précautions peuvent être prises afin d’éviter qu’une telle situation ne survienne. Les solutions de base sont notamment de ne pas ouvrir de liens inconnus et de faire une mise à jour régulière de notre antivirus. Bref, la meilleure façon de se protéger contre la fraude est de savoir comment la prévenir.

Par ailleurs, si vous avez reçu un message «scareware», veuillez le signaler à votre service de police et au Centre d’appel antifraude du Canada (1-888-495-8501).

«Si ça vous arrive, il ne faut surtout pas payer», conclut M. Tremblay.

Conseils pour éviter la fraude informatique

– Ne cliquez jamais sur une fenêtre publicitaire affirmant que votre ordinateur est infecté par un virus. – Mettez à jour votre antivirus souvent et effectuez régulièrement une analyse de votre ordinateur afin de vérifier s’il contient des virus. – Ne cliquez pas sur les liens ou les pièces jointes dans les courriels que vous envoie une personne que vous ne connaissez pas. – Activez le bloqueur de fenêtres publicitaires intempestives de votre navigateur. – Ne téléchargez jamais un antivirus d’une fenêtre publicitaire ou d’un lien qui vous est envoyé par courriel. * Source: GRC

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires