Eau potable: une consommation écoresponsable préconisée

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
Eau potable: une consommation écoresponsable préconisée
L'installation des compteurs d'eau se poursuit dans la région, notamment à Maskinongé et à Sainte-Ursule. (Photo : Photo Deposit)

ENVIRONNEMENT. Si certaines municipalités de la région se voient obligées par le gouvernement d’installer des compteurs d’eau à chaque propriété, d’autres prennent volontairement les moyens nécessaires pour réduire leur consommation.

Dans la MRC de Maskinongé, plusieurs municipalités ont déjà emboité le pas avec l’installation de compteurs d’eau sur leur territoire. Ces efforts municipaux visent à assurer une saine gestion de l’eau potable et éviter le gaspillage.

La Municipalité de Maskinongé est l’une de celles qui s’efforcent d’améliorer ses performances en matière de consommation d’eau. Au cours des deux ou trois prochaines années, elle prévoit faire l’installation d’au moins 400 nouveaux compteurs d’eau principalement dans son secteur urbain, de sorte que tous les bâtiments seront éventuellement munis de cet équipement.

«Toutes les personnes qui demeurent dans l’ancienne paroisse ont des compteurs d’eau. Au niveau du village, seulement les industries, les commerces et les écoles en ont un. Les citoyens n’en ont pas. Avant la fusion, il y avait eu un règlement d’emprunt pour les infrastructures d’aqueduc. Depuis la fusion, tant que le règlement d’emprunt n’était pas fini, il fallait fonctionner comme si on était encore deux municipalités», explique Roger Michaud, maire de Maskinongé.

Comme ce règlement d’emprunt s’est terminé en 2018, la municipalité s’est penchée sur la question lors de l’élaboration de son dernier budget. «Quand nous sommes venus pour taxer l’eau, en 2019, on se demandait comment fonctionner. À un endroit, il y a des compteurs et à l’autre, il n’y en a pas. Nous avons fait une réunion spéciale et le conseil municipal a décidé que des compteurs d’eau devront être installés partout. On veut rendre ça uniforme. L’idée, c’est d’avoir un tarif juste et équitable pour tout le monde», poursuit M. Michaud, en précisant que l’installation devrait débuter en 2020.

Aussitôt que toutes les propriétés taxables de la municipalité en seront munies, le conseil municipal établira un tarif unique pour l’eau. Cette opération ne vise pas à aller chercher des revenus supplémentaires, assure le maire de Maskinongé, mais plutôt d’assurer une équité au sein de la population.

«Le gouvernement nous dit que chaque municipalité doit réduire sa consommation d’eau. À Maskinongé, nous avons déterminé que ce moyen pourrait inciter les gens à moins consommer d’eau. C’est aussi un moyen pour les propriétaires de savoir s’il y a des fuites. Étant donné que ce sera utilisateur-payeur, on pense que les gens vont faire plus attention», croit-il.

Une première phase à Sainte-Ursule

Un peu plus au nord, à Saint-Ursule, le conseil municipal doit conjuguer avec les obligations de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable. La municipalité souhaite avoir une idée plus précise quant à l’utilisation de cette ressource par ménage. Elle a déjà confirmé qu’elle procéderait à l’installation d’une cinquantaine de compteurs d’eau sur son territoire. Les commerces, les producteurs agricoles ayant des animaux, les industries et une vingtaine de résidences sont touchés par cette nouvelle mesure. «On a pas vraiment le choix, on doit suivre la stratégie. Les citoyens visés seront rencontrés individuellement. Par contre, on ne prévoit pas d’augmentation au niveau de la tarification de l’eau pour l’instant», confie Réjean Carle, maire de Sainte-Ursule.

Le déploiement de ces compteurs sera complété d’ici le mois d’octobre. L’acquisition de ces compteurs sera financée à même le budget municipal. «On attendait la directive du gouvernement et de recevoir l’obligation de le faire. Ça fait quelques années qu’on voyait venir ça. On a essayé de retarder le plus possible, mais maintenant nous n’avons plus le choix», estime M. Carle.

«Présentement, on a des résidences et des entreprises qui prennent de l’eau. Au final, ça donne une quantité et c’est divisé par le nombre de citoyens qu’on a. Le portrait n’est donc pas réaliste. Pour déterminer comment chaque personne consomme d’eau, on n’a pas d’autres choix que d’installer des compteurs».

Le maire de Sainte-Ursule ignore pour l’instant si tous les contribuables auront l’obligation d’avoir recours à un compteur d’eau lors des prochaines années.

Objectifs de la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable

-la réduction de 20 % de la quantité d’eau distribuée par personne par rapport à l’année 2015

-l’atteinte d’un niveau de fuites modéré selon l’indice de l’International Water Association

-l’augmentation progressive des investissements nécessaires pour réaliser le maintien d’actifs de façon pérenne tout en éliminant graduellement le déficit d’entretien

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des