Deux cliniques mobiles de dépistage sur les routes de la Mauricie

Photo de Bernard Lepage
Par Bernard Lepage
Deux cliniques mobiles de dépistage sur les routes de la Mauricie
Les maires de Shawinigan et Trois-Rivières, Michel Angers et Jean Lamarche, ont souligné que comme le virus du COVID-19, la solution à son anéantissement devait elle aussi être pandémique et contagieuse. (Photo : Photo Bernard Lepage)

COVID-19. À compter de mardi, deux cliniques mobiles de dépistage sillonneront le territoire de la Mauricie à la recherche de personnes infectées à la COVID-19.

Les deux véhicules transformés, un autobus de la Société de Transport de Trois-Rivières et l’unité d’urgence du Service de sécurité incendie de Shawinigan, auront chacun la capacité de tester entre 50 et 100 personnes quotidiennement.

Les deux cliniques sans rendez-vous amorceront leur ronde de travail le 26 mai à Shawinigan, dans la périphérie du marché public et du quartier Saint-Marc/Christ-Roi, et à Trois-Rivières, dans le secteur du Cap-de-la-Madeleine (rues Notre-Dame et Fusey).

«La direction de santé publique (DSP) surveille les milieux en éclosion puis transmet l’information aux équipes multidisciplinaires des cliniques mobiles qui se dirigeront vers ces zones pour effectuer des tests», explique Karine Lampron, directeur intérimaire des Services de soins ambulatoires de santé primaire au CIUSSS Mauricie et Centre-du-Québec (MCQ).

Le travail débute dans les deux plus importantes villes de la région, mais s’étendra par la suite dans les autres MRC, soit Mékinac, Des Chenaux, Maskinongé et Haut Saint-Maurice. Le service est évidemment gratuit et toute personne présentant des symptômes de la COVID-19 (toux, fièvre, difficultés respiratoires, perte de goût et d’odorat, fatigue soudaine) pourra subir un test dont le résultat lui parviendra en dedans de 24 heures.

L’unité d’urgence du Service de sécurité incendie de Shawinigan a été convertie en clinique de dépistage mobile. Photo Bernard Lepage

Dans certains cas, ce sont les membres de l’équipe qui frapperont à la porte des gens pour les inviter à se faire dépister. Les horaires des cliniques mobiles seront diffusés sur le site internet du CIUSSS (www.ciusssmcq.ca) et sur sa page Facebook. Seule une carte d’identité sera requise pour se prévaloir d’un test.

En parallèle au dépistage des cas de la COVID-19, les cliniques mobiles verront aussi à sensibiliser les populations visitées aux impacts psychosociaux de la pandémie tout en apportant du soutien psychologique à ceux qui en nécessiteront. «Une clinique mobile est déjà à l’œuvre à Drummondville et elle avait déjà une trentaine d’interventions psychosociales à son actif», a mentionné Gilles Hudon, président-directeur général adjoint au CIUSSS MCQ.

Outre les villes de Shawinigan et Trois-Rivières qui ont fourni les véhicules, le projet a aussi reçu les appuis financiers de la Fondation régionale pour la santé de Trois-Rivières et de la Fondation de la SSS de l’Énergie.

Avant l’arrivée des cliniques mobiles, les cliniques de dépistages avec rendez-vous de Trois-Rivières, Shawinigan, Victoriaville, Drummondville, Nicolet, Louiseville, La Tuque, Wemotaci et Fortierville menaient environ 700 tests de dépistage par jour. Les laboratoires chargés de valider les résultats seraient en mesure d’en traiter 1300 quotidiennement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
bianca lacoste
bianca lacoste
2 années

ou ca a louiseville