Dépotoir de Saint-Étienne-des-Grès: le ton monte

Par superadmin
Dépotoir de Saint-Étienne-des-Grès: le ton monte

DÉBAT. Le ton monte entre les dirigeants de la Régie de gestion des matières résiduelles de la Mauricie et le conseil municipal de Saint-Étienne-des-Grès. Tour à tour, ces deux groupes d’intervenants ont fait parvenir aux citoyens locaux une lettre dans laquelle ils dénoncent l’incompréhension et les agissements de la partie adverse en ce qui a trait au dossier de la modification de la configuration de la zone d’enfouissement de Saint-Étienne.

Signée par le président de la Régie, René Goyette, la première lettre a été envoyée en réponse à un mot du maire, Robert Landry, publié dans l’édition de septembre 2014 du journal Le Stéphanois. Le maire y mentionnait alors son désir de revenir, une fois de plus, sur le dossier du «rehaussement» des cellules au site d’enfouissement.

«Soyons clairs : la demande de modification du certificat d’autorisation que la Régie soumet au ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques vise à modifier la géométrie (la forme) de la zone d’enfouissement, et non à rehausser les cellules, comme semble vouloir le faire comprendre monsieur Landry à ses citoyens», écrit René Goyette, président de la Régie.

Selon lui, le point le plus élevé dans la nouvelle configuration proposée (111 mètres au-dessus du niveau de la mer) est exactement le même que dans la configuration actuelle. Rappelant que la nouvelle configuration permettra d’optimiser les cellules déjà existantes, de valoriser les investissements effectués au cours des dernières années par son organisation, et d’engendrer des économies futures d’environ 20 millions de dollars, le président de la Régie termine sa lettre par une question : «Monsieur Landry, qu’est-ce qui peut motiver une telle opposition à notre démarche qui vise à optimiser nos opérations et à faire économiser des millions de dollars aux citoyens de la Mauricie?».

Une réponse sans équivoque

La réponse du maire Landry et de son équipe n’a pas tardé : «la protection des citoyens de Saint-Étienne-des-Grès et de la Mauricie ayant à cœur la préservation de notre environnement»!

Selon le maire, la municipalité et le comité de vigilance de Saint-Étienne tentent sans succès d’obtenir des réponses à plusieurs questions importantes, et ce, depuis le mois de mai dernier. Quelques exemples? Par rapport aux plans d’origine du site, les importantes modifications proposées ont-elles été évaluées au niveau des impacts écologiques? Ou encore, quelles seront les conséquences pour le sous-sol si l’on accumule la même quantité de déchets sur une superficie plus petite de terrain, comme le propose la Régie?

«Toutes nos demandes d’accès à l’information auprès de la Régie sont demeurées lettre morte, ou ont tout simplement été bloquées. Alors, comment pouvons-nous prendre une décision éclairée si l’on nous refuse l’accès aux données pour faire cette analyse? Nous faisons face à une situation où M. Goyette demande à la population de lui signer un chèque en blanc, sans égard aux conséquences possibles de leur scénario.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires