Démission du maire Lévesque : de nombreuses réactions

Photo de Audrey Leblanc
Par Audrey Leblanc
Démission du maire Lévesque : de nombreuses réactions
Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières.

TROIS-RIVIÈRES. L’annonce de la démission du maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, pour des raisons de santé a suscité de nombreuses réactions des élus et personnalités publiques de la région. Voici ce qu’ils ont dit. Yvan Toutant, porte-parole de la Ville de Trois-Rivières «Il aura laissé sa marque à Trois-Rivières. C’est mon partenaire depuis que je suis arrivé ici. Il y a beaucoup d’émotions ce matin autour de la table du conseil. Tout le monde reconnait le travail immense qu’a fait M. Lévesque. Aujourd’hui, on tourne une page. Je suis convaincu qu’il aurait préféré faire une autre sortie que de devoir quitter en raison de la maladie.» Yvon Deshaies, maire de Louiseville «C’est un homme que j’ai beaucoup apprécié et que j’ai aimé côtoyer. Un homme très sympathique, un maire travaillant. Quand il me rencontrait, il venait toujours me donner la main. Il prenait de mes nouvelles et des nouvelles de Louiseville. Souvent, les maires des grandes villes ne s’occupent pas des plus petites. Lui, ce n’était pas le cas! Il était près de nous. Je m’adonnais bien avec lui.» «Il est comme moi, un peu coloré et nerveux. Il se dévouait depuis 25 ans pour la ville. Je comprends qu’il est peut-être rendu au bout du rouleau. Il a toujours travaillé fort pour Trois-Rivières. Il défendait sa ville partout. On a vu Trois-Rivières bouger et grossir. Avec la fusion, c’était un peu plus difficile, mais il a beaucoup contribué à la nouvelle image de Trois-Rivières. Yves Lévesque n’est pas un personnage, il est maintenant un monument.» Jean-François Aubin, ex-conseiller municipal «Je lui souhaite, très sincèrement, de retrouver la santé le plus tôt possible. Au-delà de la politique, il y a des êtres humains et c’est le plus important dans tout ça. C’est dommage qu’il doive quitter pour des raisons de santé, mais je le comprends très bien. C’est une fonction exigeante et la santé doit passer en premier.» «Oui, on me demande souvent quelles sont mes intentions. Je ne m’en cache pas, je suis toujours intéressé par la mairie. Le contact que j’ai eu avec les gens lors de la dernière campagne m’a donné le goût de retenter ma chance. Par contre, je n’aurais jamais pensé que ça viendrait aussi rapidement. Je suis surpris par cette annonce ce matin. Je vais prendre le temps de bien regarder la situation et je ferai des annonces en temps et lieu.» Jean-Denis Girard, ex-député de Trois-Rivières «Il a accompli tellement de réalisations : le District 55, le Colisée, l’Amphithéâtre, la fusion municipale, le développement économique, le tourisme… Ce que je retiens, c’est qu’il y a 20 ans, le centre-ville était placardé de panneaux de bois. Trois-Rivières était un arrêt pour une pause pipi et les gens ne voulaient pas venir ici. Maintenant, Trois-Rivières est très bien perçue et est vue d’une façon complètement différente. C’est toute la vision d’Yves Lévesque et son leadership qui ont fait en sorte que Trois-Rivières est ce qu’elle est aujourd’hui.» «On ne peut que lui rendre hommage. Je lui dis : prends soin de toi, de ta femme, de tes enfants et tes petits-enfants. On manque plein de choses quand on fait de la politique. Il a toujours travaillé avec émotions. Je lui souhaite d’en vivre avec sa famille et qu’il prenne soin de sa santé. Je suis convaincu qu’il sera capable de continuer à s’impliquer d’une façon ou d’une autre.» Michel Angers, maire de Shawinigan «C’est un batailleur, un homme intense. Du moment où ses médecins lui ont recommandé de ralentir la cadence, cette décision était prévisible. C’est encore plus exigent que d’être député  à Québec ou Ottawa. Tu n’as pas un soir, une fin de semaine pour toi. Tu es toujours près des critiques. Quand ça fait 25 ans que  tu suis ce rythme, ça vient te frapper un jour.» Même s’il ne partageait pas toujours ses opinions ou ses façons de faire, Michel Angers entretenait d’excellentes relations avec son homologue de Trois-Rivières. «C’est certain que Shawinigan devait travailler plus fort parce que notre voisin, c’était la Capitale régionale, mais Yves Lévesque a toujours été un bon allié pour nous comme dans le dossier du Fonds de développement économique régional.» Pour le maire de Shawinigan, il ne faut aucun doute que si Trois-Rivières est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, le crédit en revient en bonne partie à Yves Lévesque et les différentes administrations qu’il a présidées dans sa carrière. «Il a pris des risques, mais les résultats sont là.» Geneviève Dubois, mairesse de Nicolet Bien qu’elle n’ait pas eu l’occasion de le côtoyer beaucoup dans les deux dernières années, la mairesse de Nicolet Geneviève Dubois voit en Yves Lévesque un homme combatif et engagé. «La politique, ça prend tout notre temps, notre énergie et notre disponibilité mentale. Y consacrer 25 ans de sa vie, c’est admirable. Mais quand on n’a plus la santé, c’est le genre de travail qui peut devenir désagréable, car c’est très demandant. Je crois que M. Lévesque prend aujourd’hui la sage décision de se choisir. Je souhaite à M. Lévesque de prendre le temps de refaire sa santé pour pouvoir profiter d’une retraite active.» Pierre-David Tremblay, maire de La Tuque «C’est un homme intense. Il est très attaché à son coin. Trois-Rivières ne devait pas être en reste par rapport à Montréal ou Québec. Il défendait beaucoup sa région, il y avait quelque chose à Trois-Rivières qui valait la peine d’être su, entendu, en terme de développement.» Au plan humain, M. Tremblay a salué le côté jovial et le grand sens de l’humour de M. Lévesque. «Il est très facile d’approche.» D’autres réactions à venir. Avec la collaboration de Pier-Olivier Gagnon, Sandra Lacroix, Bernard Lepage et Michel Scarpino.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des