Commissions scolaires: les élèves passent deuxièmes

Par superadmin
Commissions scolaires: les élèves passent deuxièmes

ÉDUCATION. Le président de la commission scolaire de l’Énergie Jean-Yves Laforest se questionne sur les impacts du redécoupage des commissions scolaires apporté par le ministre de l’Éducation Yves Bolduc sur son territoire. Selon lui, l’aspect pédagogique n’est pas mis à l’avant-plan.

D’après la proposition présentée jeudi dernier par le ministre de l’Éducation, de nouveaux dessins de frontières transfèreraient toutes les écoles de la MRC de Maskinongé à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy tandis que celles de la MRC des Chenaux iraient aux mains de la Commission scolaire de l’Énergie. Il s’agit au total de 12 écoles primaires et deux écoles secondaires qui seraient susceptibles de changer de commission scolaire. En tout, la proposition de M. Bolduc ferait passer le nombre de commissions scolaires en province de 72 à 46.

Le président se montre soucieux de bouleverser les habitudes des jeunes, mais aussi des familles. «On se retrouve avec un projet qui inverse les priorités: on fait passer l’aspect administratif et territorial avant les jeunes. Il y a une logique dans ça qui ne nous est pas expliquée!»

Par exemple, le pédagogue ne voit pas la justification de demander à l’un des 150 élèves de l’école primaire de St-Boniface d’aller poursuivre son cours secondaire à 30 minutes de chez lui, alors que, normalement, il pourrait le faire à environ 10 minutes à l’école Val-Mauricie.

Laforest souhaite aller en consultations publiques

Les économies reliées à ce changement n’ayant pas été livrées, M. Laforest se demande également sur quelle base s’appuie le gouvernement pour procéder à un tel bouleversement. «Il a des détails à obtenir aussi du côté de l’impact sur les ressources matérielles ou le personnel de soutien. Y aura-t-il du transfert de personnel impliqué?»

Le président se demande vraiment si le projet de loi qui sera vraisemblablement déposé d’ici Noël par le ministre Bolduc tient compte du service aux élèves et de l’organisation pédagogique. «Ce que ça me laisse comme impression, c’est qu’on utilise les élèves à des fins administratives et politiques. On verra bien où cela va nous mener, mais disons qu’on trouve la marge de manœuvre bien mince pour un changement de plan», poursuit-il.

Si tout n’est pas encore joué pour le sort de son territoire, Jean-Yves Laforest manifeste le souhait d’aller tâter le pouls de la population. «J’aimerais aller en consultations publiques auprès des populations concernées, des conseils d’établissements et des municipalités, à savoir ce que les gens en pensent du changement: sont-ils pour ou contre?»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires