André Desaulniers: mémoire vivante de Yamachiche

André Desaulniers: mémoire vivante de Yamachiche
André Desaulniers, passionné d'histoire, guide et fier citoyen de Yamachiche. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

PORTRAIT. L’histoire de Yamachiche, André Desaulniers la connaît par cœur. Depuis 20 ans, il la raconte de façon personnalisée à des groupes de touristes ou à des passants.

L’Enfilade de Maisons-en-Brique-Rouge, les bâtisseurs, les personnages célèbres, la statue de Sainte-Anne, la première cordonnière au Québec, l’ouverture du Chemin-du-Roy, la création du village, l’histoire des églises de Yamachiche: André Desaulniers sait pratiquement tout dans les moindres détails.

Fier de ses origines, de ses ancêtres, de sa municipalité et du patrimoine bâti, M. Desaulniers amasse et trie des tonnes de pièces historiques chaque année. On en retrouve près de 12 000 dans son local du pavillon des loisirs que la municipalité lui offre depuis 2015 et cet inventaire augmentera à 15 000 d’ici la fin de l’année, si bien qu’il espère se voir attribuer prochainement un nouvel espace de travail d’une plus grande superficie.

«Il n’est pas rare que j’arrive chez nous et que je remarque la présence de boîtes remplies de documents  historiques sur mon balcon. Les gens m’appellent aussi pour me donner des livres, des photos ou des objets qui appartenaient à leur famille. Ils savent que j’adore l’histoire et je commence à manquer de place pour tout conserver», rapporte-t-il à l’Écho de Maskinongé.

«J’ai à cœur l’histoire, nos racines et j’aime m’impliquer»

– André Desaulniers

Ce passionné d’histoire a constamment la tête dans les archives ou dans la généalogie. «Depuis que je suis tout petit, je collectionne et je ramasse. Nous sommes une municipalité riche en histoire. Il s’est passé beaucoup de choses ici. C’est important de conserver les éléments historiques. J’ai beaucoup de plaisir à partager ça à la population», confie André Desaulniers.

C’est d’ailleurs pour donner le goût à la population de s’intéresser davantage à l’histoire qu’il a participé à la création du groupe Facebook Yamachiche, son histoire, son patrimoine où il rédige régulièrement des publications. On y retrouve des faits historiques, des personnages marquants, des familles ainsi que l’origine des noms de rues, routes, chemins et parcs. «L’engouement est là. Les gens se reconnaissent ou reconnaissent des membres de leur famille. Ils apprennent des choses. C’est une belle façon de garder en vie notre mémoire collective».

M. Desaulniers a aussi signé quatre volumes, dont son autobiographie qui comporte des centaines de pages. Il suffit de jeter un coup d’œil à cet ouvrage pour apprendre les détails de sa vie, dont la longue liste de ses implications bénévoles, ses accomplissements, de même que les reconnaissances obtenues au fil du temps.

À la table du conseil municipal

André Desaulniers a été conseiller municipal à Yamachiche pendant 18 ans, de 1995 à 2013, où il a réalisé plusieurs projets. C’est notamment à lui que revient l’idée d’enfouir dans le sol les réseaux câblés sur la rue Sainte-Anne. Ce projet a été réalisé en 2006 au coût de 3,8 M$. La municipalité avait pour sa part déboursé 364 000$.

«C’est un autre élément qui a marqué notre histoire et qui a changé l’image du village. Le chantier avait été piloté par Hydro-Québec. On est fier à Yamachiche d’avoir pu réaliser ce projet et de mettre en valeur notre patrimoine», mentionne celui qui a toujours eu un fort sentiment d’appartenance envers le milieu où il est né.

Dans le même ordre d’idées,  l’homme retraité, mais toujours bien actif, est responsable de l’installation des 11 panneaux d’interprétation qui font partie du circuit patrimonial, au cœur de la municipalité.

Société d’histoire et de généalogie de Yamachiche

Le Yamachichois s’attaquera bientôt à la création d’une société d’histoire et de généalogie. Ce projet attendu depuis longtemps favorisera, espère-t-on, la participation des citoyens.

«J’ai à cœur l’histoire, nos racines et j’aime m’impliquer, mais ça prend aussi de la relève, entre autres, pour s’occuper de la conservation du matériel historique. On veut que les jeunes embarquent. Il y a beaucoup de classement à faire et on veut rendre encore plus accessible tout ce qu’on possède comme éléments historiques. J’ai toujours eu l’appui de la municipalité dans mes projets et elle offre ce dont j’ai besoin pour les visites guidées. Je sais que le conseil municipal est sensible à l’histoire de Yamachiche. Je m’attends aussi à obtenir sa collaboration pour réaliser ce beau projet-là», conclut M. Desaulniers.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des