« Une campagne électorale totalement à mon image » – Simon Allaire

« Une campagne électorale totalement à mon image » – Simon Allaire

Simon Allaire, candidat de la CAQ dans Maskinongé.

Crédit photo : Photo Pier-Olivier Gagnon

Le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans le comté de Maskinongé, Simon Allaire, affirme avoir fait une campagne électorale fidèle à lui-même tout en se disant prêt à plonger tête première dans les dossiers chauds de son comté. Il a profité de la 37e journée de cette campagne électorale pour dresser son bilan.

«Les gens le savent, ma passion, c’est le développement économique régional.  Je mettrai toute l’expertise que j’ai acquise au fil des ans afin de créer les conditions gagnantes pour que Maskinongé voit naître dans les prochaines années de multiples PME. Je veux m’inspirer de l’essor qu’a connu Drummondville dans les années 90 et qui, aujourd’hui, compte des entreprises qui prospèrent partout dans le monde et fournissent des emplois payants à des milliers de travailleurs d’ici», explique-t-il.

Simon Allaire désire miser sur la localisation géographique de Maskinongé. «On doit tirer profit de notre proximité avec Trois-Rivières et de notre position dans l’axe Montréal-Québec sur l’autoroute 40. Nous avons tous les atouts nécessaires», affirme le candidat caquiste.

«Si l’on veut garder nos hôpitaux, nos écoles, nos épiceries, on doit créer des emplois payants. Qui dit création d’emplois dit possibilité d’attirer de nouvelles familles dans la région. On doit aussi arrêter l’hémorragie des jeunes qui nous quittent pour aller travailler à Montréal. La base de la revitalisation du comté de Maskinongé, c’est de créer les conditions gagnantes pour que les entreprises s’installent chez nous et fassent travailler notre monde», plaide-t-il.

Plus d’argent dans les poches des familles

En rétrospective, Simon Allaire confie avoir voulu mettre l’accent sur la réduction du fardeau fiscal des familles.  «En tant père de deux enfants, je trouve qu’on donne très peu de marge de manœuvre aux jeunes parents. C’est pourquoi je réitère la promesse de la CAQ de réduire le taux de taxe scolaire de 66%, de rétablir le coût des garderies à 8,05$ par jour pour tous et l’instauration de la prématernelle gratuite à 4 ans», dit-il.

Contrer la pénurie de main d’œuvre

D’autre part, Simon Allaire souhaite s’attaquer au problème du manque de main-d’œuvre en quatre temps :

– Réduire la bureaucratie pour faciliter l’embauche d’immigrants en région
– Accélérer la reconnaissance des diplômes étrangers
– Freiner l’exode des jeunes, notamment en rendant l’Internet haute vitesse accessible partout
– Favoriser l’automatisation des entreprises en facilitant l’accessibilité au financement

Des engagements locaux

Plusieurs projets locaux figurent également au cœur du programme électoral de Simon Allaire. «Je veux que le projet de Hub agroalimentaire à Louiseville voit le jour. Ce sera un outil extraordinaire pour nos producteurs qui pourront venir transformer, développer et chercher de l’aide afin de commercialiser leurs produits. J’ai aussi annoncé que je visais la création d’une plateforme transactionnelle numérique : Maski-Marché. Elle permettra à tous les citoyens de magasiner leurs produits frais et locaux par le biais d’un site internet, comme des œufs frais ou de la viande, par exemple», explique-t-il.

Parmi les autres dossiers locaux qu’il compte prioriser, notons la réalisation de la passerelle du Parc des Terrasses-du-Fleuve, l’aménagement d’une piste cyclable dans le secteur Pointe-du-Lac et Trois-Rivières-Ouest (le long de la route 138) et l’agrandissement de l’école Beausoleil à Pointe-du-Lac. Il envisage également de supporter Louiseville dans le développement de ses infrastructures en misant sur les axes commerciaux et il projette de favoriser l’intégration du Parc des Chutes dans la famille des SÉPAQ. Finalement, le candidat de la CAQ entend aussi travailler pour que les victimes de la pyrrhotite obtiennent un meilleur support financier, et ce, rapidement.

Plus de 3500 km pour le local électoral mobile

«Après avoir parcouru plus de 3500 km en une quarantaine de jours, j’ai la certitude d’avoir pris la bonne décision en choisissant de faire campagne avec un local électoral mobile. Ça été pour moi une expérience très enrichissante au plan humain de partir à la rencontre des gens directement chez eux, dans leur quartier, dans leur village. Bien que j’œuvre depuis plusieurs années sur le territoire de Maskinongé, le fait de discuter franchement avec les citoyens a confirmé que je suis prêt à me dévouer totalement pour mon comté», assure-t-il.

En s’engageant avec son «Manifeste du bon candidat», Simon Allaire croit avoir donné le ton à la campagne électorale. «C’est une initiative dont je suis vraiment fier parce que ça représente totalement mes valeurs. Ça démontre ma volonté de vouloir faire de la politique différemment», partage le candidat de la CAQ.

Par ailleurs, Simon Allaire ne cache sa fierté d’avoir été nommé par François Legault dans son «escouade économique». «J’ai bien l’intention de mettre mon expertise en développement économique régional au service du prochain gouvernement».

Poster un Commentaire

avatar