Vitesse excessive à Yamachiche: la SQ intervient

Vitesse excessive à Yamachiche: la SQ intervient

Le sergent Jean-Frédéric Tremblay, parrain de la Municipalité de Yamachiche au poste de la MRC de Maskinongé.

Crédit photo : Photo gracieuseté

POLICE. La Municipalité de Yamachiche est aux prises avec une problématique répétée de vitesse excessive dans la zone scolaire située sur la rue Sainte-Anne (route 138) à proximité de l’école Omer-Jules Désaulniers.

Malgré la présence d’un brigadier scolaire sur une base quotidienne, d’une zone de traverse piétonnière identifiée et de la présence d’usagers vulnérables, les automobilistes circulent très rapidement. C’est pourquoi la Sûreté du Québec a intensifié sa présence dans le secteur en fin d’année scolaire.
«Plusieurs personnes ne respectent pas la limite de vitesse qui est de 30 km/h. Il est difficile de savoir pourquoi la problématique de vitesse est aussi importante. D’un autre côté, on veut sauver des vies et éviter des accidents. C’est important de s’occuper de nos enfants. La Sûreté du Québec a fait de l’excellent travail», commente Paul Carbonneau, maire de Yamachiche.

Dans le but d’améliorer la sécurité routière à cet endroit et de sensibiliser les conducteurs, la direction du poste principal de la MRC de Maskinongé a demandé à ses patrouilleurs d’effectuer des opérations ciblées et spécifiques entre le 14 mai et le 22 juin.

Au total, 14 opérations policières ont été réalisées dans la zone scolaire en question. Ces opérations ont permis de remettre plus d’une cinquantaine de constats d’infraction, principalement pour de la vitesse excessive. De nombreux avertissements ont également été enregistrés et remis aux automobilistes.

Bien qu’elle soit satisfaite des actions de la Sûreté du Québec, la Municipalité de Yamachiche indique que le travail n’est pas terminé dans le dossier. Elle regarde toujours la possibilité d’apporter une solution durable à cette problématique. «On veut trouver une solution permanente qui pourrait corriger le tout. Par contre, c’est une route provinciale et on ne peut pas faire ce qu’on veut. On suggère des idées au ministère. C’est vraiment un travail de collaboration et de partenariat qui s’effectue présentement», indique M. Carbonneau. À cet effet, le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports évaluerait actuellement la possibilité de revoir la configuration de la route à cet endroit.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Poster un Commentaire

avatar