«On n’a jamais été au-dessus de nos affaires» – Dean Lygitsakos

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
«On n’a jamais été au-dessus de nos affaires» – Dean Lygitsakos
Le Bellemare de Louiseville n'a pas terminé sa dernière saison comme il l'avait prévu. (Photo : Photo courtoisie – Guillaume Morin)

Bellemare de Louiseville

HOCKEY. Trois semaines après avoir été défait à domicile, par les Sportifs de Joliette en finale de la Ligue de hockey senior AAA du Québec, l’état-major du Bellemare de Louiseville dresse le bilan de sa dernière campagne.

Le résultat obtenu n’est clairement pas celui que l’organisation souhaitait. Le directeur général et entraîneur-chef de l’équipe, Dean Lygitsakos, ne cache pas sa déception devant ce dénouement en sachant bien que les attentes étaient très élevées lors de la dernière saison.

«Si la coupe n’était pas pour être incluse dans notre histoire cette année, on n’était pas pour être satisfait. C’est une évidence et c’était une lourde commande. Lorsque tu mets la barre haute, tu ne veux pas te consoler de moins. On a toujours été honnête envers nous-mêmes et envers nos partisans. On a tout fait pour gagner cette troisième coupe consécutive. Depuis des années, nous avons investi temps, argent et efforts dans la poursuite de l’excellence et nous sommes arrivés à court. On ne peut pas dire mission accomplie», mentionne M. Lygitsakos. «Le Cap-de-la-Madeleine nous a magané. Au final, le mérite revient à Joliette qui a remporté. Je ne peux que les féliciter!»

Avec un peu de recul, Dean Lygitsakos se rappelle rapidement que son organisation a été en mesure de soulever à trois reprises la coupe depuis le début de son existence et a participé à six finales lors des sept dernières années. «C’est un bilan enviable que plusieurs organisations aimeraient avoir. Je suis quand même très fier de nous. On a remis de la fierté dans notre municipalité. Les gens s’associent à nous et nous encouragent. On a toujours été des gagnants. C’est pourquoi je ne suis pas satisfait personnellement de cette saison», reconnait-il.

Des blessés et de l’instabilité

Le Bellemare de Louiseville admet avoir eu à faire face à d’excellents adversaires lors des séries éliminatoires. N’ayant pas l’habitude de se trouver des excuses, Louiseville confirme cependant que son équipe était complètement décimée par les blessures.

«La réalité est que nous avions une équipe extrêmement blessée. Francis Charette était blessé depuis le deuxième match de la série contre le Cap. Il n’a pratiquement pas joué. Il jouait seulement en avantage numérique. Il a tout donné même avec une blessure majeure. Il a quand même contribué offensivement, mais pas comme s’il était à 100%. C’était le meilleur joueur de la ligue et on l’a perdu en séries. On a aussi perdu d’autres énormes morceaux. Julien Houle s’est blessé à deux reprises, Mathieu Laverdure s’est cassé un bras, Julien Corriveau a joué avec un ligament déchiré dans le genou… Même notre gardien Phil Gatien était incommodé par des blessures», énumère le pilote du Bellemare.

«On parle de joueurs de premier plan. Ce sont des gars irremplaçables. On a demandé à d’autres gars de prendre les bouchées doubles et triples pendant un bon bout de temps. Nos trios n’étaient plus stables. On n’avait plus rien de notre saison qui existait encore en séries. Il fallait aussi jumeler à ça l’épuisement et on n’a pas été en mesure de capitaliser sur nos occasions de marquer», ajoute-t-il.

Meilleur moment de la saison

Lorsqu’on lui demande son moment fort de la dernière saison, Dean Lygitsakos se rappelle la force de caractère de son équipe dans la série face au Climatisation Cloutier du Cap-de-la-Madeleine.

«On a eu une super belle saison et on avait une chimie parfaite, mais le meilleur moment, c’est la façon dont on est revenu dans la série contre le Cap en remportant les trois dernières parties pour accéder à la finale. Le directeur général de l’équipe adverse a fait exprès pour qu’on soit obligé de jouer trois parties lors de la deuxième fin de semaine en sachant qu’on avait des blessés. Ça nous a imposé une énorme pression. C’est là où nos joueurs se sont serrés les coudes à tous les niveaux», partage fièrement le directeur général et entraîneur-chef de l’équipe louisevilloise.

Pire moment de la saison

À l’inverse, la direction du Bellemare rapporte que de voir l’adversaire remporter la coupe et célébrer à son domicile laisse un goût amer. «Ce n’est pas une surprise. Je connaissais bien Joliette, leurs joueurs et leur entraîneur. On n’a jamais été au-dessus de nos affaires. Par contre, c’est une grande déception de ne pas avoir été en mesure de remporter cette troisième coupe consécutive. On croyait vraiment qu’on était capable de créer de petits miracles malgré notre réalité», relate M. Lygitsakos.

L’organisation du Bellemare de Louiseville prendra les prochaines semaines pour boucler cette dernière campagne et pour se préparer en vue du prochain repêchage. D’ores et déjà, elle confirme que l’entraîneur adjoint Steve Moreau a avisé la direction qu’il ne serait pas de retour l’an prochain.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des