L’expérience d’une vie sur le bord du Pacifique

Photo de Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé

Vous vous souvenez de la maskinongeoise Judith Cardinaels, celle qui s’était donné comme défi de participer au demi-marathon de San Francisco avec le programme Team In Training de la Société de leucémie et lymphome du Canada? En bien elle y est arrivée! Le 18 octobre dernier, l’avocate de profession a couru 21,1 kilomètres pour sauver des vies en 2 h 14 minutes et 6 secondes. Mais, ce qui est la plus grande fierté pour elle c’est le 7 425 $ qu’elle a amassé pour cette cause.

Judith Cardinaels a terminé 2 835e sur plus de 20 000 coureurs et se dit très heureuse de sa performance, surtout qu’à un peu plus d’un mois avant son départ, cette dernière s’est fracturée le petit orteil gauche. «Malgré ma fracture à l’orteil et un syndrome fémoro-patellaire au genou droit, je n’avais plus aucun objectif de temps. Ce n’était plus du tout une question de performer mais seulement de réussir à courir le demi-marathon au complet. J’y étais, j’étais sur cette ligne de départ avec plus de 20 000 personnes, de l’énergie à revendre, l’émotion était palpable. Je voulais parcourir ces 21,1 kilomètres pour cette bonne cause et je voulais réussir à terminer la course. Plusieurs facteurs ont fait en sorte que j’ai pu gérer cette course de façon conservatrice et ça m’a permis de parcourir et finir ce premier demi-marathon avec le sourire, d’en profiter au maximum et croyez-moi, j’en ai savouré chaque kilomètre», souligne Judith Cardinaels.

Selon la jeune femme, pour ce qui est de la course, c’est un parcours difficile qu’elle ne peut cependant comparer puisqu’elle en était à son premier demi-marathon. «C’était mon premier demi-marathon, mais sûrement pas mon dernier. Je ne suis peut-être qu’une débutante en la matière, mais je peux vous dire qu’à San Francisco, des côtes, il y en a», affirme-t-elle. «Au plan humain, c’est indescriptible. Toute la gamme d’émotions par laquelle je suis passée. On nous dit que la femme qui traverse la ligne de départ n’est pas la même que celle qui traverse le fil d’arrivée et c’est tellement vrai. En tenant pour acquis que la ligne de départ est le début de cette belle aventure avec Team In Training au mois de mai dernier et le fil d’arrivée est quant à lui le vrai fil d’arrivée sur le bord du Pacifique à San Francisco, c’est vraiment l’expérience d’une vie», ajoute Judith Cardinaels.

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des