La LHSAAAQ dévoile ses finalistes

Photo de Rédaction - L'Écho de Maskinongé
Par Rédaction - L'Écho de Maskinongé
La LHSAAAQ dévoile ses finalistes
(Photo : courtoisie)

Pour la première fois de son histoire, la Ligue de hockey senior AAA du Québec honorera ses plus méritants de la saison.  Alors qu’une formule de type «Gala» était initialement prévue, les plans ont dû être changés pour des raisons évidentes.

Le dévoilement des gagnants débutera lundi soir. Les récipiendaires des différents trophées seront dévoilés de la même manière que les finalistes l’ont été pendant la dernière semaine.  À chaque jour, des publications seront effectuées sur la page Facebook de la LHSAAAQ pour culminer avec le dévoilement des deux équipes d’étoiles.

Champion buteur 2019-2020

Samuel Blier – Le Climatisation Cloutier Hockey Senior du Cap-de-la-Madeleine)

À sa première saison dans le circuit, on peut dire que l’ancien des Saguenéens de Chicoutimi et des Cataractes de Shawinigan dans la LHJMQ, ainsi que des Patriotes de l’UQTR, a laissé sa marque de façon assez fracassante. En 19 parties jouées, il a inscrit un sommet de 22 buts (dont 4 en avantage numérique et 1 en désavantage numérique), ajoutant 10 aides. Son total de 32 points lui a conféré une enviable cinquième position au classement des compteurs cette saison.

Gabriel Slight (Le Métal Pless de Plessisville), avec 21 buts, ainsi que son coéquipier chez le Climatisation Cloutier, Julien Gagné (18 buts), ont respectivement terminé deuxième et troisième. Le porte-couleur du Métal Perreault de Donnacona, Charles Poulin, termine aussi au troisième rang des buteurs avec le même nombre de buts que Julien Gagné, soit 18.

Recrue offensive

Remis au joueur s’étant le plus illustré offensivement à sa première année de compétition dans la LHSAAAQ. Voici les trois finalistes en nomination :

Vincent Senez Allaire – Les Bisons de Granby

L’ancien des Cataractes de Shawinigan dans la LHJMQ a connu une belle campagne pour Granby, récoltant une fiche de 14 buts et 12 aides pour un total de 26 points en 20 parties jouées.

Frédéric Gamelin – Le Bellemare de Louiseville

Avec une fiche de 7 buts, 18 aides pour 25 points, celui qui a évolué pour Le Drakkar de Baie-Comeau dans la LHJMQ et le McGill Redmen Hockey au niveau universitaire s’est très bien intégré au groupe louisevillois.

Samuel Blier – Le Climatisation Cloutier Hockey Senior du Cap-de-la-Madeleine

L’ancien des Cataractes de Shawinigan et des Saguenéens de Chicoutimi de la LHJMQ et des Patriotes de l’UQTR fut à sa première saison un rouage important de l’attaque trifluvienne (22 buts, 10 aides, 32 points).

Recrue défensive

Remis au joueur s’étant le plus illustré défensivement à sa première année de compétition dans la LHSAAAQ. Voici les trois finalistes en nomination:

Samuel Gagnon – Loups de La Tuque

Le nouveau gardien #1 de la formation latuquoise s’est rapidement affiché comme l’un des meilleurs, et ce, dès sa première saison. Remportant 9 des 14 rencontres auxquelles il a pris part, encaissant 5 défaites dont 2 en prolongation, il a présenté une moyenne de buts alloués de 3.32 et un pourcentage d’efficacité tout juste sous la barre des .900 (.899).

William Giroux – Le Bellemare de Louiseville

Appelé à remplir le rôle de gardien principal de son équipe dès le début de la saison en l’absence du vétéran Philippe Gatien, on peut dire qu’il a relevé le défi avec brio. N’ayant pas subi la défaite en temps régulier en 13 rencontres, il revendique 10 victoires et n’a perdu que deux matchs en fusillade. Son excellente moyenne de 2.40 combinée à une moyenne d’efficacité de .914 en ont rapidement fait un membre de l’élite du circuit.

Anthony Gingras – Le Métal Pless de Plessisville

En seulement 15 rencontres, celui qui a roulé sa bosse dans la LHJMQ (Remparts de Québec, Titan Acadie-Bathurst (Officiel/Official), Saguenéens de Chicoutimi et Les Tigres de Victoriaville), et aussi au niveau universitaire avec Concordia University s’est rapidement affiché comme un pilier pour la formation des Bois-Francs avec ses 2 buts, 10 passes pour 12 points.

Entraîneur de l’année

Remis à l’entraîneur ayant le plus contribué aux succès de son équipe. Voici les trois finalistes en nomination :

Alain Gardner – Le Condor de Nicolet

Belle reconnaissance pour le Princevillois d’origine que d’être considéré par ses pairs comme faisant partie du top 3 du circuit. Ayant roulé sa bosse pendant plusieurs années dans le hockey senior (notamment dans la LNAH où il a remporté un championnat avec Rivière-du-Loup), Alain Gardner a su relever un défi considérable cette année avec le Condor. Tout d’abord en parvenant à maintenir son équipe à flot après un début de saison difficile de 6 matchs à l’étranger, pour éventuellement parvenir à lutter pour l’avantage de la patinoire en séries jusqu’à la dernière minute (dossier de 12 victoires, 8 défaites et 2 défaites en prolongation).

Dean Lygitsakos – Le Bellemare de Louiseville

C’est sans surprise que l’on retrouve le chevronné entraîneur sur le panel de finalistes pour ce prestigieux titre. Louiseville a connu une excellente saison tout en effectuant que très peu de changements. Être entraîneur est certainement une tâche de tous les défis, et on peut dire que Dean Lygitsakos a surmonté celui de vendre un concept d’équipe à une bande de joueurs aguerris. Dossier de 17 victoires, 2 défaites, 1 défaite en prolongation et 2 défaites en fusillade.

Simon Turcot – Le Métal Pless de Plessisville

En voilà un autre qui a réussi une belle entrée en matière dans le circuit cette année. Avec une belle feuille de route à différents niveaux dont dans la LNAH, Junior AAA et au niveau scolaire notamment, Simon Turcot est parvenu rapidement à instaurer une culture axée sur l’éthique de travail, l’intensité et le travail d’équipe. Plessisville a été reconnue cette année comme une équipe combative et difficile à battre et on peut dire que l’arrivée du nouvel entraîneur a fait une différence. Dossier de 14 victoires, 6 défaites, 1 défaite en prolongation et 1 défaite en fusillade.

Directeur général de l’année

Remis au directeur général ayant effectué le meilleur travail afin d’améliorer son équipe. Voici les trois finalistes en nomination :

Tommy Gauthier – Loups de La Tuque

Cumuler les rôles de directeur général et d’entraîneur est assurément un défi, peu importe le niveau. Et quand vous devez composer avec le fait que votre équipe évolue dans une ville éloignée des grands centres, vous avez alors un défi additionnel pour convaincre les joueurs! Parmi les acquisitions dignes de mention, il y a le gardien recrue Samuel Gagnon, l’attaquant Simon-Claude Blackburn (1er marqueur de l’équipe – 4e de la ligue), le défenseur Jonathan Oligny et l’attaquant recrue Olivier Plourde. Les Loups ont encore fait partie de l’élite cette année, ayant dominé le classement général pendant une partie de la saison. Ils ont terminé au deuxième rang avec un dossier de 15 victoires, 5 défaites, 2 défaites en prolongation.

Dean Lygitsakos – Le Bellemare de Louiseville

Le hockey à Louiseville, c’est une affaire de famille. Chacun a ses responsabilités, mais le département hockey, c’est l’affaire de Dean Lygitsakos. Celui qui joue également le rôle d’entraîneur-chef avec brio est aussi reconnu comme un bâtisseur dans le monde du hockey senior. Son équipe du Bellemare a poursuivi sa tradition d’excellence cette année en ajoutant un championnat de saison régulière. S’il fut relativement peu actif pendant la saison, c’est lors de la saison morte que les acquisitions les plus importantes ont été effectuées. Que ce soit par le biais du repêchage (Olivier Daunais premier choix au total et William Giroux en 8e ronde), ou via des transactions qui ont notamment amené les Anthony Lafleur-Lebel, le défenseur recrue Wayne Létourneau, Jérémy Plourde et la recrue Frédéric Gamelin, chaque addition a été effectuée avec minutie. Le Bellemare a terminé au premier rang du classement général, cumulant un dossier de 17 victoires, 2 défaites, 1 défaite en prolongation et 2 défaites en fusillade.

Samuel Fortier – Le Métal Pless de Plessisville

À sa deuxième saison à Plessisville, la formation du Métal Pless a su non seulement se maintenir, mais améliorer sa position au classement. Mais au-delà des statistiques, c’est surtout une identité et un sentiment d’appartenance qu’on a su inculquer à « Plessis ». Le travail de celui qui fut un favori de la foule lors des belles années du BigFoot de St-Léonard-d’Aston, maintenant devenu directeur général de la concession suite à son déménagement à Plessisville, n’y est certainement pas étranger. Que ce soit dans l’entre-saison ou au beau milieu de l’hiver, Samuel Fortier n’a pas hésité à prendre des risques calculés. Tout d’abord en faisant l’acquisition des frères Steven et Tommy Veilleux tout en laissant aller un Samuel Gagnon fraîchement repêché en première ronde, pour ensuite doter son équipe d’une profondeur exceptionnelle avec les Anthony Gingras, Derek Bureau, Nicolas Carrier, Cédric Dubé, le défenseur Louis-Philip Fortin et le gardien Nicolas Lachance. Cette profondeur a fait du Métal Pless une équipe difficile à affronter, et ce, toute la saison, cumulant un dossier de 12 victoires, 8 défaites et 2 défaites en prolongation.

Meilleur attaquant défensif

Remis à l’attaquant qui a le mieux excellé dans les aspects défensifs du jeu. Voici les trois finalistes en nomination :

Tommy Tremblay – Loups de La Tuque

Quand on termine au quatrième rang des pointeurs (12 buts, 21 passes pour 33 points) de son circuit et que l’on est considéré comme un des meilleurs attaquants défensifs, ça illustre bien à quel point le capitaine latuquois peut être un joueur complet! L’ancien des Cataractes de Shawinigan de la LHJMQ est sans contredit un pilier dans cette équipe, en particulier sur les unités spéciales.

Julien Houle – Le Bellemare de Louiseville

Voilà un joueur que tout entraîneur aimerait avoir dans son alignement. Ayant été de toutes les missions défensives cette saison, il revendique tout de même une fiche de 17 buts et 10 passes en 18 matchs. À sa quatrième saison avec le Bellemare à seulement 26 ans, Julien incarne bien l’identité de la formation jaune et noire et fait en quelque sorte partie des meubles à Louiseville.

Rock Régimbald – Les Sportifs – Pétrole Bélanger de Joliette

En voilà un autre dont on a vu le nom sur les feuilles de pointage pendant tout l’hiver. À sa deuxième saison dans le circuit, il a amélioré ses statistiques avec 32 points (9 buts et 23 passes). Joueur complet, son jeu responsable défensivement cadre parfaitement avec la philosophie préconisée chez la formation lanaudoise.

Gardien de but de l’année

Remis au gardien de but jugé comme étant le meilleur de sa position.

Voici les trois finalistes en nomination :

Frédéric Piché – Les Sportifs – Pétrole Bélanger de Joliette

Le joueur le plus utile des séries éliminatoires de 2019 a encore une fois connu une bonne saison cette année. En 18 matchs auxquels il a pris part, il revendique 9 victoires contre 6 défaites et 2 défaites en prolongation, bon pour une moyenne de buts alloués de 3.51 et un taux d’efficacité de .902. Les partisans des Sportifs le savent : Quand le #1 est devant le filet, on a toujours une chance de remporter le match.

Philippe Gatien – Le Bellemare de Louiseville

Ayant amorcé la saison sur les lignes de côté afin de guérir d’une vieille blessure, le vétéran a littéralement repris où il avait laissé. Ayant formé un duo du tonnerre avec la recrue William Giroux, il a présenté un dossier de 6 victoires, 2 défaites et une défaite en prolongation, le tout en seulement 10 matchs! Ses statistiques (moyenne de buts alloués de 2.07, taux d’efficacité de .937) sont les meilleures chez les gardiens de la LHSAAAQ.

Émilien Boily – Le Condor de Nicolet

À sa deuxième saison dans le circuit, le portier de 22 ans a connu ce que l’on peut qualifier de saison de rêve. Prenant part à 18 des 22 matchs de son équipe, il fut sans contredit la pièce maîtresse qui a permis au Condor de renverser la vapeur après un début de saison difficile. Du caoutchouc, il en a vu avec 623 arrêts sur 662 tirs reçus (seul Paul Bourbeau Jr de Granby le surpasse à ce chapitre)! Ses 11 victoires, 4 défaites et 1 défaite en prolongation, combinées à une moyenne de buts alloués de 3.25 et un taux d’efficacité de .923 le place tout juste derrière Philippe Gatien sur le plan statistique.

Joueur le plus utile à son équipe

Remis au joueur considéré comme ayant été le plus utile à son équipe pendant la saison régulière. Voici les trois finalistes en nomination :

Jason Pitt – Le Métal Pless de Plessisville

Favori de la foule, ce produit local a connu une autre bonne saison, sa sixième avec la concession de St-Léonard-d’Aston / Plessisville. Ayant pris part à tous les matchs de son équipe (22), il a marqué 15 buts dont 3 en avantage numérique, contribué à 21 autres pour un total de 36 points, ce qui lui a conféré le 3e rang des compteurs (1.63 point par match). Aux yeux de plusieurs observateurs, Jason Pitt est le coeur et l’âme du Métal Pless. Pas étonnant qu’il soit considéré pour ce prestigieux titre.

Fabien Laniel – Le Bellemare de Louiseville

Le champion compteur de la LHSAAAQ est bien sûr un incontournable pour le convoité titre de joueur le plus utile! Ayant terrorisé les défensives adverses toute la saison, avec notamment son compagnon de trio Francis Charette (qu’il a devancé par un point seulement!), Laniel a connu une saison exceptionnelle. En 21 parties jouées, il revendique un dossier de 12 buts (3 buts gagnants), 27 aides pour un total de 39 points, bon pour une moyenne de 1.85 point par match.

Francis Charette – Le Bellemare de Louiseville

Pas étonnant de voir l’autre membre de ce duo louisevillois voler la vedette dans ce top 3 sélect! L’ancien du Club de hockey l’Océanic de Rimouski et des Voltigeurs de Drummondville dans la LHJMQ, ainsi que de Saint-Hyacinthe, Jonquière et Saint-Georges-de-Beauce dans la LNAH a présenté un dossier de 14 buts et 24 passes en seulement 16 parties, ce qui lui confère une impressionnante moyenne de 2.87 points par match.

Défenseur de l’année

Remis au défenseur ayant démontré les meilleures habiletés globales dans sa position. Voici les trois finalistes en nomination :

Anthony Gingras – Le Métal Pless de Plessisville

En seulement 15 rencontres, celui qui a roulé sa bosse dans la LHJMQ (Remparts de Québec, Titan Acadie-Bathurst (Officiel/Official), Saguenéens de Chicoutimi et Les Tigres de Victoriaville), et aussi au niveau universitaire avec Concordia Stingers s’est rapidement affiché comme un pilier pour la formation des Bois-Francs avec ses 2 buts, 10 passes pour 12 points. Tout ça alors qu’il en est à sa saison recrue!

François Godin – Le Bellemare de Louiseville

Le capitaine du Bellemare a encore connu une excellente saison. Son leadership au sein de cette équipe est certainement reconnu de tous, mais c’est d’abord et avant tout par son travail et ses succès sur la patinoire que le vétéran de 3 saisons montre l’exemple à ses coéquipiers. En 21 parties, il a marqué 3 buts et récolté 22 aides, pour un total de 25 points. Pas mal pour un défenseur qui, il va sans dire, joue le rôle de quart arrière pour son équipe.

Louis-Patrice Giguère – Loups de La Tuque

À sa cinquième saison dans le circuit, le Beauceron d’origine vient de connaître sa meilleure campagne avec un total de 28 points (6 buts, 22 passes). Le mobile défenseur en a mis plein la vue aux partisans à travers la ligue grâce à sa vision du jeu. Doté d’un talent impressionnant, il peut aussi bien se transformer en un quatrième attaquant et se replier rapidement par la suite en défensive. Il va sans dire qu’il fut une pièce maîtresse dans l’échiquier de Tommy Gauthier cette saison.

Organisation de l’année

Remis à l’organisation ayant fait preuve d’excellence tant au plan administratif qu’au plan hockey. Voici les trois organisations finalistes en nomination :

LES BISONS DE GRANBY

Lorsque l’homme d’affaires Christian Roy a repris la concession de Waterloo l’an dernier pour la déménager dans sa ville de Granby, une curiosité s’est tout de suite emparée de la population, mais aussi du monde du hockey senior en général. Est-ce que que Granby peut encore être une bonne ville de hockey? Est-ce qu’un club senior peut cohabiter avec une équipe Junior AAA? L’histoire parle d’elle-même. L’annonce que l’équipe allait dorénavant se nommer les Bisons a créé tout un « buzz ». Ce rappel de l’époque de la LHJMQ a tôt fait d’attirer les amateurs en grand nombre au Centre sportif Léonard-Grondin, et ce dès les matchs préparatoires. On a d’abord cherché à créer une identité et un sentiment d’appartenance en attirant plusieurs joueurs de la région. Les assistances ont été impressionnantes tout au long de la saison avec une moyenne qui avoisine les 1000 spectateurs par match! Au plan hockey, le spectacle offert a été apprécié des amateurs, bien que la fin de saison ne fut évidemment pas celle espérée. Quoi qu’il en soit, les Granbyens se sont épris de leurs Bisons et ont bien hâte que la prochaine saison prenne son envol.

LES LOUPS DE LA TUQUE

Après quatre saisons dans le circuit, l’organisation haute mauricienne peut être considérée comme bien établie. Si un doute a déjà subsisté quant à la viabilité d’une équipe de hockey senior dans une région aussi éloignée, il n’en est plus rien aujourd’hui. Au plan hockey, on est parvenu à assembler une équipe en attirant plusieurs joueurs d’un peu partout dans la province, parfois d’aussi loin que le Saguenay, la Beauce voire même la Côte-Nord! Les joueurs aiment jouer à La Tuque, car ils y sont bien traités. Le propriétaire Gilles Veillette est très présent dans l’entourage de l’équipe et est toujours à l’écoute des besoins de son équipe. Les Loups jouissent aussi de l’appui de leurs nombreux partisans qui suivent avec assiduité leur équipe, tant au Colisée Denis-Morel que lors des matchs à l’extérieur. La Tuque a connu encore une excellente saison, terminant au deuxième rang au classement général.

LE CLIMATISATION CLOUTIER DU CAP-DE-LA-MADELEINE

La réputation du Cap-de-la-Madeleine n’est plus à faire en tant qu’organisation de première classe. Une visite à l’aréna Jean-Guy Talbot est un événement en soi et permet de constater que le hockey senior est en santé et très viable dans la région trifluvienne. Menée par les hommes d’affaires Yves Tremblay et Patrick Casault, propriétaires de l’équipe, cette organisation est dotée d’une structure impressionnante pour une équipe senior, comptant aussi sur l’appui de nombreux bénévoles. Au plan hockey, un match du Climatisation Cloutier offre un bon spectacle en dépit d’une saison quelque peu difficile. L’opposition offerte aux Loups de La Tuque au premier tour éliminatoire a bien démontré que cette équipe avait la capacité d’accomplir de belles choses. L’organisation du Climatisation Cloutier constitue également un bon actif pour le circuit, étant toujours prête à s’impliquer dans des dossiers comme la mise en place des premiers hommages aux lauréats de la LHSAAAQ. (JC)

 

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des