Des Vieilles Forges à l’Île Melville… à pied

Par superadmin
Des Vieilles Forges à l’Île Melville… à pied
Les randonneurs pourraient avoir bientôt accès à un sentier de 19 km aux abords de la rivière St-Maurice.

Les randonneurs seront ravis d’apprendre qu’un sentier pédestre pourrait relier dès l’an prochain, dans le meilleur des mondes, le Lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice, à Trois-Rivières, au Parc de l’Île Melville, à Shawinigan.

Le projet est dans l’air depuis une trentaine d’années déjà. Il a toutefois été remis plus sérieusement à l’étude il y a deux ans par la Corporation Inter-Rives de La Gabelle. L’organisation s’est trouvé plusieurs partenaires intéressés à l’appuyer pour mener à bien le dossier, dont les MRC des Chenaux et Maskinongé, les villes de Trois-Rivières, Shawinigan, Saint-Étienne-des-Grès et Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Parc Nature La Gabelle, de même que l’Unité régionale de loisir et de sport de la Mauricie (URLSM).

Le sentier projeté s’étalerait sur 19 kilomètres et longerait la rive ouest de la rivière Saint-Maurice de Trois-Rivières jusqu’au lien interrives de La Gabelle. Par la suite, il se poursuivrait sur la rive est de Notre-Dame-du-Mont-Carmel jusqu’à Shawinigan. Seuls les piétons y seraient admis. «Il est hors de question qu’il soit emprunté par des cyclistes, des quadistes ou des motoneigistes qui, de toute façon, ont déjà plusieurs sentiers qui leur sont dédiés, précise Guy-Luc Beaupré, représentant de la Corporation Inter-Rives de La Gabelle. De plus, nous devons demander des droits de passage auprès des propriétaires des nombreux terrains que le sentier traversera. Étant donné qu’un sentier strictement piétonnier est peu dérangeant comparativement à d’autres types de sentiers, nous sommes d’avis que nous pourrons obtenir leur autorisation plus facilement.»

Des démarches en ce sens ont d’ailleurs été amorcées auprès de ces propriétaires. Tous n’ont pas encore été rencontrés, mais deux personnes y travaillent.

Un sentier de plus de 100 000$

Au cours des derniers mois, des demandes de financement ont été déposées notamment auprès des Centre locaux de développement (CLD) des quatre territoires où passerait le sentier, dans le cadre du Programme de mise en valeur des ressources du milieu forestier (volet 2). Les promoteurs s’attendent à obtenir des réponses à la fin mai.

«Si toutes nos demandes sont acceptées dans les meilleurs délais, on pourra commencer les travaux d’aménagement dès cet été et les compléter au printemps 2009. Je pense toutefois qu’il serait plus réaliste de penser à 2010 pour la coupe officielle du ruban… mais nous avons le droit de rêver!»

Les coûts pour l’aménagement du sentier sont estimés à plus de 100 000$. «C’est très approximatif comme montant. Lorsque nous avons évalué le projet, il y avait à peu près six pieds de neige! Nous allons retourner sur le terrain cet été pour préciser ces coûts, mais nous sommes certains qu’ils dépasseront les 100 000$», conclut M. Beaupré.

Une fois réalisé, le sentier pourrait se greffer à deux autres sentiers pédestres d’importance à la hauteur du lien interrives La Gabelle, soit le sentier national et le sentier transcanadien. Il pourrait même être relié, à plus long terme, au Parc national de la Mauricie.

Bref, les randonneurs auront bien des kilomètres à se mettre sous les pieds dans les prochaines années!

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires