Cap-de-la-Madeleine/Louiseville: une série intense à prévoir

Photo de Pier-Olivier Gagnon
Par Pier-Olivier Gagnon
Cap-de-la-Madeleine/Louiseville: une série intense à prévoir
La série opposant le Bellemare au Climatisation Cloutier débute vendredi soir au Cap-de-la-Madeleine. (Photo : Photo courtoisie – Joe Labrie Photographe)

HOCKEY. Après avoir balayé en quatre parties le Condor de Nicolet lors de sa première ronde des séries éliminatoires, le Bellemare de Louiseville (3) devra maintenant faire face à son plus grand rival en demi-finale: le Climatisation Cloutier du Cap-de-la-Madeleine (2).

La formation louisevilloise ne s’attendait pas à vivre pareil scénario face aux représentants de la Rive-Sud. Le Condor a donné un peu plus de fil à retordre que prévu au Bellemare. Deux parties ont connu un dénouement en prolongation. «Dans les séries, c’est toujours une question de résultat. Tu peux jouer le meilleur match, mais il faut que tu te trouves une façon de gagner. Ce n’est pas comme en saison où tu veux bâtir sur des bonnes habitudes de travail. On a beaucoup appris dans cette série face à Nicolet et on a utilisé ce qu’on avait appris en saison. Dans trois des quatre parties, en débutant la troisième période, le pointage était égal. La bonne nouvelle, c’est qu’on a réussi à aller chercher les quatre matchs», se réjouit Dean Lygitsakos, entraîneur-chef du Bellemare de Louiseville.

«On a mis en pratique le contrôle des émotions et la bonne façon de jouer en fin de match. On était plus aguerri que notre adversaire et ça l’a paru. Par contre, on a le pli du match important. Quand il est important, on lève notre jeu d’un cran. Quand on ne sent pas le sentiment d’urgence, on a tendance à s’endormir un peu, constate-t-il. C’est une tendance qui ne doit pas perdurer dans les prochaines séries.»

«C’est une toute autre commande qui s’en vient»

– Dean Lygitsakos

Avec le dossier que présentait le Condor en saison régulière (9-11-2), le Bellemare avoue qu’il avait confiance d’éliminer rapidement son adversaire. Nicolet a toutefois vendu chèrement sa peau. «L’attaque que je craignais s’est présentée. Le Condor a eu une attaque dévastatrice, surtout en début de match. Ils nous ont causé des difficultés à cause de leur vitesse. Ce que je ne m’attendais pas, c’était la prestation de leur gardien. Le jeune Boily a été fantastique. Après les deux premières parties, il avait reçu 111 lancers. Au total, il a reçu près de 200 lancers lors de cette série. Il a été sensationnel et il a créé un doute dans la tête de nos tireurs. Je lui lève mon chapeau», rapporte M. Lygitsakos.

Une série excitante

Le Bellemare de Louiseville se concentre maintenant sur son prochain adversaire. En saison régulière, les deux équipes se sont partagé à parts égales les victoires dans les quatre parties qui les opposaient. Le Climatisation Cloutier a terminé au deuxième rang tout juste devant le Bellemare au classement général. «C’est une organisation qui a pris beaucoup de gallons cette année. Ils ont fait un travail colossal. C’est une équipe qui est transformée. On est conscient de la taille du défi qui nous attend. On a terminé notre saison sur une bonne note et on a connu un bon début dans les séries. On est sur une séquence de sept victoires. C’est une toute autre commande qui s’en vient et on se prépare à y faire face», explique le pilote du Bellemare.

De son côté, le Climatisation Cloutier aurait épié les faits et gestes du Bellemare lors de la précédente série. «J’ai vu du coin de l’œil qu’ils ont envoyé un caméraman filmer nos parties et les gens de l’état-major sont venus voir nos deux derniers matchs. Ils ont pris des notes et ils vont analyser nos tactiques. Nous avons fait nos devoirs nous aussi. C’est un beau challenge. Ce sont deux excellentes équipes d’hockey qui s’affrontent. C’est la plus grande rivalité au hockey québécois», reconnait Dean Lygitsakos.

Ce dernier mentionne que le niveau d’intensité de sa formation doit être plus constant face au Cap-de-la-Madeleine. «On ne doit pas attendre d’être en position précaire pour se défendre. On sait qu’à la première seconde du premier match, lorsque la rondelle va tomber sur la patinoire, les émotions seront au tapis pour tout le monde. On doit se concentrer et faire ce qu’on a à faire.»

Cette série promet d’ailleurs d’être profitable financièrement pour chacune des organisations puisque les amateurs risquent d’être nombreux à faire la file aux guichets pour voir cette confrontation qui débutera ce vendredi soir au Cap-de-la-Madeleine. La série se transportera le lendemain à Louiseville.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des