Accomplissements et succès depuis 25 ans

Accomplissements et succès depuis 25 ans

Le groupe d'instructeurs dévoués du Club de taekwondo de Louiseville. Derrière, de gauche à droite, Yvon Gauthier, Érika Gauthier, Julie Bergeron, Jordan Masson, Karol-Ann Lambert, Nathalie Gervais et Patricia Baril. Devant, Aryelle Gendron et Patrick Richer.

Crédit photo : Photo courtoisie

Club de taekwondo de Louiseville

ARTS MARTIAUX. Le Club de taekwondo de Louiseville célèbre son 25e anniversaire cette année. Avec des valeurs bien ancrées et un enseignement axé sur le développement personnel de chaque individu, l’organisme jouit d’une excellente réputation.

Créé le 21 septembre 1993 par Éric Deshaies, le Club de taekwondo de Louiseville avait dans ses rangs 11 élèves, dont l’actuel directeur Patrick Richer. Entre 1993 et 1998, deux instructeurs ont tenu les rênes de l’organisation. C’est lors de la quatrième année d’existence du club, au moment où Patrick Richer venait d’obtenir sa ceinture noire premier Dan, que la direction lui a été offerte en vue de la première session de janvier 1998. Depuis ce temps, M. Richer est en poste comme directeur technique. «Quand j’ai pris le relais, je voulais amener une certaine stabilité à la tête de l’organisation et j’avais comme objectif d’augmenter le nombre d’élèves au sein du club. À ce moment, on avait 45 membres et j’ai doublé le membership en une session. C’était un beau défi pour moi. J’ai développé le sentiment d’appartenance, j’ai mis des efforts sur la publicité et j’ai fait la promotion du taekwondo dans les écoles de la région. Je me suis impliqué parce que je suis tombé en amour avec cette discipline-là et j’ai eu la piqûre pour le coaching», explique Patrick Richer.

Motivation toujours présente

Le Club de taekwondo de Louiseville mise sur un homme expérimenté et qualifié, toujours éveillé par la passion qui l’habite. «Pendant des années, le volet compétitif venait me chercher énormément et ça gardait ma flamme bien allumée. Le club est encore compétitif aujourd’hui, mais il s’est adapté à la nouvelle réalité. J’ai démarré des cours parent-enfant il y a deux ans et il y a un bel engouement pour ça. Il faut constamment se renouveler. C’est ce qui a permis de garder le club en bonne santé», estime le directeur technique.

Patrick Richer, directeur technique du Club de taekwondo de Louiseville et président d’Excellence Coaching. Photo Pier-Olivier Gagnon

Le taekwondo n’est pas uniquement une discipline sportive, reconnait Patrick Richer. «Tout est axé sur le développement de l’athlète et son cheminement personnel. On a une vision de développement. Au-delà du sport, on aide ces gens-là comme être humain! On travaille sur le plan sportif et psychologique. On met beaucoup l’emphase sur la valorisation des athlètes. Le taekwondo, c’est beaucoup le dépassement de soi, la confiance en soi et l’atteinte d’objectifs individuels», expose-t-il, fier de l’évolution de son club.

Soucieux de faire évoluer les athlètes en offrant un bon encadrement, M. Richer prépare ses élèves à relever de nouveaux défis. «On développe des athlètes qui peuvent avoir accès aux Jeux du Québec et aux compétitions internationales. Les développer, c’est une chose, mais il faut aussi savoir qu’on les aide dans leur vie personnelle à se dépasser. On veut leur inculquer des belles valeurs comme la courtoisie, l’intégrité, la persévérance, le contrôle de soi et le courage».

Des ambassadeurs partout

Au fil des ans, le club a connu beaucoup de succès. On n’a qu’à penser à quelques-uns de ses représentants. D’abord, Samuel Fortin a été sacré champion du monde en forme premier Dan et Raphaël St-Charles a récolté la troisième place au monde en Nouvelle- Zélande. Pour sa part, Patrick Richer a représenté à quatre reprises le Canada sur l’équipe nationale lors des championnats mondiaux, soit en Italie en 2004, au Honduras en 2006, à Québec en 2007 et en Argentine en 2009. Plusieurs autres élèves du club se sont démarqués sur la scène nationale et mondiale en participant plusieurs fois aux championnats mondiaux. On parle ici de Simon Bergeron, Nicolas Bergeron, Francis Allard, Pascale Arsenault, Karianne Lambert et Karol-Ann Lambert. «Au club, il y a le volet compétitif dont nous sommes très fiers à cause des résultats obtenus, mais il y a aussi le volet loisir. Oui, j’ai formé des athlètes de niveau élite, mais une de mes plus grandes fiertés, c’est d’avoir eu la chance de former 52 athlètes ceinture noire, dans un milieu comme le nôtre, en 20 ans», confie Patrick Richer.

Une clientèle à renouveler

Le club louisevillois est membre de deux fédérations, soit la Fédération mondiale de taekwondo WTF et la Chan Hun international taekwondo Federation. À ce jour, il accueille près de 150 athlètes pour ses cours de taekwondo ou pour son programme d’auto-défense. Les compétiteurs ont l’opportunité de prendre part à près d’une quinzaine de compétitions annuellement.

Malgré le succès que connait l’organisation, le défi de conserver la clientèle d’une année à l’autre est toujours bien présent. «Il faut garder les élèves motivés et il faut que l’instructeur ait la flamme. Aujourd’hui, les jeunes ont beaucoup plus besoin de bouger qu’avant. On doit les mettre en action. On a un bon programme d’enseignement. On doit composer avec un cycle de développement d’un athlète d’environ 5 à 10 ans. C’est pourquoi le recrutement fait toujours partie des priorités chaque année», révèle M. Richer.

Évènement d’envergure à Louiseville

Pour souligner en grand son 25e anniversaire, le Club de taekwondo de Louiseville accueillera une compétition de taekwondo le 17 novembre prochain, au gymnase de l’école primaire de Louiseville. Pour l’occasion, le président de la fédération CHITF sera présent. La rencontre préparatoire du championnat du monde se tiendra aussi lors de cet évènement à Louiseville. Toute la population est invitée à assister à cette compétition d’envergure.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Poster un Commentaire

avatar