30 ans de soutien au Centre d’éducation populaire de Pointe-du-Lac 

Photo de jcossette
Par jcossette
30 ans de soutien au Centre d’éducation populaire de Pointe-du-Lac 
Historiquement, le CEPPDL est au départ un point de service de l’organisme COMSEP qui souhaitait répondre aux besoins de la communauté de Pointe-du-Lac. (Photo : Jonathan Cossette - Hebdo Journal)

 
Le Centre d’éducation populaire de Pointe-du-Lac a dévoilé ses nouvelles couleurs, ce mercredi, tout en annonçant les différentes activités qui allaient ponctuer son année de 30e anniversaire, mais également le 20e anniversaire de son point de service à Saint-Étienne-des-Grès. 

D’abord, le tout nouveau logo représente « Une place pour chacun », la phrase fétiche des employées.

« Le vert du logo symbolise l’espoir et la croissance. Les trois personnages de couleurs différentes signifient la famille, mais aussi la diversité des membres et le côté intergénérationnel. Le cœur en guise de soleil signifie le côté chaleur et le toit symbolise un endroit sécuritaire et enveloppant. On a aussi créé deux murales dans les couloirs d’entrée, à Pointe-du-Lac et à Saint-Étienne-des-Grès, qui représentent un arbre de vie où chaque personne qui a fréquenté le centre peut laisser sa trace. L’équipe prévoit également sortir un recueil de toutes les recettes les plus appréciées lors des repas communautaires des dernières années. On vise le printemps prochain pour le lancement », a lancé Caroline Lacomblez, coordonnatrice du Centre d’éducation populaire de Pointe-du-Lac.

« Notre centre de Saint-Étienne-des-Grès est là depuis 2001 et nous offrons les mêmes activités qu’à Pointe-du-Lac, avec la même équipe de travail. Ils font un travail formidable et j’ai cette chance d’être accompagnée par cette équipe. On est bien content et la preuve que ça fonctionne, c’est qu’on a des membres qui se déplacent de Saint-Étienne-des-Grès à Pointe-du-Lac et vice versa. C’est une belle communauté d’échanges et d’entraide qui est née. »

Le tout nouveau logo se veut le fruit d’une collaboration avec le programme PICOM de l’Université du Quévec à Trois-Rivières (UQTR). 

« Nos services ont beaucoup évolué. Tout a commencé avec un collectif de femmes et un groupe de cuisine collective. Depuis, il y a eu l’alphabétisation, la lutte au décrochage scolaire, la famille, l’aide au devoir, et l’accompagnement, entraide et soutien. Nous avons rejoint jusqu’à 400 personnes dans les dernières années, âgées de quelques semaines à 90 ans. »

Historiquement, le Centre d’éducation populaire de Pointe-du-Lac était, au départ, un point de service de l’organisme COMSEP qui souhaitait répondre aux besoins de la communauté de Pointe-du-Lac.

« On est tellement fier de voir que notre centre à 30 ans », a témoigné Sylvie Tardif, coordonnatrice de l’organisme du Centre d’organisation mauricien de services et d’éducation populaire (COMSEP). « On avait beaucoup de gens de Pointe-du-Lac qui venaient à COMSEP et on trouvait que ça leur faisait loin pour voyager. Au départ, la municipalité n’était pas trop chaude à l’idée qu’on implante un centre d’éducation populaire à Pointe-du-Lac alors on a décidé d’acheter la bâtisse pour être sûr de pouvoir réussir à faire notre projet. »

« On est heureux de voir tous les agrandissements qui ont eu lieu ici également et de voir autant de gens qui fréquentent les lieux. Nous avons créé les deux centres et on est tous des alliés, que ce avec soit ici et avec Saint-Étienne-des-Grès », conclut-elle.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires