Un prêt exceptionnel à un violoniste québécois

Un prêt exceptionnel à un violoniste québécois

Guy Deveault, Alexandre Da Costa et Philippe Jordan, chef d'orchestre de l'Orchestre symphonique de Vienne.

Crédit photo : Photo gracieuseté

MUSIQUE. Le président et chef de la direction de l’entreprise Canadel de Louiseville, Guy Deveault, a gracieusement offert son Stradivarius 1701 à un ami et violoniste de renommée internationale.

Ce prestigieux violon dont la valeur peut être estimée à plusieurs millions de dollars (entre 5 et 20 M$) est prêté pour au moins une décennie au musicien Alexandre Da Costa.

«Le prêt de l’instrument avec lequel il jouait arrivait à échéance. Étant donné qu’on est de bons amis, j’ai regardé ce que je pouvais faire pour l’aider. On en a trouvé un sur le marché et je l’ai acheté comme investissement. Il peut en profiter. C’est un violon exceptionnel et de prestige comme il avait avant», lance d’abord l’homme d’affaires.

Ce violon a été acquis à Londres en novembre 2016. Guy Deveault a officiellement pris possession du Stradivarius en janvier 2017, après quoi il l’a confié à M. Da Costa.

«Tous les instruments ont leur particularité. Un violon comme ça, c’est sûr qu’il y a une signature importante dessus. Par contre, ça vaut ce qu’une personne peut donner pour. C’est une question d’offre et de demande. Il y en aura toujours de moins en moins. Le prix peut varier selon l’entente entre le vendeur et l’acheteur. C’est une question de réciprocité», indique M. Deveault en faisant le parallèle avec des œuvres artistiques comme des toiles ou des sculptures pour évaluer son investissement.

«C’est lui (Alexandre) qui l’a choisi et l’a magasiné. Je ne suis pas un musicien. Il a fait toutes les démarches parce qu’il connait vraiment ça. Il connait les subtilités. Il y a quatre ou cinq gros vendeurs dans le monde qui ont ce type d’instrument-là. Finalement, les étoiles se sont alignées. Il en a trouvé un à son goût», confie-t-il.

Grande amitié

Le mélomane a découvert pour la toute première fois Alexandre Da Costa lors d’un concert il y a quelques années. Quelques rencontres plus tard, des liens se sont tissés et Guy Deveault s’est lié d’amitié avec le violoniste avant de devenir son mécène l’an dernier. «Ç’a vraiment cliqué. On s’entend vraiment bien et nos conjointes aussi. On partage des intérêts communs, notamment pour la musique classique. J’en consomme beaucoup. Cette musique a traversé les temps avec toute sa complexité et sa richesse. C’est un bon passe-temps pour moi», raconte l’homme d’affaires de 59 ans en précisant être abonné à deux principaux sites spécialisés dans la diffusion de concerts de musique classique. À son domicile, avec des écouteurs et sa tablette électronique, M. Deveault visionne de nombreux concerts de partout dans le monde en haute définition, comme s’il y était.

Tournée de concerts

La pression s’accentuait au cours des derniers mois pour Alexandre Da Costa. Avec l’échéance de son dernier prêt d’instrument, il souhaitait à nouveau trouver un Stradivarius avec lequel il pourrait jouer lors de sa tournée de concerts, lui qui venait de lancer un tout nouveau spectacle intitulé Stradivarius à l’opéra et un disque du même nom.
«Ça peut prendre jusqu’à six mois pour apprivoiser son instrument et connaître toutes les subtilités qu’il me racontait. Chaque instrument a ses particularités. Ça lui permet d’avoir un instrument qu’il connait à fond pour ses concerts. Ce prêt lui permet de se concentrer sur son travail de musicien et c’est une source de stress de moins. C’était essentiel pour lui de jouer sur scène avec ce prestigieux violon», mentionne Guy Deveault.

Ce prêt permet donc une tranquillité d’esprit à l’artiste. C’est avec cet instrument que le virtuose Alexandre Da Costa parcourt aujourd’hui les plus grandes salles du monde.

Stradivarius
– Instrument fabriqué dans l’atelier du luthier Antonio Stradivari dit « Stradivarius » (1644-1737)
– Il donna son nom à ses violons
– Valeur estimée entre 5 M$ et 20 M$ canadiens
– Violon reconnu pour la qualité du son et sa puissance inégalée
– Plus que quelques centaines de Stradivarius sont en circulation dans le monde

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Poster un Commentaire

avatar