Des promesses précises et urgentes pour Alain Bélanger dans Maskinongé

Daniel Birru
dbirru@lechodemaskinonge.ca

Des promesses précises et urgentes pour Alain Bélanger dans Maskinongé
Alain Bélanger est candidat indépendant dans Maskinongé. (Photo : L'Écho : Daniel Birru.)

POLITIQUE. Le candidat indépendant Alain Bélanger se présente dans Maskinongé avec une promesse phare : il veut pouvoir en faire plus pour les aînés. 

La crise de la COVID-19 a révélé la grande vulnérabilité du réseau des soins de longues durées, au cours des dernières années, et c’est ce qu’il veut mettre de l’avant, lors de cette campagne électorale.

La négligence des résidents en CHSLD au cours des dernières années représente un échec collectif de la société que M. Bélanger n’est pas près d’accepter. « C’est eux autres qui m’ont motivé à me présenter, » dit-il, après qu’il se soit présenté avec une couche dans ses poches, lors de la réunion des candidat, à la Porte de la Mauricie, expliquant qu’il en possède 12 caisses, à la maison. « Ça me fait 900 couches! On s’en va tous dans cette direction-là. Et je ne suis pas capable de rester assis et de voir un manque d’action en ce sens, » déplore le candidat.

Pour illustrer la problématique et y apporter des solutions, M. Bélanger cible les quatre dernières années, sous le gouvernement de la CAQ. Selon lui, le fait que les préposées qui sont au service des aînés soient rémunérées au salaire minimum ne tient pas debout. Il rappelle qu’il avait lui-même proposé, en 2018, d’augmenter leur salaire à 15 $ de l’heure pour encourager le plus de jeunes à faire ce métier. Il soutient qu’il n’a pas pu cibler un autre parti qui a su montrer du leadership en ce domaine, et qui rejoint le plus ses valeurs.

Au niveau de l’environnement, M. Bélanger veut pousser vers une approche plus collective dans le but de protéger la planète, et veut initier des campagnes de sensibilisation pour inviter les familles à bien faire le tri des déchets, à la maison. Il veut aussi militer pour tenter de limiter ce que les gens jettent par terre, citant l’exemple d’un ami à lui qui a parcouru 1 500 km à vélo pour récolter 10 000 canettes.

À titre de député, Alain Bélanger renforcirait également la promotion de l’achat local. Il croit que, si c’est un devoir important pour l’ensemble des Québécois, c’est d’autant plus une priorité pour la population de Maskinongé, où l’on retrouve de nombreuses fermes agricoles.

M. Bélanger a largement critiqué la manière dont le débat se tenait, dans Maskinongé, et le partage d’idées entre candidat. Homme robuste, qui sait s’affirmer et qui ne craint pas de dire ce qu’il pense, celui qui ne fait pas de porte-à-porte mise grandement sur des événements comme celui organisé par la Chambre de commerce et industrie de la MRC de Maskinongé (CCIMM) pour véhiculer son message. Au cours de l’entrevue avec L’Écho, qui s’est tenue à l’issue de la rencontre avec les candidats, M. Bélanger a tenu à dénoncer le fait que l’accent avait trop été mis sur les cinq principaux partis, et que les candidats des partis mineurs n’avaient à la base pas été invités à participer à l’événement.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires