Mise au point sur la gestion municipale des mesures d’urgence

Mise au point sur la gestion municipale des mesures d’urgence

Crédit photo : Photo archives

LETTRE OUVERTE. Le mécontentement manifesté au Conseil municipal par les citoyens a été spontané

Si les derniers jours ont montré la gestion défaillante des mesures d’urgence lors des pannes électriques généralisées à Saint-Élie-de-Caxton à la fin novembre, il ne faudrait pas tomber dans le piège de ramener le tout à un affrontement personnel. La centaine de citoyens et de citoyennes rassemblée à la dernière séance publique du conseil municipal, venue exprimer son mécontentement, était spontanée. Le maire doit aujourd’hui répondre de la situation à sa population et non à des individus.

Le Plan de sécurité civile de la municipalité n’a pas été tabletté par l’ancien conseil

Affirmer comme le fait le maire Gauthier que le Plan de sécurité civile a été tabletté et qu’il est désuet, relève de la mauvaise foi. L’ancien conseil municipal a créé un service de premiers répondants. Celui-ci venait pallier à la plus importante vulnérabilité identifiée par le comité de sécurité civile dans le cadre des travaux menant à l’adoption du plan. Saint-Élie est aujourd’hui une des rares municipalités de la Mauricie dotée d’un tel service; celui-ci a beaucoup réduit le temps d’intervention en services préhospitaliers d’urgence et a même sauvé des vies. Nous sommes loin de la « tablette ».

Le Plan définit les rôles de chacun des employés municipaux en cas d’urgence

Le cœur du Plan de sécurité civile consiste en l’organigramme de l’organisation municipale des mesures d’urgence. Dans celui-ci, chaque employé municipal a un rôle à jouer, si le plan est activé. À titre d’exemple, l’employée à l’urbanisme devient, si les mesures d’urgence sont déployées, responsable de la sécurité des personnes; le préposé au tourisme devient responsable des communications; la secrétaire-réceptionniste se voit attitrer un rôle de soutien technique; et ainsi de suite. Loin d’avoir tabletté le plan, comme l’affirme le maire Gauthier, l’ancien conseil municipal s’est assuré que chaque employé soit rencontré pour lui faire comprendre son rôle et pour s’assurer qu’il connaisse la procédure si une situation d’urgence devait survenir.

Le Plan de sécurité civile de Saint-Élie-de-Caxton est un modèle à suivre

Le sérieux avec lequel le comité de sécurité civile s’est acquitté de son travail lui a même valu une invitation au Colloque national sur la sécurité civile et incendie, tenu à Québec en 2015, pour rendre compte de sa démarche et afin d’inspirer d’autres municipalités à suivre son exemple.

Le Plan est actuel et toujours applicable tel qu’il a été rédigé

Le service de premiers répondants de Saint-Élie-de-Caxton est toujours actif, étant intervenu en une centaine d’occasions, sur affectation du service 9-1-1.

Les employés municipaux en poste sont conscients de leur rôle si le Plan de sécurité civile est déployé. Même si certains renseignements mineurs doivent être mis à jour, c’est un outil actuel et efficace en temps de crise.

Le Plan n’a pas été activé la semaine dernière

Malheureusement, la semaine dernière le plan n’a jamais été activé. En manque d’électricité, plutôt que de se mettre en mode de situation d’urgence, la direction a renvoyé les employés chez eux. Le maire a préféré travailler seul, s’octroyant le monopole des communications avec la Sûreté du Québec et Hydro-Québec et, comme il l’a répété à de nombreuses reprises dans les médias depuis plusieurs jours, faire des choix entre une présence sur le terrain et une communication conséquente avec sa population. L’activation du plan lui aurait permis de faire tout ça et bien plus.

Le maire n’a pas su mobiliser son équipe

Le Plan de sécurité civile ne peut être ramené à une simple histoire de génératrice. D’autant que l’électricité a rapidement été rétablie à la Maison du citoyen. Quand le maire dit avoir préféré faire du porte-à-porte plutôt que de s’exprimer dans les médias; de un, il n’est pas conscient qu’en situation d’urgence, la communication est le nerf de la guerre; de deux, c’est qu’il travaille seul. Il a sous sa responsabilité une équipe d’employés et d’employées dévoués qui ont à cœur leur municipalité, qui méritent d’être valorisés dans leur fonction et qui sont prêts à être mobilisés en situation d’urgence. Vient un temps où travailler seul ne suffit plus.

Gibert Guérin et Normand Longpré

Citoyens impliqués bénévolement dans la rédaction du Plan de sécurité civile adopté par la municipalité de Saint-Élie-de-Caxton en septembre 2014

Poster un Commentaire

avatar