Le mirage des maternelles 4 ans

Photo de Marie-Ève Veillette
Par Marie-Ève Veillette
Le mirage des maternelles 4 ans
(Photo : Photo archives - Deposit)

LETTRE OUVERTE

Avertissement : puisque la très grande majorité du personnel travaillant avec les enfants préscolaire sont des femmes, nous utiliseront le féminin lorsque nous ferons référence aux éducatrices ou aux enseignantes.  Ces termes incluront le personnel masculin.

Lors des dernières élections, le chef de la CAQ, M. François Legault, a fait la promesse d’améliorer les performances académiques des jeunes québécois.  Sa solution : les maternelles 4 ans.  En soi, l’objectif est très louable.  Il se base sur un principe depuis longtemps démontré par les spécialistes en ce domaine : tout se joue avant 5 ans.  Nous sommes entièrement d’accord avec l’objectif de donner des chances égales à tous, dès le plus jeune âge. Il est souhaitable que le Québec améliore ses outils pour dépister les problèmes d’apprentissage avant le début de la scolarisation.

Mais le gouvernement Legault s’apprête  à mettre en place une mesure dénoncée par tous. Dans sa hâte de réaliser sa promesse électorale, M. Legault s’acharne à mettre en place une solution calquée sur le modèle ontarien plutôt que de prendre le temps de mesurer les avantages réels des CPE québécois et d’entendre les spécialistes qui recommandent d’investir dans les services existants au lieu  de créer de nouveaux services.

Des services enviables sont déjà présents au Québec

Au cours des dernières décennies, le Québec s’est doté de services de garde éducatifs destinés aux enfants de 5 ans et moins.  Les CPE font l’envie de plusieurs provinces et de plusieurs pays dans le monde.  Ces services se sont d’abord développés par la volonté de groupes de parents, désireux d’offrir à leurs enfants un milieu de vie de qualité.  Ce modèle ayant fait ses preuves, il s’est développé au point de devenir les CPE  que nous connaissons aujourd’hui.  La qualité des services offerts par les CPE est connue et reconnue.

Le seul reproche fait  aux CPE est le manque de places.  Cette situation est due au fait qu’aucun gouvernement n’est allé au bout du développement de ce réseau.  Victime de son succès, le nombre de places offertes en CPE est limité par le gouvernement.  Encore aujourd’hui, on entend les parents se plaindre de ne pas avoir accès à une place en CPE.  Les dernières années n’ont pas amélioré la situation puisque le gouvernement libéral a créé des obstacles à la création de nouvelles places en modifiant dramatiquement le mode de financement, obligeant ces organisations à but non lucratif à financer une plus grande part (50% des coûts) de leur développement, tout coupant leur subvention.  Rappelons-nous que les CPE ont également fait les frais des mesures d’austérité du gouvernement libéral, les obligeant souvent à couper les ressources professionnelles et de soutien pédagogique dont ils s’étaient dotés.

Malgré tout, le réseau des CPE est déjà présent sur le terrain afin de répondre aux objectifs de stimulation précoce et de dépistage préconisés par M. Legault.  Il suffit d’accorder à ce réseau les mêmes ressources que le gouvernement s’apprête à mettre dans le développement des  maternelles 4 ans, afin de compléter le développement du réseau des CPE et de leur donner  les mêmes ressources de dépistage promis pour les maternelles 4 ans.

En bon gestionnaire expérimenté, M. Legault devrait reconnaître que les CPE peuvent répondre plus rapidement et simplement à l’atteinte de ses objectifs,  sans grand bouleversement, sans construction à la hâte de classes préfabriquées et sans course pour trouver ou former des enseignantes spécifiquement dédiées à cette clientèle.

Pourquoi le réseau des CPE est-il mieux placé au Québec pour répondre aux objectifs de M.Legault?

Dans les CPE, le ratio est un (1) adulte pour dix (10) enfants alors qu’il est de un (1)  adulte pour  (dix-sept) enfants dans les maternelles 4 ans; presque le double d’enfants par adulte.  Il est bien connu qu’il est plus facile d’offrir une attention individuelle lorsque  le nombre d’enfants par classe est plus petit.

Dans un CPE, la même éducatrice passe la journée avec son groupe d’enfants alors que l’enseignante passe cinq (5) heures avec sa classe de maternelle.  En matinée, au dîner et en fin de journée, l’enfant inscrit en maternelle 4 ans fréquente un service de garde scolaire, sous la responsabilité d’une autre adulte que son enseignante.

En juin, l’école ferme pour l’été alors que le CPE accueille les enfants pendant toute la période estivale.  Si tous les enfants du Québec se retrouvent en maternelle 4 ans, où iront-ils l’été venu?  Avec tout le respect que je dois au camp de jour ou au camp de vacances, ils sont souvent mal adaptés pour recevoir les enfants de 4 ans.   Le personnel (majoritairement des emplois pour étudiants) est mal préparé pour offrir un suivi aux enfants dans le besoin et un service éducatif.

Au CPE, le dépistage commence plus tôt.  Le CPE apprend à connaître l’enfant alors qu’il a 3, 2 ou même 1 an.  Ce dépistage précoce facilite l’intervention sur une plus longue période et une action plus rapide dès qu’un problème est détecté.  Nul besoin d’attendre qu’il ait 4 ans.

Les éducatrices en service de garde sont spécialisées dans le développement des enfants de moins de 5 ans.  Elles ont une formation collégiale de 3 ans.  Si on leur donne les ressources de spécialistes que le gouvernement de la CAQ veut octroyer aux maternelles 4 ans, elles réaliseront des miracles auprès de nos petits.

Les parents ont un rôle primordial à jouer dans le dépistage et dans le soutien de leur enfant.   Le programme éducatif des CPE le mentionne en toute lettre : « Le parent est le premier éducateur de son enfant ».  C’est pourquoi les CPE établissent une communication quotidienne avec les parents.   Les problèmes sont donc décelés plus rapidement.  Nul besoin d’attendre la soirée parents /prof pour discuter pendant un maximum de 10 minutes avec l’enseignante de son enfant.

Retarder la corvée des lunchs.  Ça peut sembler anodin à première vue, mais j’invite les parents à penser à la corvée des lunchs.  La corvée de les faire, et celle, pour l’enfant, de commencer à se nourrir de lunchs tous les jours, pour toute sa vie, dès le jeune  âge de 4 ans.   En CPE, un repas équilibré et complet est servi tous les jours.  Nul besoin de se casser la tête tous les matins.

Bien sûr, cette liste d’avantages pourrait être encore plus exhaustive.   Pensons aux jeux extérieurs :   récréation vs des matinées à jouer dehors.  Pensons aux horaires stricts vs le temps de jouer et d’arriver au CPE un peu plus tard. Laissons les enfants être des enfants.   À  4 ans, l’enfant a besoin qu’on le prépare à l’école, pas qu’on lui fasse la classe.  Il a besoin qu’on lui donne le goût d’apprendre et de découvrir le monde par le jeu.

Tel que indiqué plus haut, les CPE sont déjà en place et peuvent répondre  efficacement aux objectifs de dépistage et de stimulation prônés par François Legault.  Il suffit de permettre aux CPE d’avoir accès aux mêmes ressources que le gouvernement s’apprête à rendre disponibles aux écoles au lieu de mettre en place le controversé  chantier des maternelles 4 ans.

Je fais appel aux éluEs de la Coalition Avenir Québec; à tous ses députéEs qui connaissent la qualité des services offerts dans nos CPE et comprennent les besoins des enfants et des familles du Québec.  Je demande aux membres du caucus de la CAQ de discuter des objectifs de dépistage et de stimulation pour les enfants de 4 ans et non pas de centrer leurs discussions  sur une seule solution.   La population vous sera reconnaissante de choisir la meilleure option.

 

Simon Piotte

L’auteur était candidat pour Québec Solidaire dans Maskinongé lors des élections d’octobre 2018.  Il travaille depuis plus de 30 ans dans les CPE (garderie), d’abord à titre d’éducateur et maintenant à la direction.  Il est également acériculteur à St-Paulin et président du conseil d’administration qui gère le Camp-De-La-Salle.

Partager cet article

6
COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
4 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
6 Comment authors
Simon PiotteCaroline Allardmichelle julienPaul LemayDaniel FORTIN Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Isabelle Beaulieu
Invité
Isabelle Beaulieu

Je suis éducatrice en CPE depuis près de 20 ans. Cet article me touche beaucoup car il décrit de façon très juste ce que je pense de cette fameuse promesse électorale. Nous avons toutes les ressources pour offrir un milieu de vie sécuritaire et stimulant pour les petits . Il faut que notre gouvernement comprenne bien les enjeux sur les enfants. Au CPE on fait de l’éducation. Ne serait-il pas judicieux que les CPE soient inclus dans le ministère de l’éducation? Le lien serait plus facile avec le monde scolaire et les services plus rapide en cas de besoins particuliers.…  Lire la suite »

Daniel FORTIN
Invité
Daniel FORTIN

Est-ce que la nouvelle loi est déjà passer ? Est-ce que le fait d’organiser des maternelles 4 ans aux Québec est synonyme négatif aux CPE ? Non, non et non, avant de paniquer il faut attendre de voir le projet de loi. Selon moi vous devriez demander aux Gouvernement d’attendre deux ans avant d’aller de l’avant avec ce projet, en passant ce ne serait pas obligatoire et oui les CPE sont une bonne chose pour nos enfants.

Simon Piotte
Invité
Simon Piotte

« Est-ce que la loi est passé? » non. Mais lorsque la loi sera passé il sera trop tard pour réagir. c’est maintenant qu’il faut travailler à l’amélioration du projet du gouvernement. « Est-ce que le fait d’organiser des maternelles 4 ans au Québec est synonyme négatif au CPE? » Ma Lettre ne parle pas des effets négatifs de la solution 4 ans sur le CPE. Je parle des éléments positifs pour les enfants et qui plaident en faveur des CPE afin d’atteindre les objectifs de M. Legault et de son gouvernement. « Attendre deux ans »? les enfants et…  Lire la suite »

Paul Lemay
Invité
Paul Lemay

Je partage entièrement ce point de vue. Paul Lemay, orthopédagoque et directeur d’école primaire, à la retraite.

michelle julien
Invité
michelle julien

cette lettre passe sous silence le travail des milieux familiaux reconnus et pourtant c’est la moitié du réseau qui passe sous le radar a cause de cet oubli.

Caroline Allard
Invité
Caroline Allard

c’est une lettre ouverte traitant le point de vue de l’auteur en fonction de ses expériences …il ne peut pas parler des MF s’il n’a pas d’expérience en ce sens 😉 Ce n’est pas comme si un journaliste faisait un article et omettait de parler de la place importante des MF 🙂