«On va mettre énormément d’efforts dans Taschereau», dit PSPP

Patrice Bergeron, La Presse Canadienne
«On va mettre énormément d’efforts dans Taschereau», dit PSPP

QUÉBEC — Le départ de la députée Catherine Dorion, de Québec solidaire (QS), après un seul mandat dans Taschereau, brasse les cartes: le Parti québécois (PQ) veut reprendre son ancien fief aux élections d’octobre en misant sur une candidate «au service de son monde», plus proche des gens.

«Je pense que les gens vont me choisir et que mes chances sont excellentes à la prochaine élection», a fait valoir la candidate péquiste Jeanne Robin, présentée par son chef Paul St-Pierre Plamondon mercredi, dans un parc de Québec. 

Elle a même riposté indirectement aux critiques de Mme Dorion, qui a dit en annonçant son départ que l’Assemblée nationale n’était pas un lieu fertile pour les luttes sociales.  

«Moi, je vais être bien à l’Assemblée, ça fait 20 ans que je travaille sur les politiques publiques, je pense que je peux contribuer à changer les choses de l’intérieur.»

Elle n’a pas froid aux yeux: QS, avec Catherine Dorion, l’avait emporté en 2018 avec 42 % des voix et une majorité confortable de 8511 votes sur sa plus proche adversaire caquiste. Mais autrefois cette circonscription était considérée comme un bastion péquiste.  

«On va mettre énormément d’efforts dans Taschereau», a dit le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon en vantant sa candidate, spécialisée dans le domaine de l’aménagement, de l’urbanisme et du transport.

D’ailleurs l’ancienne ministre Agnès Maltais, députée péquiste de Taschereau de 1998 jusqu’à ce qu’elle se retire en 2018, est sortie de sa retraite politique pour venir appuyer Mme Robin.

«C’est une des têtes les plus brillantes au Québec sur l’aménagement urbain, c’est une femme que je connais depuis longtemps et que j’apprécie», a-t-elle commenté.

Mme Maltais et M. St-Pierre Plamondon ont critiqué à mots couverts la controversée députée sortante, connue notamment pour ses frasques et ses critiques visant l’Assemblée nationale. 

«Jeanne est là pour les gens, a plaidé le chef péquiste. Ce qu’on entend dans Taschereau, c’est que: « ce serait le fun d’avoir une ou un député qui est dévouée à son monde, (…) au service de son monde ».»

«Les gens de Taschereau ont soif d’une députée qui s’occupent d’eux, de leur comté, qui est visible, présente», a renchéri Mme Maltais. 

Jeanne Robin habite et travaille dans Taschereau depuis 20 ans. Elle est directrice principale de Vivre en ville, un organisme conseil en matière d’urbanisme et de transport collectif notamment.

Son profil s’apparente étrangement à un candidat à l’investiture de QS dans Taschereau, Étienne Grandmont. Il est directeur de l’organisme Accès transports viables, engagé en faveur des transports en commun. Ils se connaissent d’ailleurs.

À QS le départ de Mme Dorion a lancé une course à l’investiture: Étienne Grandmont est appuyé par l’establishment du parti, tandis que Madeleine Cloutier est appuyée par Mme Dorion. 

Madeleine Cloutier travaille au Musée ambulant, un organisme communautaire de diffusion des arts actuels. Une autre personne serait aussi intéressée par l’investiture, Julien Cardinal.  

L’investiture de QS dans Taschereau aura lieu le 18 juin. Mme Robin doit aussi être investie officiellement dans les prochaines semaines par l’association péquiste de Taschereau, mais elle n’a pas d’adversaire connue. 

La Coalition avenir Québec (CAQ) n’a pas encore fait connaître son candidat dans cette circonscription. 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires