L’Union européenne interdit 90% des importations de pétrole russe

Lorne Cook et Samuel Pétrequin, La Presse Canadienne
L’Union européenne interdit 90% des importations de pétrole russe

BRUXELLES — Dans l’effort le plus important à ce jour pour punir la Russie pour sa guerre en Ukraine, l’Union européenne a accepté d’interdire l’écrasante majorité des importations de pétrole russe après des négociations tendues qui ont exposé des fissures au sein du bloc.

Depuis le moment où la Russie a envahi le 24 février, l’Occident a cherché à frapper le secteur énergétique lucratif de Moscou pour couper le financement de sa guerre. Mais une telle décision est une épée à double tranchant en Europe, puisque le continent dépend de la Russie pour 25 % de son pétrole et 40 % de son gaz naturel. Les pays européens qui dépendent encore plus fortement de la Russie ont été particulièrement réticents à agir.

Dans une décision impensable il y a quelques mois à peine, les dirigeants européens ont convenu lundi soir de réduire d’environ 90 % toutes les importations de pétrole russe au cours des six prochains mois.

Le premier ministre belge Alexander De Croo a qualifié l’embargo de «grand pas en avant» et son homologue irlandais Micheal Martin l’a salué comme «un moment décisif». Mais les deux dirigeants ont averti que l’Europe aurait besoin de temps pour s’adapter à l’impact ― et que toute nouvelle interdiction de l’énergie russe viendrait lentement.

Le chef adjoint du Conseil de sécurité russe a déclaré mardi que les sanctions énergétiques contre le pays visaient à blesser les Russes ordinaires en rendant plus difficile pour Moscou le financement de programmes sociaux.

«Ils nous détestent tous! La base de ces décisions est la haine de la Russie, des Russes et de tous ses habitants», a écrit Dmitri Medvedev sur l’application de messagerie Telegram.

Mikhail Ulyanov, le représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne, a semblé faire fi de cette décision, affirmant que Moscou trouverait d’autres acheteurs.

La Russie n’a pas non plus hésité à retenir ses approvisionnements énergétiques, malgré les dommages économiques qu’elle pourrait en subir. Le géant russe de l’énergie Gazprom a annoncé avoir coupé mardi l’approvisionnement en gaz naturel du négociant néerlandais GasTerra. Il a déjà fermé les robinets de la Bulgarie, de la Pologne et de la Finlande, et envisage de faire de même avec le Danemark.

GasTerra a expliqué que cette décision intervient après qu’elle ait refusé les «exigences de paiement unilatérales» de Gazprom. C’est une référence à la demande du président russe Vladimir Poutine que les nations européennes paient le gaz en roubles ― un arrangement que d’autres ont également rejeté. GasTerra a assuré que les maisons ne seraient pas touchées, car elle avait acheté du gaz ailleurs en prévision d’une fermeture.

Des pourparlers au siège de l’UE à Bruxelles ont été fixés mardi pour se concentrer sur les moyens de mettre fin à la dépendance du bloc commercial vis-à-vis de l’énergie russe, en diversifiant les approvisionnements, en accélérant la transition vers des sources renouvelables et en s’éloignant, autant que possible compte tenu de la flambée des coûts de l’énergie, des combustibles fossiles.

Les dirigeants devraient également discuter de la manière d’aider l’Ukraine à exporter des millions de tonnes de céréales coincées à l’intérieur du pays alors que la crise alimentaire mondiale s’aggrave.

Les dirigeants de l’UE prévoient d’appeler la Russie à mettre fin à ses attaques contre les infrastructures de transport en Ukraine et à lever son blocus des ports de la mer Noire afin que la nourriture puisse être expédiée.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a précisé que la Russie avait empêché l’exportation de 22 millions de tonnes de céréales, dont une grande partie était destinée aux habitants du Moyen-Orient et de l’Afrique. Il a accusé Moscou de «créer délibérément ce problème».

L’épine hongroise

L’embargo pétrolier de l’UE, lié à un nouvel ensemble de sanctions qui visera également la plus grande banque russe et les médias d’État accusés de diffuser de la propagande, couvre le pétrole brut et les produits pétroliers, mais comporte une exception pour le pétrole livré par pipeline.

Cette exception a été demandée par le premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a clairement indiqué qu’il ne pouvait soutenir les nouvelles sanctions que si la sécurité de l’approvisionnement en pétrole de son pays était garantie. La Hongrie tire plus de 60 % de son pétrole de la Russie, en grande partie par l’oléoduc Druzhba datant de l’ère soviétique.

L’UE a estimé que cela signifierait qu’environ 90 % du pétrole russe serait interdit d’ici la fin de l’année. Ce chiffre comprend une interdiction de tout le pétrole russe livré par voie maritime ― qui représente les deux tiers des importations de l’UE ― ainsi qu’une décision de l’Allemagne et de la Pologne de cesser d’utiliser le pétrole de la branche nord de l’oléoduc Druzhba.

Le paquet de sanctions doit encore être finalisé dans les prochains jours ― et les dirigeants ont déclaré que l’exemption pour le brut livré par pipeline sera réexaminée «dès que possible», bien qu’ils n’aient pas précisé quand.

Le compromis proposé porte sur la difficulté croissante de parvenir à un consensus entre les dirigeants de l’UE lorsque d’importants intérêts nationaux sont en jeu ― et sur la façon dont la Hongrie est devenue une épine dans le pied du bloc.

Mais malgré les disputes, le paquet de sanctions ― le sixième visant l’invasion de l’Ukraine par la Russie ― a été convenu en un mois environ, assez rapidement pour 27 pays aux intérêts nationaux très différents.

S’entendre sur une autre série de mesures s’avérera probablement beaucoup plus difficile, en particulier parce que la prochaine étape est de savoir s’il faut cibler le gaz naturel, qui est beaucoup plus difficile à couper. En effet, il représente un pourcentage plus important du mix énergétique européen.

Sur le terrain

Les forces russes, dans une «poussée frénétique», se sont emparées de la moitié de la ville de Sievierodonetsk, dans l’est de l’Ukraine, qui est la clé des efforts de Moscou pour achever rapidement la capture de la région industrielle du Donbass, a déclaré mardi le maire à l’Associated Press.

«La ville est essentiellement détruite impitoyablement coin de rue par coin de rue», a déclaré Oleksandr Striuk. Il a ajouté que de violents combats de rue se poursuivaient et que les bombardements d’artillerie menaçaient la vie des quelque 13 000 civils qui se terrent encore dans la ville en ruine, qui abritait autrefois plus de 100 000 personnes.

Il est impossible de faire le bilan des victimes civiles au milieu des bombardements qui durent 24 heures sur 24, a dit le maire, qui estime que plus de 1500 habitants sont morts de diverses causes depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie fin février. Les efforts d’évacuation de Sievierodonetsk ont été interrompus en raison des bombardements.

«Des civils meurent de frappes directes, de blessures par fragmentation et sous les décombres de bâtiments détruits, car la plupart des habitants se cachent dans des sous-sols et des abris», a expliqué M. Striuk.

L’électricité dans la ville a été coupée et les gens ont besoin d’eau, de nourriture et de médicaments, a déclaré le maire : «Il y a des vivres pour plusieurs jours, mais le problème est de savoir comment les distribuer».

Sievierodonetsk est importante pour les efforts russes visant à capturer le Donbass avant que d’autres armes occidentales n’arrivent pour renforcer la défense de l’Ukraine. Les séparatistes soutenus par Moscou détenaient déjà un territoire dans la région et combattent les troupes ukrainiennes depuis huit ans.

Les analystes militaires ont décrit la lutte pour Sievierodonetsk comme faisant partie d’une course contre la montre pour le Kremlin. La ville. qui se trouve à 145 kilomètres au sud de la frontière russe, se trouve dans une zone qui est la dernière poche de contrôle du gouvernement ukrainien dans la région de Louhansk.

Dans son allocution vidéo nocturne, le président Zelensky a déclaré que la situation dans le Donbass reste «extrêmement difficile», car la Russie y a mis la «puissance de combat maximale» de son armée.

Au moins trois personnes ont été tuées et six autres blessées dans la nuit lors d’une frappe de missiles russes sur la ville de Sloviansk, à l’ouest de Sievierodonetsk, a révélé mardi matin le gouverneur régional de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, dans un message sur Facebook. Une école figurait parmi plusieurs bâtiments endommagés. Un cratère marquait la route entre deux immeubles fortement grêlés par des éclats d’obus.

Du sang maculait le sol et la cage d’escalier d’un immeuble.

Dans la ville voisine de Louhansk, deux personnes ont été tuées et quatre ont été blessées par des bombardements, a déclaré mardi le gouverneur de Louhansk, Serhiy Haidai, sur Telegram. Il n’a pas précisé quand ni où l’attaque s’est produite.

Un tribunal ukrainien a condamné mardi deux soldats russes pour crimes de guerre pour le bombardement de bâtiments civils. Il a condamné les deux hommes à 11 ans et demi de prison, concluant le deuxième procès pour crime de guerre du pays depuis l’invasion russe.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires