Perquisition à Saint-Édouard-de-Maskinongé

Par superadmin

Les policiers de la Sûreté du Québec se sont rendus mercredi dernier au 4151, rang du Grand-Portage à Saint-Édouard-de-Maskinongé pour y faire initialement une simple vérification. Au moment où les policiers sont arrivés, ils ont senti une forte odeur de cannabis. Des éléments sur place laissaient croire qu’il y avait présence d’une plantation de cannabis à cet endroit.

Après quelques vérifications, les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont demandé un mandat de perquisition et l’ont obtenu. Donc, les policiers ont perquisitionné la résidence, un abri derrière la résidence qui servait de lieu de séchage et pour y faire la transformation de cannabis. De plus, la Sûreté du Québec a découvert une plantation de plus de mille plants dans un champ non loin de la résidence.

Une importante quantité de méthamphétamines, environ 100 kg de cannabis en vrac prêts pour la revente et du matériel servant à la production et à la transformation du cannabis ont également été saisis sur place.

«Un homme s’est présenté sur place et a eu la surprise des policiers. On a découvert que c’était le résident de l’endroit et il a été arrêté par les policiers. Ce dernier louait la résidence», raconte Hugo Fournier, porte-parole de la Sûreté du Québec.

L’homme de 40 ans comparait aujourd’hui au Palais de justice de Trois-Rivières. Il fait face à des accusations de production et de possession de cannabis dans le but d’en faire le trafic.

La Sûreté du Québec rappelle aux propriétaires locateurs d’être vigilant et de s’assurer que les locataires utilisent la résidence à bon escient. Si vous êtes témoin d’une activité reliée à la production et au trafic de stupéfiants, communiquez avec votre poste de police local ou avec la Centrale de l’information criminelle, au 1 800 659-4264.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
hj
hj
2 années

ou est cette homme aujourd<hui?
Necrologie Echo Maskinonge septembre/octobre 2014