Respectez les organismes communautaires

LETTRE OUVERTE. Nous voici à quelques jours des élections générales au Québec, et par conséquent, à quelques jours de savoir si vous êtes notre alliée.

La Coalition des forces sociales de la Mauricie et du Centre-du-Québec, regroupant organismes communautaires, syndicats, groupes de femmes et associations étudiantes, vous interpelle une fois de plus pour que vous entendiez notre message. Chaque 1er mai depuis deux ans, la Coalition vous a demandé de vous engager pour la défense du bien commun.

Aujourd’hui, nous vous demandons de vous engager pour les organismes communautaires. Lorsque vous prenez quelques instants pour rencontrer ses organismes, vous concluez vos rencontres en mentionnant que vous êtes impressionné par le travail effectué. Cependant, vous êtes toujours surpris de constater les ressources dont les organismes disposent, notamment sur le financement.

En Mauricie et au Centre-du-Québec, c’est désormais 24 millions $ en financement à la mission globale qui est demandé. Au Québec, c’est 475 millions $. Les organismes communautaires se définissent comme acteurs d’un mouvement social autonome d’intérêt public, comme des agents de transformation sociale qui agissent en vue de favoriser l’amélioration de la qualité du tissu social. Le financement à la mission globale est cette pierre d’assise qui leur permet de mener à bien cette mission. Cette pierre est fissurée…

Lors du dernier budget, le gouvernement a consenti à verser une indexation équivalente à l’Indice des prix à la consommation, soit 1,6 % pour les organismes communautaires en santé et services sociaux. C’est trop peu pour faire face à plusieurs responsabilités. De nombreux organismes ne reçoivent même pas une telle indexation aussi mimine soit-elle. La Coalition des forces sociales demande que l’ensemble des organismes communautaires d’action autonome puisse recevoir une indexation annuelle équitable et que celle-ci soit ajustée selon le coût de système, au même titre que celle que s’attribue le gouvernement, soit 3,25 % l’an dernier.

En terminant, la Coalition exige que le gouvernement applique la Politique gouvernementale sur l’action communautaire. La Politique de reconnaissance et de financement des groupes communautaires que Québec, adopté en 2001, devait amener toutes les instances gouvernementales à respecter l’autonomie des groupes et à mettre en place ou maintenir des programmes de financement spécifiques pour l’action communautaire autonome. Le gouvernement s’engageait à « faire en sorte que le dispositif de soutien financier à l’action communautaire autonome soit généralisé dans les ministères et organismes gouvernementaux afin d’appuyer la mission globale des organismes d’action communautaire autonome ». Dix-sept ans plus tard, de nombreux ministères n’appliquent pas la politique et le gouvernement ne fait pas ce qu’il faut pour qu’elle soit respectée.

La Coalition des forces sociales de la Mauricie et du Centre-du-Québec se fera un devoir d’interpeller chaque député de nos deux régions pour qu’ils et elles fassent un geste supplémentaire dans la reconnaissance et le respect de l’action communautaire autonome.

 

Audrey Ottier

Directrice générale par intérim CDC-TR

Pour la Coalition des forces sociales de la Maurice et du Centre-du-Québec

 

Poster un Commentaire

avatar