En développement, au coeur de la forêt

En développement, au coeur de la forêt

François Chalifour, coordonnateur de la Coopérative Aux berges du lac Castor.

Crédit photo : Photo Pier-Olivier Gagnon

SAINT-PAULIN. Au tournant des années 2000,  la coopérative Aux berges du lac Castor a pris possession d’un ancien camp de vacances à l’abandon qui appartenait à une communauté religieuse. Situé à une dizaine de kilomètres du cœur du village de Saint-Paulin, en pleine forêt, il était l’endroit idéal pour offrir une multitude de services et d’activités.

Aujourd’hui, le site comprend 16 bâtiments, dont une auberge, des yourtes, des huttes, des refuges, des chalets rustiques et des lofts. Les campeurs sont aussi les bienvenus puisque près d’une vingtaine d’emplacements de camping sont aménagés. La coopérative a également développé un vaste réseau de plus de 30 kilomètres de sentiers pédestres et une patinoire sur le lac.

En plus d’une clientèle touristique européenne, montréalaise, québécoise et scolaire, le site bénéficie des encouragements des amateurs de plein air de la région de façon quotidienne. Cet endroit est également considéré par des artistes, musiciens et écrivains qui souhaitent s’éloigner pour créer au beau milieu de la forêt.

La coopérative offre une place de choix au volet culturel. Trois fois par année, des évènements sont organisés, dont l’un d’eux lors de la Saint-Jean-Baptiste. À ce moment, lors d’une marche aux flambeaux, des artistes offrent quelques prestations avant de festoyer autour du feu. Une tradition qui perdure depuis quelques années déjà.

«L’été, c’est vraiment notre haute saison. Le temps des Fêtes et les fins de semaine sont aussi des périodes très achalandées chez nous. Notre clientèle est fidèle et il y a aussi des gens qui nous découvrent chaque année. Les gens viennent ici pour décrocher du quotidien et s’amuser», indique François Chalifour, coordonnateur de la Coopérative Aux berges du lac Castor de Saint-Paulin.

Regroupés sous forme d’une coopérative de travailleurs depuis 1998, les membres ont toujours concentré leurs efforts sur le développement et l’amélioration du site, où l’esprit humain est bien présent. «Les valeurs qui se rattachaient au projet de coopérative rejoignent toute l’équipe. On est autonome financièrement et on tente de toujours réinvestir dans nos infrastructures. Nous pouvons monter jusqu’à une dizaine d’employés l’été. On bâtit sur nos acquis. La priorité, c’est la qualité de nos installations et l’accueil», ajoute M. Chalifour.

Une nouvelle habitation flottante s’est greffée à l’offre d’hébergement de la coopérative.

Nouvelle habitation

Au cours des derniers mois, la coopérative Aux berges du lac Castor a développé un tout nouveau concept d’habitation au cachet unique: une habitation flottante accessible douze mois par année.

«C’est une habitation très vitrée construite sur une structure flottante qui offre une vue incroyable sur le lac. Le bois est très présent. Il y a un volet écologique au projet. C’est un concept intéressant qui sort de l’ordinaire. Ça vient bonifier notre offre en hébergement et on pense déjà que ça va connaître un franc succès», confie le coordonnateur de la coopérative.
Cette nouvelle habitation fonctionne à l’énergie solaire et est chauffée par un poêle au propane. Aux dires de François Chalifour, elle possède déjà tout pour plaire à ses futurs locataires.

La coopérative Aux berges du lac Castor poursuit son processus de rénovation de ses habitations. Des travaux visant à rénover les yourtes sont déjà débutés.

Suivez Pier-Olivier Gagnon sur Twitter: @POGagnon

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar