Une expérience de tournage marquante pour Tao Vigneault

Par marie_eve_alarie
Une expérience de tournage marquante pour Tao Vigneault
Tao Vigneault est de la distribution du film "23 décembre". (Photo : (Photo Marie-Eve Alarie))

Il y a un peu de la Mauricie dans le film de Noël 23 décembre qui vient de prendre l’affiche dans les salles de cinéma du Québec. En plus de l’actrice d’origine trifluvienne Christine Beaulieu, on peut y voir le jeune Tao Vigneault dans son deuxième rôle au cinéma.

Dans ce film choral, on suit notamment Elsa Lévesque (Virginie Fortin), une célibataire endurcie qui veut  trouver l’amour, Stéphanie et Alex (Catherine Brunet et François Arnaud) qui attendent leur premier enfant, un chanteur (Stéphane Rousseau) qui remonte sur scène après une pause, une femme (Guylaine Tremblay), mère de deux filles qui souhaite organiser un Noël parfait, un homme (Michel Barrette) qui se sent bousculé par le monde moderne, ainsi que la nouvelle directrice d’un grand hôtel (Bianca Gervais) qui doit prouver sa valeur pour ce poste.

De son côté, Tao Vigneault joue le rôle de Mikaël, un adolescent qui porte un lourd secret l’empêchant de vivre de beaux moments avec son amoureuse, interprétée par Salma Serraji.

« Le dernier rôle que j’ai eu était davantage un rôle de composition, en ce sens où je jouais un intimidateur, très posé, très méchant. À l’inverse, Mikaël est un jeune homme qui me ressemble beaucoup plus. C’est un jeune homme sportif, mais très sensible. Il est beaucoup dans ses réflexions, il se cherche un peu, mais il se trouve plongé plus vite qu’il aurait fallu dans le monde des adultes à cause de ce problème qui va le dévorer de l’intérieur et dont il n’arrive pas à parler », explique Tao Vigneault qui a particulièrement aimé défendre ce rôle.

« C’est vraiment riche comme personnage, ajoute-t-il. Je suis dans peu de scènes, mais je trouve que ce sont des scènes qui ont beaucoup de portée. C’est l’une des trames plus dramatiques du film. Ça tient du génie d’India Desjardins (scénariste) qui est capable d’aborder ce sujet tellement intense et profond, mais dans la belle magie de Noël et la beauté des Fêtes. »

Le destin de tous ces personnages s’entremêlera au hasard de cette journée tumultueuse marquée par une tempête de neige. S’ils ont tous une vision personnelle d’un Noël magique, ils découvriront que les moments parfaits se trouvent peut-être dans les imperfections et les imprévus.

La scénariste India Desjardins s’est inspirée d’une journée bien précise de sa vie, le 23 décembre 2011, pour écrire ce long-métrage. Cette journée avait été marquée par une série de hasards invraisemblables. « J’adore les films de Noël, mais ils viennent souvent d’ailleurs. J’avais envie d’en faire un qui se déroulerait chez nous! Nous avons tellement de beaux décors, de belles chansons, et je voulais retrouver ces éléments dans un film qui serait davantage collé à une réalité qui nous ressemble. Mais surtout, j’avais envie que ce soit rassembleur et divertissant parce que les films de Noël, c’est du gros réconfort », témoigne-t-elle.

Une expérience marquante

23 décembre est la deuxième production cinématographique à laquelle participe Tao Vigneault. Auparavant, on a pu le voir dans Le club Vinland, paru en 2021. Le jeune acteur figure aussi dans la série Le pacte, sur les ondes de Télé-Québec, et tourne actuellement la deuxième saison.

Mais pour le « grand fan de Noël »qu’est Tao Vigneault, jouer dans un film de Noël l’a comblé de bonheur. « Depuis que je suis petit, c’est Noël, Noël, Noël. J’en suis énervant! Quand j’avais six ans, je ne dormais pas et j’attendais le père Noël. Avec ma grand-mère, j’allais nourrir les rennes avec des carottes. Je chantais des chansons de Noël en juin…contrairement à ma mère qui est la plus grande Grinch de Noël! Mais elle a adoré le film, donc même les Grinch peuvent aimer ça aussi », raconte le jeune acteur en riant.

Cette expérience lui a également permis de partager l’écran avec plusieurs acteurs d’expérience, dont Marie-Hélène Thibault qui incarne sa mère à l’écran.

« Il y a toute une brochette d’acteurs dans ce film et c’est fantastique de partager l’écran avec ces idoles, ces mentors. J’ai notamment beaucoup connecté avec Marie-Hélène Thibault. C’est celle avec qui j’ai eu le plus de scènes et elle a été une vraie mentore avec moi sur le plateau. J’ai encore tellement à apprendre et je sens qu’à chaque jour de tournage, j’apprends énormément et ça me fait grandir comme comédien », souligne-t-il. « J’ai adoré tourner ce film. Je retiendrai beaucoup les relations que j’ai forgées pendant le tournage, J’aime aussi que les images représentent tant le Québec actuel. »

Depuis son expérience de tournage du Club Vinland, Tao Vigneault a commencé à participer à plus d’auditions et a fait beaucoup de formations pour perfectionner son jeu. Le jeune homme qui complétera son secondaire 5 cette année à l’école Val-Mauricie entend d’ailleurs poursuivre sa carrière comme acteur. « J’hésite entre deux programmes au Cégep Saint-Laurent. Je veux me rapprocher de Montréal. Ma vie est rendue là-bas: les auditions, l’impro… J’aimerais entrer dans le programme de théâtre ou de cinéma. Après, j’aimerais tenter ma chance pour le Conservatoire ou l’École nationale de théâtre. Je vois ça sur du long temps et prendre le temps de voir les expériences qui viendront à moi. Mais je me lance là-dedans vraiment à 100% », conclut-il.

Le film 23 décembre est à l’affiche au cinéma Place Biermans à Shawinigan et aux cinémas Fleur de lys et du Cap à Trois-Rivières. Le long-métrage sera également projeté au Complexe culturel de La Tuque le mercredi 21 décembre à 19h.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires