Un Yamachichois dans un film de science-fiction

-Marie-Eve B. Alarie mbalarie@icimedias.ca

Un Yamachichois dans un film de science-fiction
Alex Trahan, comédien (Photo : (Photo Fanny Migneault-Lecavalier))

CINÉMA. Depuis sa sortie de l’école de théâtre il y a une dizaine d’années, ­Alex ­Trahan n’a pas chômé, enchaînant les projets au théâtre, à la télévision, au cirque et au cinéma. Ces ­jours-ci, on peut voir le comédien originaire de ­Yamachiche dans le film de ­science-fiction ­Mistral ­Spatial.

Retournant chez lui à pied après s’être fait laisser par sa copine, ­Sam est victime d’un phénomène inexplicable où il perd connaissance en pleine rue. Il se réveille quelques heures plus tard, ne sachant pas si c’est sa peine amoureuse qui l’a foudroyé ou s’il a été victime d’un… enlèvement extraterrestre. Le comédien originaire de ­Yamachiche y joue le rôle du meilleur ami de ­Sam.

Il s’agit de sa troisième collaboration avec le réalisateur ­Marc-Antoine ­Lemire. «  ­Je sais comment ­Marc-Antoine dirige ses projets. Il y a une magie qui opère entre nous. On se comprend très bien. Il dirige bien ses acteurs et il a envie d’avoir des personnages complets et complexes. Ça m’allume comme acteur. Avec quelques directives, j’arrive à bien comprendre son univers. Je sais d’avance que je plonge dans un projet le fun, inspirant et qui va surprendre les gens  », souligne ­Alex ­Trahan.

Ce dernier avait envie d’explorer un personnage différent de celui, plus marginal, du ­court-métrage ­Pre-Drink. «  ­Javais encore d’aller ailleurs. Là, je suis plus le meilleur ami métalleux aux cheveux longs. Il apporte une touche d’humour à l’histoire. C’est un personnage qui fait du bien et qui est aussi la voix de la raison pour son ami ­Sam. Il est tannant, un peu épais, mais ce qui construit le personnage, c’est son amour pour son meilleur ami. C’est un filon super important  », ­détaille-t-il.

«  ­Je dirais que c’est également mon personnage qui fait le lien avec les spectateurs qui doivent adhérer à cet événement étrange. J’amène le côté septique face à la théorie de l’enlèvement par des extraterrestres  », ajoute le comédien.

Mistral ­Spatial est un film en trois actes qui invite le spectateur à suivre le personnage principal dans une quête de ­laisser-aller. Chaque acte a sa propre ambiance, de la plus réaliste à la plus ludique et éclatée. «  ­Il y a une sorte de folie dans ce film que l’on se permet davantage dans le monde des ­courts-métrages. D’avoir un ­long-métrage avec cette histoire de façon assez flyée, c’est rafraîchissant  », note ­Alex ­Trahan.

«  ­Il y a quelque chose de beau dans ce ­lâcher-prise, dans cette façon de ne pas toujours pouvoir expliquer de façon rationnelle ce qui se passe autour de nous. Je dirais que ça amène de la poésie dans notre quotidien qui peut être très carré. Le film apporte ça dans sa folie. C’est un ovni ! ­Tu penses avoir compris ce qui se passe…et on change complètement d’univers  », ­explique-t-il.

Mistral ­Spatial sera présenté en primeur dans la région au ­Cinéma ­Le ­Tapis rouge, à ­Trois-Rivières, le 26 janvier en présence du réalisateur ­Marc-Antoine ­Lemire et des acteurs ­Samuel ­Brassard et ­Alex ­Trahan.

À la télévision cet hiver

Cet hiver, on peut voir le ­Yamachichois d’origine dans la deuxième saison de la série télévisée ­Doute raisonnable. La série met de l’avant la policière d’expérience ­Alice ­Martin ­Sommer, interprétée par ­Julie ­Perreault, qui mène des enquêtes avec ses collègues du ­Groupe d’investigation sur les crimes à caractère sexuel. Dans cette nouvelle saison, ­Alex ­Trahan campe un personnage qui fera partie d’une intrigue complète.

Dans les prochains mois, il se consacrera à la création de plusieurs projets avec la compagnie de production ­La ­Fratrie qu’il a cofondée avec ­Erika ­Mathieu et ­Patrick R. Lacharité. Il montera notamment un spectacle avec les finissants de l’école de théâtre du ­Cégep de ­Saint-Hyacinthe et travaillera sur un triptyque avec les étudiants de deuxième année de l’École de cirque de ­Montréal.

«  ­Ce sera vraiment un printemps de création avec mes étudiants. J’aime transmettre mon savoir. Ça fait dix ans que j’ai terminé mes études à l’école de théâtre et j’apprécie beaucoup cet équilibre dans ma carrière entre la mise en scène, le jeu et l’écriture. Cette création multidisciplinaire m’anime beaucoup, tout comme le travail auprès des jeunes. L’élan de la jeunesse m’inspire beaucoup. Je les trouve beaux dans leur réflexion à vouloir refaire le monde  », ­conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires