Mack et Ro à l’assaut de la scène country

Photo de Marie-Eve B. Alarie
Par Marie-Eve B. Alarie
Mack et Ro à l’assaut de la scène country
Kaven Brassard et André Richard forment le groupe Mack et Ro. (Photo : Photo courtoisie)

MUSIQUE. Au départ, le duo Mack et Ro, composé du Louisevillois d’origine Kaven Brassard et d’André Richard, n’avait pas la prétention de réaliser un album. En fait, ils souhaitaient écrire et composer des chansons pour d’autres artistes country.

Le destin a finalement fait en sorte que les deux cousins ont lancé leur premier album intitulé «Romaine», il y a quelques mois, sur lequel on retrouve 11 chansons originales, dont certaines qui ont été travaillées pendant plusieurs années. Mack et Ro a notamment puisé son inspiration lors de voyages à Nashville, la Mecque du country en Amérique du Nord.

«La chanson Romaine, qui a donné son nom à l’album, c’est l’histoire de mon père qui, comme plusieurs travailleurs, se donne physiquement et mentalement sur des chantiers en régions éloignées, raconte Kaven Brassard, l’auteur de la pièce. C’est un mode de vie, mais surtout un défi pour les familles, les conjointes et conjoints.»

La musique est une affaire de famille chez les deux comparses. Si André Richard a été bercé par les Marcel Martel, Paul Brunelle et autres grands noms de la musique country du Québec, Kaven Brassard a joué pour la première fois du country lorsqu’il s’est joint à la formation The Porters, un groupe hommage à Johnny Cash.

«C’est ça, la musique country: c’est des histoires de cœur»

– Kaven Brassard

Toutefois, le duo ne fait pas dans le country traditionnel, parfois un peu mélancolique. À l’écoute de ce premier album, on découvre plutôt un country moderne, teinté d’inspirations américaines. Sur le plan musical, Mack et Ro a retiré tous les accords mineurs dans sa musique. Ce sont ces accords qui ont des sonorités plus mélancoliques en règle générale.

«L’inspiration vient de partout. Par exemple, quand ma plus jeune est née et qu’elle n’avait que quelques heures de vie, je la berçais. Il n’y avait qu’un seul son: celui du tic-tac de l’horloge. Il m’est alors venu une mélodie pour une chanson. Dans «Décadence», on fait aussi un clin d’œil  au chansonnier Guy Bolduc, qu’on connaissait, qui est décédé lors de l’explosion à Lac-Mégantic. Je pense qu’il s’agit d’écrire avec le cœur», résume-t-il.

Somme toute, Mack et Ro s’arrime davantage dans un style country plus dansant. En ce sens, Kaven Brassard et André Richard s’apprêtent à lancer une série de quelques spectacles en formule band. Par ailleurs, le fils de ce dernier sera du groupe de musiciens.

André Richard et Kaven Brassard forment le groupe Mack et Ro. Photo courtoisie

«On aime beaucoup voir les gens danser sur notre musique. Ça a toujours été une force chez nous. André et moi, ça fait 12 ans qu’on joue de la musique ensemble. Notre ligne directrice est de trouver les chansons pour faire danser. Pour cette série de spectacles, on sera accompagné par les musiciens qui ont enregistré l’album avec nous», précise Kaven Brassard.

«On sent une certaine effervescence»

Les choses vont bien pour Mack et Ro qui commence à se faire approcher par des festivals.

«Il se passe quelque chose. On sent une certaine effervescence. On vit une certaine histoire d’amour avec le public qui a l’air de grandir. Au dernier Festival western de Saint-Tite, on entendait des gens dans la rue chanter nos chansons! C’est spécial», lance le Louisevillois d’origine.

«Quand on œuvre dans la musique country, on se bat chaque fois pour notre place, surtout qu’il y a un très grand nombre de festivals. Le country peut aussi compter sur un public très fan de ce style. Les fans protègent le country et sont attachés à cette musique. Je suis tombé en amour avec le public de la scène country. C’est aussi un public très fidèle», souligne-t-il.

Dans la région, on pourra voir le duo à l’œuvre le 29 mars à la salle Denis-Dupont de Sainte-Geneviève-de-Batiscan, en première partie de Yoan (info: www.mrcdeschenaux.ca).

Hey! Albert

Mack et Ro a remporté le Prix Étoiles Stingray au Festival western de Saint-Tite en septembre 2018 grâce à une performance de leur chanson Hey! Albert. «Ce prix signifie que cette chanson a touché des gens, le public comme les juges. Recevoir le Prix Stingray nous a propulsés et ça donne une bonne tape dans le dos», soutient Kaven Brassard.

La chanson a été inspirée par une rencontre entre André Richard et son idole Albert Babin lors d’un événement où ils figuraient tous deux à la programmation. «Je les ai laissés jaser. Albert est décédé six mois plus tard. Je me suis inspiré de cette image des deux en train de discuter. C’est touchant quand on l’interprète. C’est ça, la musique country: c’est des histoires de cœur.»

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des