Des musiciens pas comme les autres

Des musiciens pas comme les autres
Les musiciens fabriqués par Lise Lessard et Charles Trudel. (Photo : Photo Pier-Olivier Gagnon)

SAINT-PAULIN. Un couple de Saint-Paulin a fait preuve d’une grande créativité et de persévérance pour réaliser le défi qu’il s’est fixé l’été dernier, soit de créer des personnages à partir de pièces de bois.

Il suffit de circuler sur le rang Beauvallon, à Saint-Paulin, pour remarquer la présence de ces œuvres qui attirent l’attention de bon nombre de passants depuis quelques semaines.

Lise et Charles Trudel se sont inspiré des créations d’un sculpteur de Cap-Santé pour fabriquer trois musiciens en bois qui ont été installés sur leur propriété. «On revenait d’un petit voyage à Québec à la fin du mois de juin et en passant par la route 138, à Cap-Santé, on a aperçu des sculptures en bois. On s’est arrêté et on a pris des photos. Quelques jours après, à la maison, on a regardé les photos moi et ma femme. Elle m’a aussitôt dit que ce serait le fun si on essayait de faire quelque chose de semblable, mais c’est resté là», explique d’abord Charles Trudel, citoyen de Saint-Paulin.

Le désir soudain de s’occuper, de se dépasser et de présenter quelque chose de nouveau aux usagers de la route dans leur secteur a rapidement convaincu le couple de se lancer dans un processus de création artistique pour la toute première fois. Aussitôt décidé, ils ont refait le voyage vers Cap-Santé pour discuter avec l’artiste-sculpteur et ce dernier s’est empressé de les encourager à réaliser leurs propres oeuvres.

«Je trouvais ça génial son travail, assez que ça me tentait de m’essayer. J’ai laissé mûrir l’idée quelques semaines avant de bûcher le bois et de commencer le projet suite à l’idée lancée par ma femme. Il n’y avait pas de but particulier. On voulait juste se lancer ce défi et si ça ne fonctionnait pas, ça faisait du bois de chauffage», souligne M. Trudel.

Travail d’équipe

Après avoir éprouvé quelques difficultés en travaillant des pièces de bois mou provenant de sa propre terre, Charles Trudel a eu la chance de compter sur son frère Michel Trudel de Sainte-Ursule et la Ferme Rodi de Saint-Paulin pour l’approvisionnement en bois franc sec. Les essences d’orme et d’érable ont été retenues pour confectionner leurs personnages qui atteignent une hauteur de près de dix pieds et les bancs sur lesquels ils ont été solidement fixés.

Pas moins d’un mois de travail a été consacré à la réalisation de ces créatures géantes enduites d’une huile de teck pour assurer leur préservation à l’extérieur. «J’ai bûché, coupé et taillé les bûches de bois. Ma femme est perfectionniste. Ça prenait de l’inspiration. Elle a eu les idées et moi j’avais les bras. On s’est bien complété pour faire tous les détails. On a fait des entailles dans le bois et des appliqués sur les pièces», rapporte l’homme retraité du milieu de la construction.

«Nous ne sommes pas des artistes et on a fait ça pour le plaisir», précise-t-il.

Bien des curieux

Ce projet réalisé avec la plus grande précision suscite un bel engouement dans le milieu. Dès les premiers jours de l’assemblage, bon nombre d’usagers de la route se sont empressés de communiquer de différentes façons cette nouveauté à leur entourage. Charles Trudel reconnait que le résultat est surprenant et que les gens sont de plus en plus curieux face à la présence de ces musiciens sur son terrain.

«Dès l’installation, le résultat a été instantané. Les gens sont nombreux à s’arrêter. C’est un mouvement perpétuel. Il ne se passe pas une journée sans qu’il ne s’arrête au moins trois ou quatre véhicules. Même les autobus de voyageurs et de touristes qui vont vers Saint-Alexis-des-Monts ralentissent pour permettre aux passagers de voir nos musiciens», témoigne l’un des créateurs.

Le couple n’a toutefois pas prévu agrandir le groupe de musique pour l’instant. «On n’a pas prévu faire autre chose. Si j’ai le goût un moment donné, peut-être que je ferai autre chose autour de ça, comme un décor, par exemple, mais ce n’est pas dans les plans présentement. Je vais laisser mijoter ça dans la tête de ma créatrice», lance à la blague Charles Trudel.

Au moins quatre acheteurs auraient déjà demandé d’acquérir l’accordéoniste, la violoniste et l’harmoniciste, mais pour les créateurs, il est hors de question de se départir de leurs nouvelles vedettes! «Je sais les efforts qu’on a mis là-dedans et on ne souhaite pas vendre pour le moment. On est heureux du résultat. Chaque personnage a un style et un caractère particulier. Ça fait une belle décoration. C’est quelque chose de nouveau à voir et qui sort de l’ordinaire», conclut M. Trudel.

Preuve qu’avec un peu de vouloir, d’efforts et de détermination on peut accomplir de bien belles choses…

Partager cet article

COMMENTEZ L'ARTICLE

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des